Maroc : le nettoyage au Toubkal en 2019

Voyageurs, guides, muletiers et personnel Allibert volontaires se sont retrouvés au mois de septembre pour ce qui est désormais une tradition  : le nettoyage d’un site où passent les randonneurs Allibert, en fin de saison touristique. C’est le Toubkal, dans l’Atlas marocain, qui a fait l’objet de l’opération cette année, orchestrée par une quinzaine de participants.

Chaque année, les aspirants au sommet du Toubkal, le point culminant du Maroc, à 4 167 mètres, installent leur camp dans les prairies d’altitude. Malheureusement, nombre d’entre eux repartent en oubliant boîtes de conserve, plastique, piles, déchets divers… Une pollution visuelle, mais surtout une pollution environnementale, qui impacte notamment la qualité de l’eau, et donc des ressources en aval. Au terme de deux journées de nettoyage, plusieurs centaines de kilos de déchets ont été collectés, autour des refuges du Toubkal et des emplacements de bivouac, sur l’itinéraire d’ascension et dans le lit de la rivière, puis acheminés à Marrakech.

Témoignages…

Isabelle, responsable de la qualité

“Ce qui nous motive, c’est de laisser les lieux où l’on passe le plus propres possible, résume Isabelle. Au Maroc, dans la région du Toubkal, de nombreux déchets jonchent encore la montagne, faute de véritable sensibilisation des randonneurs. Le constat à la fin de la saison est désolant. Aussi, nous proposons chaque année à nos équipes et aux voyageurs de rester quelques jours de plus sur place pour participer au nettoyage du camp. L’objectif est de sensibiliser les randonneurs, les Marocains, mais aussi les autres opérateurs touristiques, à la protection de l’environnement. (…) Au fil du temps, nos guides sont devenus leaders sur ces opérations de nettoyage. Ce sont désormais des militants du tri, et certains interviennent même dans les écoles.”

Ali, guide

“On aime la montagne, l’environnement, c’est la base de notre métier, explique Ali, guide de l’agence Allibert au Maroc. On essaie le plus possible de travailler en respectant l’environnement, mais entre les touristes qui arrivent de partout et la mentalité des Marocains qui ne sont pas suffisamment sensibilisés, on se retrouve quand même avec des tonnes d’ordures partout. (…) Nous ne sommes que de simples guides et nous manquons tous les jours de moyens. Alors des moments comme celui-ci, quand les clients viennent nous aider, ça remonte le moral, on se sent super fiers de ce qu’on fait. Je suis sûr qu’à force on arrivera à donner le bon exemple aux autres. Il faut continuer. Car il y a moins de déchets année après année…”

Jean-Jacques, voyageur

“C’était une belle façon de finir le séjour, témoigne Jean-Jacques, participant à l’un de nos voyages au Toubkal. On a collecté au moins 17 gros sacs, redescendus à dos de mule vers Imlil, dans la vallée. Sans compter tout ce que l’on a brûlé. Presque tout ce qu’on a ramassé était dans la rivière, ou caché sous des rochers. C’est dur de voir qu’il n’y pas d’autre moyen pour les populations de nettoyer cet endroit, mais c’est sûrement mieux de brûler les déchets sur place, et une alternative du moment, simple à effectuer… Les sacs redescendus à Imlil vont être amenés à Marrakech pour être gérés par le système de recyclage sur place. C’était une très belle aventure et de beaux moments de partage avec les locaux !”

Remerciements à nos clients : Anne, Aude, Béatrice, Eliane, Isabelle, Jeanne, Bertrand, Gabriel, Eric, Jean-Jacques et Marcel ; à Zhor et Youssef, de notre agence à Marrakech ; à nos guides Ahmed, Ali et Saïd.