Bannière Guides par passion

Camp de base avancé

Depuis une semaine que nous avons quitté Lukla, c’est comme s’il s’était écoulé un mois. Après un faux départ le 18, nous avons finalement volé le 19, à bord d’un gros hélicoptère MI-17.
Porteur Népal (Daniel Petraud)

Journal : le 22 avril 2008

Voir les mécaniciens bricoler avec des outils de fortune, le moteur entre chaque vol n’est pas très rassurant. Et pourtant le vol s’est passé sans histoire. A l’atterrissage, suite à une erreur du pilote russe, nous nous sommes lamentablement écrasés. Le train d’atterrissage avant s’est disloqué, le cockpit a explosé au niveau des palonniers et s’est rempli de pierres. Dans les mouvements chaotiques qui ont suivi, les pales ont failli toucher le sol, ce qui aurait été catastrophique pour tout le monde, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’appareil. Qu’il n’y ait pas eu de blessés relève de la chance ou du miracle, chacun appellera cela comme il veut.

Notre matériel qui devait arriver par le deuxième vol, a du être acheminé par un autre moyen, via Tumlingtar. Mais petit à petit, on pourrait dire pas à pas (celui des porteurs), notre équipement parvient au camp de base avancé à 5700 m.

Après 5 nuits à 4800 m. pour nous acclimater, nous avons marché 7 heures hier sur les moraines du glacier de Barun. Les blocs instables et les cairns très espacés rendent le cheminement difficile. Nous pensons au travail admirable des porteurs. Pour François, obligé de s’arrêter fréquemment suite à des problèmes intestinaux, la route fut longue. Nous découvrons avec étonnement le camp idéalement situé à 5700 m au pied du glacier Chago sur un petit plateau suspendu. Nous nous installons ici pour un mois environ, aussi apprécions nous la beauté des lieux.

A priori, si notre corps accepte de s’acclimater facilement à cette altitude, nous monterons dans 2 ou 3 jours installer le camp I à 6500 m.