Kazakhstan

Entre la mer Caspienne et la Chine, le Kazakhstan était autrefois peuplé exclusivement de nomades et a été pendant longtemps sous le régime de la Russie des tsars puis des Soviétiques, ces derniers étant à l’origine de la fondation des villes.
C’est pour ses paysages superbes et pour sa culture enracinée que l’on partira à l’aventure. Canyons, forêts, glaciers, lacs idylliques, mais aussi déserts de sable et sommets enneigés offrent une palette de paysages merveilleux pour les randonneurs.
 Kazakhstan

Repères

Population

15,8 millions d’habitants.

Superficie

2,717 300 km2.

Capitale

Astana.

Villes principales

Almaty, Karaganda, Atyrau, Aktau, Pavlodar, Chimkent.

Points culminants

le Khan-Tengri (6 995 m).

Langues

kazakh (langue d’Etat), russe (langue officielle).

Religions

islam sunnite (47 %), orthodoxie (44 %), minorité catholique, minorité protestante.

Décalage horaire

par rapport à la France, quatre heures de plus d’avril à octobre, cinq heures de plus de novembre à mars dans l’est du pays (Astana, Almaty…) ; trois heures de plus d’avril à octobre, quatre heures de plus de novembre à mars dans l’ouest du pays (Atyrau, Aktobe…).

Géographie

Géographie
Le Kazakhstan est un pays d’Asie centrale, limitrophe de la Russie, de la Chine, du  Kirghizstan, de l’Ouzbékistan, et du Turkménistan. Il est bordé de deux mers fermées, la mer Caspienne et la mer d’Aral.
Au centre, le seuil kazakh des collines Torgaï, vieille montagne prolongée à l’est par le plateau du Kazakhstan, où l’altitude maximale est de 1 566 m, sépare la plaine de la Sibérie nord occidentale de la dépression touranienne méridionale et désertique. Dans la partie occidentale du pays, les contreforts des monts Oural, prolongés vers le sud par les collines Mougodjar, séparent la dépression caspienne, à l’ouest, et le plateau steppique du Kazakhstan, à l’est. C’est dans l’est et le sud-est du pays que se situent les hautes montagnes (Altaï et mont Beloukha, 4 506 m, frontière avec la Russie ; Tian shan et Khan-Tengri, frontière avec le Kirghizstan).

Climat

Climat
Excepté les montagnes, correctement arrosées (1 000 mm/an), le reste du territoire souffre des rigueurs d’un climat très continental (de 100 à 350 mm/an). Les températures hivernales peuvent atteindre - 50 °C et celles de l’été dépasser 40 °C.

Économie

Le Kazakhstan est un pays qui fait beaucoup d’efforts pour pouvoir échapper à l’économie russe et pour tracer son chemin vers une économie de marché, ceci avec l’agriculture, les mines et l’industrie.
L’agriculture extensive (céréales) est pratiquée au nord et au nord-ouest (opérations Terres vierges et Fronts pionniers agricoles), il s’agit d’une agriculture très aléatoire. L’agriculture intensive (céréales, coton, fruits, betteraves) est localisée sur les piémonts d’Alataou et dans la vallée irriguée de Syr-Daria. L’élevage concerne les chèvres, les chameaux, les ovins et les bovins.
Les ressources naturelles du pays sont considérables : charbon, fer, phosphate, bauxite, chrome, cobalt, nickel. Le pétrole constitue également une importante richesse naturelle, depuis qu’un accord de partage des réserves situées au nord de la mer Caspienne, et estimées entre 12 et 15 milliards de tonnes, a été conclu avec la Russie en juillet 1998. L’industrialisation de la période soviétique a privilégié l’industrie lourde (métallurgie, chimie, équipement mécanique). Les principales concentrations industrielles sont liées aux gisements miniers de la partie nord et aux transports.
 
Le Kazakhstan a un régime présidentiel considéré comme autoritaire. Le chef du gouvernement est le Premier ministre. Seul le président de la République peut proposer des amendements à la Constitution, nommer et destituer les membres du gouvernement, dissoudre le Parlement, proposer des référendums, et de nommer et destituer les gouverneurs des régions (oblystar) et des villes d’Astana et d’Almaty.

Société

Société
Cinq fois plus grand que la France mais peuplé seulement de quelque 15,8 millions d’habitants, le Kazakhstan a l’une des densités de population les plus faibles au monde. La population est composée à 53 % de Kazakhs, 30 % de Russes, et plusieurs autres groupes sont représentés : Ukrainiens, Ouzbeks, Coréens, Allemands, Tchétchènes... La plupart des Kazakhs parlent russe ; seule une moitié de la population parle kazakh, langue qui connaît actuellement un renouveau. Ce sont les deux seules langues officielles.
 
Les deux principales religions du Kazakhstan sont l’islam sunnite (pratiqué par les Kazakhs ainsi que des minorités comme les Tatars, les Bachkirs, les Ouzbeks ou les Ouïghours) et le christianisme orthodoxe (pratiqué par les Russes et certains Ukrainiens et Biélorusses). La religion catholique est pratiquée dans quelques régions (principalement au nord du pays). Le judaïsme reste une des religions pratiquée au Kazakhstan même si les citoyens de confession juive ont en majorité émigré en Israël.

Bon à savoir

Informations pratiques

Y a-t-il une tradition de marchandage au Kazakhstan ?
Le Kazakhstan est un pays musulman, le marchandage fait donc partie intégrante de la culture. Il y a une très forte notion d’échange dans cette pratique. Nous vous conseillons de baisser le prix de 20 à 30 % en règle générale.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Prises de courant en 220 V dans toutes les villes. Normes européennes. Prévoir une autonomie suffisante car il n’est pas possible de recharger les batteries pendant les treks.
 
La yourte
Habitat traditionnel des nomades, elle se monte et se démonte en quelques heures. Une armature en bois est recouverte de feutre, ne laissant au sommet qu’un seul orifice, le tunduk, par lequel entre la lumière du jour et s’évacue la fumée du poêle. Lors de fortes chaleurs, le feutre des panneaux latéraux peut être également relevé pour assurer un courant d’air. Une attention toute particulière est portée aux décorations intérieures.
 
Quelques mots utiles
Le russe est une langue très répondue au Kazakhstan. Apprendre quelques mots clés en russe vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs et de faciliter vos échanges avec la population rencontrée. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : zdrastvuyte.
Comment allez-vous ? : kak dila ?
Ça va : kharasho.
Merci : spasiba.
S’il vous plaît : pashalsta.
Santé : nasdrovie.
Je m’appelle… : minya zavut…
Au revoir : da svidaniya.
Oui : da. Non : niet.
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer… Votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Sites Internet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kazakhstan.
http://www.routard.com/guide/kazakhstan.
http://www.amb-kazakhstan.fr.
http://www.sos-villages-enfants.be/sos-dans-le-monde/asie/kazakhstan.
http://www.asie-planete.com/kazakhstan.
 
Guides
Asie centrale, Lonely Planet.  

Récits, littérature
Petit voyage d’Alma-Ata à Achkhabad, Bernard Chambaz, Seuil.
L’Empire du vent, Stanley Stewart, Hoëbeke.
Djamilia, Tchinguiz Aïtmatov, Folio Gallimard.
Au fil des routes de la Soie, Chemins d’étoiles n° 11, Transboréal, septembre 2003.
Asie centrale, champ de guerres, Ahmed Raschid, Autrement.
Le Devisement du monde (2 tomes), Marco Polo, La Découverte.
Des monts Célestes aux sables Rouges, Ella Maillart, Payot voyageurs.
Vers Samarcande et Le Vent des steppes, Bernard Ollivier, Phébus.
 
Ouvrages illustrés  
Asie centrale, visions d’un familier des steppes, René Cagnat, Transboréal.
Huang Shan, Marc Riboud, Flammarion.
Carnets de steppes, à cheval à travers l’Asie centrale, Priscilla Telmont et Sylvain Tesson, Glénat.

Carte
Central Asia, 1/1 750 000, Gizi Map.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Au Kazakhstan, c’est notre rencontre avec Kazbek, l’enfant du pays, qui rend nos voyages si sûrs ! Depuis 1992, nous travaillons avec l’interlocuteur parfait : excellent alpiniste, Kazbek est reconnu dans le milieu de la montagne et possède les bons contacts pour bénéficier des meilleurs moyens logistiques du pays. Grâce à ses services, nous pouvons vous faire profiter du survol inoubliable des monts Célestes avec un hélicoptère toujours en excellent état !

Le respect des us et coutumes


La religion majoritaire au Kazakhstan est l’islam. Sur une souche islamique sunnite majoritaire, cette religion reprend de l’importance et de nombreux lieux de culte sont rouverts ou réaménagés. Toutefois, il s’agit d’un islam très “laïc”. La consommation d’alcool et de charcuterie est autorisée. Les femmes ne sont pas voilées. La religion et l’Etat sont séparés. Mais le brassage culturel est tel que de nombreuses autres communautés cohabitent : juifs, chrétiens russes orthodoxes, catholiques romains, baptistes et luthériens évangélistes et quelques bouddhistes.
Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations locales, leurs traditions, cultures et religions :
- En règle générale, portez une tenue de préférence longue et ample, recouvrant genoux et épaules dans les lieux de culte.
- En trek, mesdames, évitez les maillots de bain deux pièces. Privilégiez le maillot une pièce bien couvrant.
- Retirez vos chaussures chaque fois que cela vous est demandé, à l’entrée de sites religieux, voire de maisons.
- Evitez certains contacts corporels comme caresser la tête d’un enfant ou serrer la main d’une femme.
- En couple, soyez discrets dans vos signes d’affection.
- Evitez d’être agressif ou de hausser la voix... question de dignité personnelle.
- Avant de prendre quelqu’un en photo, demandez-lui la permission.
- Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l’école ou leur activité habituelle.
- Evitez également de distribuer des médicaments si vous n’êtes pas médecin.
- Les habitants de la montagne sont généralement pauvres, soyez humble et acceptez de vous adapter aux conditions qu’ils offrent.

La préservation de l'environnement

Des problèmes écologiques sont apparus à la fin du XXe siècle au Kazakhstan en raison de l’utilisation agricole intensive du sol et des essais atomiques effectués par le gouvernement soviétique. Des restes de produits chimiques agricoles se sont répandus dans les fleuves et l’eau potable. La région des steppes est touchée par l’érosion et par le recul du niveau de la nappe phréatique. Dans les montagnes du Kazakhstan vivent des antilopes, des ours bruns, des sangliers, des lynx et des aigles, ainsi que de rares léopards des neiges.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d’exception, essayons d’être des voyageurs responsables :
- Laissons les espaces naturels que nous traversons aussi propres que possible, y compris nos campements.
- Consommons de l’eau naturelle traitée avec des pastilles (type micropur) afin d’éviter les bouteilles plastique et de minimiser la pollution.
- Evitons la cuisine au feu de bois, et évitons les feux d’agrément.
- Evitons de laisser les déchets de nos voyages dans les zones rurales, les villes petites et moyennes. Et rapatrions les déchets difficilement triables et recyclable (piles, plastiques, lingettes…) dans les grandes villes.
- Evitons de trop nous approcher de la faune, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
- Préservons la flore car celle-ci est la source de vie des animaux et des hommes.
- Evitons de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique ou symbolique unique.
- Economisons l’eau et évitons de souiller les points d’eau notamment avec les produits d’hygiène (savon, gel douche, etc.).
- Evitons de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel.
- Economisons l’énergie en logeant chez l’habitant car quand nous bénéficions de l’électricité, c’est souvent une chance.
- Utilisons les toilettes parfois prévues dans les campements ; s’il n’y en a pas, éloignons-nous absolument des sources d’eau. Dans la nature, brûlons, sans risque d’incendie, notre papier hygiénique après usage.
- Respectons les règles des parcs nationaux.
 
Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Des voyages 100% carbone neutre

Engagée dès 2006 dans l’absorption carbone des vols de ses salariés, Allibert Trekking absorbe depuis le 1er janvier 2018 l’intégralité des émissions de CO2 générées par le transport aérien de ses voyageurs. Une démarche permettant de financer des actions de lutte contre la déforestation et de restauration de la mangrove. En savoir plus...