NORESULT
 

Destinations

Voyages

Budget

Date et durée

Activités

Avantages

Niveaux

Thématiques

Voir les 1525 voyages !

Recherches précédentes :

Niveau
Sélectionnez un niveau
 
 
 
 
 
 
 

Sélectionnez un niveau pour évaluer vos capacités, après avoir choisi une activité.

Vous n'avez pas choisi d'activité, voici les descriptions de niveau pour de la randonnée.

Alpinisme niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18  kilomètres. Passages en altitude. Pour une découverte des techniques de haute montagne.
Alpinisme niveau 5
(en moyenne) marche de 6 à 7 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages en altitude. Nécessite une connaissance basique des techniques de haute montagne : niveau F (facile).
Alpinisme niveau 6
(en moyenne) marche engagée de 7 à 8 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages en altitude. Nécessite une maîtrise des techniques d’alpinisme : niveaux PD et AD. Evolution en cordée autonome ou avec un guide.
Alpinisme niveau 7
Marche très engagée de 8 heures par jour et plus hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive. Passages en altitude. Nécessite une maîtrise des techniques d’alpinisme : niveaux AD à D. Evolution en cordée autonome ou avec un guide.
Alpinisme niveau 8
Marche très engagée en très haute altitude de 8 heures par jour et plus hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive. Nécessite impérativement une maîtrise des techniques d’alpinisme : niveaux AD à D. Evolution en cordée autonome ou avec un guide.
Canyoning niveau 1
Accessible à toute personne en bonne forme physique.
Canyoning niveau 2
Pour toute personne ayant une première pratique de l’activité.
Canyoning niveau 3
Pour toute personne ayant une bonne pratique de l’activité.
Canyoning niveau 4
Pour toute personne ayant une pratique régulière de l’activité.
Découverte niveau 1
Marche de moins de 4 heures les jours de randonnée, sur chemin, piste, ou sentier, accessible à toute personne aimant la marche et en bonne forme physique.  
Découverte niveau 2
Marche de 4 à 5 heures les jours de randonnée, sur chemin, piste, sentier ou parcours vallonné.
Multiactivités niveau 1
Accessible à toute personne en bonne forme physique.
Multiactivités niveau 2
Pour toute personne ayant une première pratique de l’activité.
Multiactivités niveau 3
Pour toute personne ayant une bonne pratique de l’activité.
Multiactivités niveau 4
Pour toute personne ayant une pratique régulière de l’activité.
Rando-kayak niveau 1
Accessible à toute personne en bonne forme physique.
Rando-kayak niveau 2
Pour toute personne ayant une première pratique de l’activité.
Rando-kayak niveau 3
Pour toute personne ayant une bonne pratique de l’activité.
Rando-kayak niveau 4
Pour toute personne ayant une pratique régulière de l’activité.
Randonnée niveau 2
Marche de 4 à 5 heures les jours de randonnée, sur chemin, piste, sentier ou parcours vallonné.
Randonnée niveau 3
(en moyenne) marche de 5 heures par jour sur sentier et/ou 600 à 800 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 kilomètres.
Randonnée niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Randonnée niveau 5
Marche de plus 6 heures hors sentier ou en terrain accidenté, avec plus de 1000 mètres de dénivelée positive (et/ou 20 km). Possibilité de passages en altitude.
Randonnée niveau 6
(en moyenne) marche engagée de 7 à 8 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté, avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Randonnée d'altitude niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18  kilomètres. Passages en altitude. Pour une découverte des techniques de haute montagne.
Randonnée d'altitude niveau 5
(en moyenne) marche de 6 à 7 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages en altitude. Nécessite une connaissance basique des techniques de haute montagne : niveau F (facile).
Randonnée du vertige niveau 3
(en moyenne) marche de 5 heures par jour sur sentier et/ou 600 à 800 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 kilomètres. Passages aériens.
Randonnée du vertige niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18 kilomètres. Passages aériens.
Randonnée du vertige niveau 5
(en moyenne) marche de plus de 6 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté, avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages aériens.
Raquette niveau 1
Marche de moins de 4 heures par jour accessible à toute personne aimant la marche et en bonne forme physique.
Raquette niveau 2
(en moyenne) marche de 4 à 5 heures par jour sur  parcours vallonné.
Raquette niveau 3
(en moyenne) marche de 5 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 600 mètres de dénivelée positive et/ou 15 kilomètres.
Raquette niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 15 à 18 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Raquette niveau 5
(en moyenne) marche de plus de 6 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Possibilité de passages en altitude ou sur glacier. Nécessite une connaissance basique des techniques de haute montagne : niveau F (facile).
Ski de randonnée niveau 2
4 à 5 heures de ski de randonnée par jour et 400 à 800 m de dénivelée. Accessible aux bons skieurs à l’aise sur piste noire ayant une première expérience du ski hors piste et sachant skier avec un sac à dos léger. Pentes larges, régulières et peu raides.  
Ski de randonnée niveau 3
5 à 6 heures de ski de randonnée par jour et 500 à 900 m de dénivelée. Accessible aux bons skieurs toute neige ayant une première expérience du ski de randonnée et sachant skier avec un sac à dos de 6 à 8 kg. La connaissance de la technique de conversion (en montée) est nécessaire. Quelques passages techniques sur des pentes dépassant parfois 30°.     
Ski de randonnée niveau 4
6 à 7 heures de ski de randonnée par jour et 800 à 1 200 mètres de dénivelée. Accessible aux très bons skieurs sachant évoluer sur neige difficile avec un sac à dos de 8 à 12 kg et pratiquant régulièrement le ski de randonnée. Quelques passages techniques sur des pentes pouvant aller jusqu’à 35°.  
Ski de randonnée niveau 5
6 à 8 heures de ski de randonnée par jour et 1 000 à 1 500 mètres de dénivelée. Accessible aux très bons skieurs sachant évoluer sur neige difficile en altitude et sur glaciers, sur des parcours engagés, avec un sac à dos de 8 à 12 kg. Quelques passages techniques et/ou raides sur des pentes pouvant aller jusqu’à 35°.
Ski de randonnée niveau 6
6 à 8 heures de ski de randonnée par jour et 1 000 à 1 500 mètres de dénivelée, voire 1 800 certains jours. Accessible aux très bons skieurs entraînés sachant évoluer sur neige difficile en altitude et sur glaciers, sur des parcours engagés, avec un sac à dos de 8 à 12 kg et possédant des connaissances de base en alpinisme. Passages techniques et aériens avec portage des skis sur des pentes pouvant aller jusqu'à 40°.
Ski hors piste niveau 3
Pour bon skieur en toute neige voulant s’initier et progresser en ski hors-piste.
Ski hors piste niveau 4
Pour très bon skieur en toute neige ayant déjà une expérience du ski hors-piste. Très bon contrôle des virages et des arrêts. Descentes sur des pentes de 35 degrés environ.
Ski hors piste niveau 5
: pour excellent skieur en toute neige ayant déjà une expérience du ski hors-piste. Très bon contrôle des virages et des arrêts. Descentes sur des pentes de 35 degrés et plus.
Ski nordique niveau 3
(en moyenne) étapes de 5 heures par jour nécessitant la maîtrise du pas glissé et du pas tournant à la descente. Itinéraires au relief doux, en général damés.
Ski nordique niveau 4
(en moyenne) étape de 6 heures par jour nécessitant une bonne maîtrise technique sur terrain montagneux sans trace académique.
Ski nordique niveau 5
(en moyenne) étape de plus de 6 heures par jour nécessitant une bonne maîtrise technique sur terrain montagneux sans trace académique.
Trail niveau 6
En moyenne, rando-course de 6 heures par jour sur sentier et/ou 1 200 à 1 500 mètres de dénivelée positive (journée possible à plus de 2000 m) et/ou 20 à 25 kilomètres par jour.
Trail niveau 7
En moyenne, rando-course de 6 à 8 heures par jour sur sentier et/ou 1 500 à 1 800 mètres de dénivelée positive (journée possible à plus de 2200 m) et/ou 25 à 35 kilomètres par jour.
Trail niveau 8
En moyenne, rando-course de 8 à 10 heures par jour sur sentier et/ou 1 800 à 2 200 mètres de dénivelée positive (journée possible à plus de 2500 m) et/ou 35 à 45 kilomètres par jour.
Traîneau à chiens niveau 1
Accessible à toute personne en bonne forme physique.
Traîneau à chiens niveau 2
Pour toute personne ayant une première pratique de l’activité.
Traîneau à chiens niveau 3
Pour toute personne ayant une bonne pratique de l’activité.
Trekking niveau 2
(en moyenne) marche de 4 à 5 heures par jour sur chemin, piste, sentier ou parcours vallonné.
Trekking niveau 3
(en moyenne) marche de 5 heures par jour sur sentier et/ou 600 à 800 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 kilomètres.
Trekking niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Trekking niveau 5
(en moyenne) marche de plus de 6 à 7 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté, avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Trekking niveau 6
(en moyenne) marche engagée de 7 à 8 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté, avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Trekking niveau 7
Marche très engagée de plus de 8 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté, avec plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Possibilité de passages en altitude.
Trekking-alpinisme niveau 4
(en moyenne) marche de 6 heures par jour sur sentier et hors sentier et/ou 700 à 1 000 mètres de dénivelée positive environ et/ou 15 à 18  kilomètres. Passages en altitude. Pour une découverte des techniques de haute montagne.
Trekking-alpinisme niveau 5
(en moyenne) marche de 6 à 7 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages en altitude. Nécessite une connaissance basique des techniques de haute montagne : niveau F (facile).
Trekking-alpinisme niveau 6
: (en moyenne) marche engagée de 7 à 8 heures par jour hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive et/ou 20 kilomètres. Passages en altitude. Nécessite une maîtrise des techniques d’alpinisme : niveaux PD et AD. Evolution en cordée autonome ou avec un guide.
Trekking-alpinisme niveau 7
Marche très engagée de 8 heures par jour et plus hors sentier ou sur terrain accidenté et/ou plus de 1 000 mètres de dénivelée positive. Passages en altitude. Nécessite une maîtrise des techniques d’alpinisme : niveaux AD à D. Evolution en cordée autonome ou avec un guide.
Vélo niveau 1
2 à 4 heures de vélo par jour (soit 20 à 40 kilomètres) sur routes ou chemins généralement plats ; 200 mètres de dénivelée positive maximum. Accessible à toute personne ayant une bonne forme physique.
Vélo niveau 2
3 à 5 heures de vélo par jour (soit 30 à 50 kilomètres) sur chemins ou routes vallonnés ; 500 mètres de dénivelée positive maximum avec des montées toujours courtes. Accessible à toute personne pratiquant une activité physique régulière.
Vélo niveau 3
4 à 6 heures de vélo par jour (soit 40 à 70 kilomètres) sur chemins ou routes vallonnés ; 800 mètres de dénivelée positive maximum ; côtes pouvant atteindre un kilomètre et/ou distances longues sur terrain plat (jusqu'à 70 kilomètres). Accessible à toute personne ayant une pratique régulière du vélo sur terrain vallonné.
Vélo niveau 4
5 à 7 heures de vélo par jour (soit 40 à 70 kilomètres) sur terrain très vallonné à montagneux ; plus de 1 000 mètres de dénivelée positive ; côtes ou passages de cols de plusieurs kilomètres. Accessible à toute personne sportive ayant une pratique régulière du vélo avec dénivelée.
Label
Définissez le type de votre voyage
Nouveau
Confort
Par rapport au standard du pays, hébergement très confortable et transports privés.
Sommet
Sommets prestigieux de 3 000 à 6 000 mètres : un volcan ou un pic glaciaire, des ascensions plus ou moins difficiles au cœur des plus belles montagnes du globe.
Voyage d'exception
Sites mythiques, régions sauvages et reculées, grandes traversées, treks extraordinaires autour du monde, des voyages uniques où l’aventure est intense.
Expé
Des voyages qui nécessitent un minimum d’expérience des techniques d’alpinisme (cramponnage, descente en rappel, etc.), destinés aux personnes autonomes dans des conditions extrêmes, capables de vivre en petit groupe, loin de toute civilisation. Une expérience forte où l’engagement est réel. 
Photo
Des voyages adaptés à la prise de vue pour des passionnés d’images et d’espaces sauvages, encadrés par des guides ou accompagnateurs photographes.
Bon plan
Des voyages au prix réduit grâce à des prestations simplifiées par rapport au standard Allibert : par exemple, hébergement chez l’habitant, hôtel de catégorie inférieure, transports en commun, équipe logistique ajustée, dîners libres, etc.
Essentiel
Les voyages ou sites incontournables du pays ou de la région.
Autotour
Circuit dont les déplacements sont effectués avec un véhicule conduit par le client
Safari
Date de départ

Sélectionnez une date dans le calendrier

Vous avez atteint le nombre maximal de 4 dates sélectionnées

Durée
Autonomie
Évaluez votre niveau d'autonomie
 
 

Vous avez choisi de voyager en liberté.
Sélectionnez un niveau pour évaluer votre degré d'autonomie.

:
Autonomie  : lire le balisage sur un terrain “facile” dans un environnement francophone ou international, parfois avec l’assistance d’une équipe locale.

:
Autonomie : lire le balisage et s’orienter avec une carte et/ou suivre un tracé GPS dans un environnement francophone ou international.

:
Autonomie : lire le balisage et s’orienter avec une carte et/ou suivre un tracé GPS dans un environnement international ou un milieu isolé ; sur certaines étapes, prendre en compte la spécificité du terrain et la météo.

 
  • Le monde à pied

 La dent du Géant, le phare du Mont-Blanc

Avec le Cervin et le mont Blanc, la dent du Géant fait partie des rares sommets que tout écolier français a imprimés au fond de sa rétine, tellement sa forme de tour de Pise est marquante. Le guide Christophe Dumarest nous emmène visiter ce "miracle de granit".

Comme la tour de Pise, la dent du Géant penche de quelques degrés vers le sud. La première a été fondée sur une plaine alluviale et un socle instable de marne ; l'autre, composée de granit, doit son inclinaison au chahut engendré par la naissance des Alpes. Depuis que le versant italien du mont Blanc est habité par des hommes, on peut supposer qu'ils observent avec humilité les cimes qui les surplombent, notamment le géant blanc qui les écrase. A Courmayeur on ne dit pas la dent du Géant, mais la Dent. Par sa forme élancée et singulière, elle est un repère. Une des rares aiguilles qui vous accompagnent tout au long de la descente de la vallée Blanche, lorsque les autres disparaissent irrémédiablement au fur et à mesure.
Avec Denis, mon compagnon de cordée, nous choisissons de la découvrir en automne, à contre-courant. Nous bénéficions d'un enneigement encore correct pour la saison, nécessaire à l'ascension de sa gencive tachetée : un terrain mixte, constitué de blocs, de rampes, de couloirs de neige et de glace, où serpente un cheminement alpin.
L'approche en pente douce sur le glacier du Géant est plaisante, nous avançons vite, la neige est dure et pour faciliter notre progression, nous faisons l'économie des crampons. Le soleil se lève sur les satellites alentour, nous assistons au réveil du monde minéral. Seule l'odeur de cette neige de névé, associée au bruit de nos pas dans les traces encore gelées, nous rappelle que nous sommes en possession d'autres sens que la vue, toute-puissante en haute montagne.

Ascension avec des gants

Au fur et à mesure que nous approchons, la Dent semble rétrécir. En un mouvement tournant vers la gauche, nous attaquons la voie normale par une rampe en forme de carie, qui semble être à sa base, son talon d'Achille. C'est aussi de ce côté-là qu'elle paraît la moins haute et la moins raide.
Avant même d'avoir quitté le bas de la paroi encore recouvert de neige, nous découvrons une corde fixe en guise de main courante. Les cordes fixes sur l'itinéraire de la dent du Géant sont connues de tous et à demeure depuis les années 1895. Je ne les imaginais simplement pas présentes si bas...


En effet, ces dernières ont été posées plus récemment à la suite d'éboulements. Dès le début de l'ascension, nous nous faisons doubler par un guide italien et son client. Nous partageons certes un même parcours, mais souhaitons avec Denis jouer selon des règles un peu différentes. C'est sans l'aide de ces cordes que nous convoitons la cime. Le guide italien, quant à lui, fera toute l'ascension avec des gants en cuir, excellent moyen de protéger l'épiderme contre toute agression répétée du chanvre tressé.

Les artifices sur la dent du Géant sont étroitement liés à l'histoire de sa conquête. Les prétendants sur la dernière grande aiguille, réputée et nommée avant même sa première ascension, furent nombreux. Une des plus célèbres cordées est celle de Mummery et de Burgener, grimpeurs virtuoses en avance sur leur temps. Malgré son talent, Alfred Mummery s'y est tout de même "cassé les dents" en 1880, avec, pour lot de consolation, le baptême des dalles Burgener, passage caractéristique de la voie normale inscrit au panthéon alpin. Mummery y aurait laissé sa carte de visite dans une bouteille avec la célèbre phrase : "Absolutely inaccessible by fair means" ("Totalement inaccessible par des moyens honnêtes"). Pour lui déjà, le choix employé pour la conquête d'un sommet était inhérent à la qualité et à la valeur de l'ascension. La fin ne justifiait pas les moyens. Plutôt que d'employer des moyens artificiels, dont les seules limites à l'époque sont celles de l'imagination de leurs inventeurs, les deux alpinistes ont préféré redescendre.
Deux ans plus tard, trois membres de la famille Maquignaz, venus de la vallée de Valtournenche, vinrent s'offrirent la première ascension à la barbe des guides de Courmayeur. Les Maquignaz, qui avaient l'habitude de travailler dans les mines et de faire des trous en tout genre, eurent moins de scrupules. Ils percèrent la roche puis y installèrent des pieux métalliques pour s'affranchir des difficultés. Une sorte d'escalier effectué avec des piolets servit même à franchir un passage délicat. Les moyens utilisés pour cette première sont peu glorieux.

Aujourd'hui, en chaussons, la ligne est particulièrement propice à l'escalade libre et la présence de ces cordes interpelle. Ici, à la différence de grands sommets tels que le Cervin, l'argument de l'équipement à demeure pour sauver des vies et faciliter une descente en cas de mauvais temps ne pèse pas lourd. Aussi historique soit-elle, cette erreur d'équipement reste une méprise qui évoluera à mon sens dans l'avenir par une concertation entre les guides français et ceux du Val d'Aoste.

Au cœur du décor

Malgré la présence de ces grosses ficelles à quelques centimètres du menton, Denis se prête au jeu de l'escalade. Nous nous offrons certaines libertés dans le choix de l'itinéraire et finissons naturellement, après un dernier passage retors, par fouler le premier sommet, celui de la pointe Sella. Derrière nous, la combe Maudite se prélasse au soleil, en même temps que la face sud du mont Blanc nous irradie de sa présence. Nous sommes au sommet d'une aiguille qui marque le point de départ d'une ligne d'arête s'étirant en arc de cercle jusqu'aux Drus, ou se prolongeant jusqu'au Chardonnet, selon la ligne de crête que l'on souhaite suivre. Ici plus qu'ailleurs, nous avons la sensation d'être au cœur du décor. Nous faisons également face au second sommet de la Dent, le plus haut, celui de la pointe Graham, gravi quelques jours après la première des Maquignaz. La Vierge qui trône au sommet est parmi les plus singulières des six présentes dans le massif du Mont-Blanc, car les impacts répétés de la foudre ont entamé son cuir chevelu sans avoir rien enlevé de sa grâce. Enfin, faisant face aux photogéniques arêtes de Rochefort, nous retrouvons la terre ferme à l'issue de trois rappels spectaculaires.
Nous avons voulu, avec Denis, aller caresser le mythe car "ce n'est pas à l'écorce qu'on connaît le fruit mais en y plantant les dents" (Le Dieu manchot, José Saramago). Après en avoir croqué un bout, nous confirmons que, quel que soit l'itinéraire choisi, les contours de la canine - belle de loin, et loin d'être uniquement superficielle -, méritent d'être parcourus.

Alpes magazine, juin 2014
Texte : Christophe Dumarest
Photos : Marc Daviet


 

Mentions légales & Conditions Générales de Vente © Tous drois réservés Allibert Trekking

 

En poursuivant votre navigation sans modifier les paramètres de votre navigateur relatifs à l'acceptation des cookies, vous acceptez leur utilisation pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d'information sur la page mentions légales