Tchad

Le Sahara authentique ! Géographiquement autant que culturellement, le Tchad constitue un point de passage entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire. Cet immense bassin, grand comme deux fois la France, bordé de chaînes montagneuses impressionnantes, est également riche d’un peuplement très ancien, marqué par l’arrivée de populations berbères au VIIIe siècle puis de l’islam au XIe siècle.
Découvrir le Tchad, c’est partir à l’aventure… Très étendu, le pays offre toute la palette des paysages sahariens : barkhanes chahutées par le vent de l’erg du Djourab, tassilis de l’Ennedi façonnés par les vents, oasis verdoyantes et gorgées de vie de Faya et Fada, paysages volcaniques du Tibesti, myriades de peintures rupestres laissées par des pasteurs ancestraux, gueltas creusées par des siècles de ruissellement… Aux amateurs de grands espaces, le Tchad permet d’imaginer toutes les aventures !
Voyages au Tchad

Repères

Population

11,27 millions d’habitants.

Superficie

1 284 000 km2.

Capitale

N’Djamena.

Villes principales

Moundou, Sarh, Abéché.

Point culminant

Emi Koussi (massif du Tibesti, 3 445 m).

Langues

français et arabe (off.), sara, peul, haoussa, en tout plus d’une centaine.

Religions

islam (55 %), christianisme et animisme (45 %).

Décalage horaire

par rapport à la France, pas de décalage de novembre à mars, une heure de moins d’avril à octobre.

Géographie

Géographie
Pays enclavé en Afrique centrale à une altitude moyenne de 200 mètres, le Tchad est bordé au nord par une frontière presque rectiligne avec la Libye, à l’ouest par le Niger, au sud-ouest par le Nigeria (eaux territoriales communes sur le lac Tchad) et par le Cameroun, au sud par la République centrafricaine, à l’est par le Soudan.
Le pays s’étend au nord sur le Sahara méridional, avec le massif du Tibesti partiellement montagneux et volcanique où culmine le mont Emi Koussi. Le sud est couvert par la savane sur les plateaux et par quelques zones de cultures, le plus souvent irriguées. Les principaux fleuves sont le Chari (1 200 km) et le Logone (970 km) orientés sud-est/nord-ouest, qui se rejoignent à N’Djamena avant d’abonder le lac Tchad (quatrième plan d’eau d’Afrique) à l’ouest du pays.

Climat

Climat
Le climat du Tchad est déterminé par deux masses d’air :
- l’harmattan, chaud et sec, qui apporte des vents en provenance du Sahara ;
- une masse d’air maritime, équatoriale, humide et fraîche, qui apporte des vents du sud-ouest.
Entre ces deux masses, le front intertropical, en se déplaçant, rythme les saisons : saison très chaude d’avril à mai (50 °C), saison humide de juillet à octobre, saison sèche et fraîche de décembre à mars.
En fonction des pluies, inégalement réparties, on distingue trois zones climatiques : climat désertique au nord (moins de 250 mm), climat sahélien au centre – capitale comprise – (200 à 500 mm de juin à septembre), régime tropical semi-humide au sud (plus de 500 mm). A Sarh (extrême sud), il tombe plus de 1 200 mm de pluie entre avril et octobre. A Faya-Largeau (nord), les précipitations ne dépassent pas 25 mm.

- Moyenne des températures à N’Djamena : en décembre, de 14 °C (nuit) à 33 °C (jour) ; en avril, de 23 °C (nuit) à 42 °C (jour).

Économie

Le Tchad compte parmi les pays les plus pauvres du monde. Son économie est essentiellement agricole et traditionnelle. La population est rurale à plus de 80 % et représente 83 % de la population active. Agriculture et élevage sont pratiqués de façon extensive, subissant à la fois les contraintes climatiques d’un pays aride et les contraintes commerciales d’un pays enclavé où le transport des marchandises ne s’effectue que par camion sur des pistes mal entretenues. Le gouvernement tchadien souhaite faire de la lutte contre la pauvreté un objectif prioritaire et sur ce point le principal bailleur de fonds est la France.

Société

Société
Le Tchad compte plus de 140 ethnies historiquement marquées par un clivage nord-sud avec deux fortes minorités : Arabes nomades musulmans au nord (15 %) et Sara sédentaires chrétiens ou animistes au sud (20 %).
Les moins de 15 ans représentent près de 48 % de la population qui est très inégalement répartie sur le territoire, avec une densité variant de 0,2 (Borkou-Ennedi-Tibesti) à 42 habitants/km² (Logone occidental). Le taux d’occupation est cinq fois plus élevé dans le sud du pays que dans le nord.
 
Le Tchad est une république. Officiellement démocratie parlementaire, le pays est dans les faits un régime autoritaire. Le président dispose de grands pouvoirs, il peut notamment nommer les ministres. Le Parlement ne comporte qu’une seule chambre.

Bon à savoir

Informations pratiques

Peut-on voyager au Tchad pendant le ramadan ?
La période du ramadan n’empêche pas un voyage en pays musulman. Il y a simplement quelques petites adaptations concernant les repas et l’organisation de la journée : dans les villes et durant les transferts, les restaurants destinés aux visiteurs étrangers fonctionnent normalement. Les petits restaurants locaux sont généralement fermés. Dans certains cas, nous avons donc recours à un pique-nique durant les transferts. Dans le désert, la journée se déroule normalement. Le dîner est l’occasion de longues discussions et rires jusque tard dans la soirée. Nous admirons ces hommes : ils ne touchent à aucune nourriture ni boisson pendant de longues heures ; ils doivent cependant marcher comme nous, et la préparation des repas et du thé pour le groupe est une tentation permanente !
Il est préférable d’éviter de mettre des vêtements moulants ou dénudés durant le ramadan.

Quels souvenirs rapporter ?
Le Tchad possède un artisanat très riche : tapis en cuir de chameau, toutes sortes d’accessoires vestimentaires en cuir, vêtements de coton brodés, calebasses décorées, armes et couteaux, poteries, objets décoratifs en cuivre…
 
Que faut-il savoir pour marcher dans les meilleures conditions dans le désert ?
Nous vous conseillons de porter des vêtements amples, à la fois agréables et signe de respect pour les Tchadiens. Nous vous rappelons que les contacts avec les populations locales sont facilités si votre tenue est en accord avec les coutumes locales. Avoir les bras et les jambes couverts dans le désert permet également de se déshydrater moins vite et réduit les risques d’insolation. Par ailleurs, vous vous salissez moins vite et êtes moins importunés par les insectes. Pour vous protéger du soleil, du vent et de la poussière, vous pouvez acheter un chèche en début de voyage. Il remplace avantageusement chapeau, foulard, etc. N’oubliez pas également de bien vous hydrater : arrêtez-vous très régulièrement pour boire même si vous ne ressentez pas la soif. Veillez à emporter deux gourdes lors de votre voyage, l’une pour boire, l’autre pour laisser aux pastilles purifiantes le temps d’agir.

Le sable pose-t-il un problème dans certains cas ?
Malgré notre meilleure volonté et un entretien rigoureux, vous pouvez rencontrer des difficultés avec les fermetures à glissière des tentes : ces dernières sont définitivement incompatibles avec un vent de sable ! Ne forcez pas, nettoyez-les avec une vieille brosse à dents et informez votre guide. Merci de votre compréhension. Le sable s’infiltre partout avec l’aide du vent. Vous pouvez protéger votre matériel photo à moindre coût en le rangeant dans un sac de congélation.
 
Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Les 4 x 4 sont généralement équipés d’allume-cigares qui permettent de recharger les batteries. Toutefois, nous ne pouvons garantir leur bon état de fonctionnement. En revanche, lors des circuits avec des chameaux, il n’est pas possible de les recharger. Nous vous recommandons, dans tous les cas, de prévoir suffisamment d’autonomie au départ (l’option “panneau solaire souple” peut s’avérer très intéressante), et nous vous remercions de rapporter les piles usagées en France.
Les prises sont identiques aux prises françaises (220 V).

Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges avec les Tchadiens rencontrés. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : as-salam'aleikoum (réponse : wa'aleikoum as-salam).
S'il vous plaît : min fadlak (min fadlek à une femme).
Comment ça va ? : keif hâlek ?
Merci : choukrane.
Au revoir : bisslama.
Oui : na'am. Non : la.
Si Dieu le veut : inch'Allah.
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer, votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Guides
Atlas du Tchad, Danielle Ben Yahmed et Nicole Houstin, éditions Jeune Afrique.
Tchad, Le Petit Futé.
 
Récits, littérature
Tribulations d’un ingénieur au Tchad, Julien Decaudaveine, L’Harmattan.
Contes oubliés des Hadjeray du Tchad, de Peter Fuchs, L’Harmattan.
Voyage au Congo suivi de Le Retour du Tchad, André Gide, Folio Gallimard.
Au Tchad, sous les étoiles, Joseph Brahim Seid, éditions Présence Africaine.

Tourisme responsable

Le respect des us et coutumes

Le Tchad est un pays très riche en traditions. Les différentes ethnies contribuent largement à cette richesse. Les autochtones vivent à travers la musique et la danse. Les cérémonies traditionnelles locales sont variées en couleurs : statues, objets et masques ont chacun leur signification. Notre équipe toubou sera ravie de vous faire découvrir la richesse de sa culture.
 
Voici quelques conseils pour respecter au mieux les populations et leurs cultures :
- Portez une tenue adaptée, de préférence longue et ample, recouvrant genoux et épaules.
- Avant d’entrer dans une tente, évitez de surprendre : annoncez-vous, en toussotant par exemple, et déchaussez-vous.
- Soyez discret dans tous vos comportements, en particulier les signes d’affection en couple.
- Photographier des bâtiments officiels est interdit.
- Photographier des nomades ou des villageois doit reposer sur un échange. Avant de prendre une photo, échangez quelques mots amicaux avec les personnes rencontrées et assurez-vous de leur accord.
- Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d’une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

La préservation de l'environnement

Au nord du Tchad, la zone saharienne aux grandes étendues de sable égayées par les palmeraies est peuplée de troupeaux de chameaux nomades et de petits ruminants. Avec un peu de chance et beaucoup de discrétion, vous pourrez observer des mouflons ou des gazelles... En tous les cas, les traces ne manquent pas !
La zone sahélienne (centre) est dominée par les steppes à épineux et les baobabs.
Dans la zone tropicale (sud du pays), on trouve les savanes boisées et les prémices de la grande forêt équatoriale. Le parc de Zakouma abrite des hippopotames, des antilopes, des éléphants ainsi qu’une grande variété d’oiseaux.

Pour conserver ce patrimoine naturel, essayons d’être des voyageurs responsables :
- Laissons les espaces naturels que nous traversons aussi propres que possible, y compris nos campements.
- Consommons de l’eau naturelle traitée avec des pastilles (type micropur) afin d’éviter les bouteilles plastique et de minimiser la pollution.
- Evitons la cuisine au feu de bois, et évitons les feux d’agrément.
- Evitons de laisser les déchets de nos voyages dans les zones rurales, les villes petites et moyennes. Et rapatrions les déchets difficilement triables et recyclable (piles, plastiques, lingettes…) dans les grandes villes.
- Evitons de trop nous approcher de la faune, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
- Préservons la flore car celle-ci est la source de vie des animaux et des hommes.
- Evitons de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique ou symbolique unique.
- Economisons l’eau et évitons de souiller les points d’eau notamment avec les produits d’hygiène (savon, gel douche, etc.).
- Evitons de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel.
- Economisons l’énergie en logeant chez l’habitant car quand nous bénéficions de l’électricité, c’est souvent une chance.
- Utilisons les toilettes parfois prévues dans les campements ; s’il n’y en a pas, éloignons-nous absolument des sources d’eau. Dans la nature, brûlons, sans risque d’incendie, notre papier hygiénique après usage.
- Respectons les règles des parcs nationaux.
 
Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Des voyages 100% carbone neutre

Engagée dès 2006 dans l’absorption carbone des vols de ses salariés, Allibert Trekking absorbe depuis le 1er janvier 2018 l’intégralité des émissions de CO2 générées par le transport aérien de ses voyageurs. Une démarche permettant de financer des actions de lutte contre la déforestation et de restauration de la mangrove. En savoir plus...