Massif central

Présentation

Le Massif central est un vieux massif hercynien, basculé lors du soulèvement des chaînes alpines. Ses sommets aux formes arrondies et ses vallées encaissées constituent de rudes obstacles aux communications. Souvent méconnu et d’un abord un peu austère, ce massif du centre du pays mérite pourtant qu’on lui prête attention. En effet, une histoire géologique complexe et la grande variété de roches qui le composent ont donné naissance à une grande diversité de paysages. La rudesse de son climat et son accès malaisé l’ayant d’autre part protégé d’un développement démographique excessif, il s’offre aujourd’hui à nous comme une zone préservée, où il est possible d’atteindre, en quelques heures de route seulement, des paysages surprenants et de ressentir un éloignement et une solitude qui s’effacent aussitôt qu’on le souhaite.

Géographie
Tout ou partie de 19 départements composent le Massif central (85 000 km2) : l’Allier, l’Ardèche, l’Aude, l’Aveyron, le Cantal, la Corrèze, la Creuse, le Gard, l’Hérault, la Loire, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Saône-et-Loire, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Vienne.
Ce massif résume à lui seul la plupart des formes topographiques. En effet, ce vaste plateau, le plus vaste et le quatrième plus élevé de France, est à la fois incliné du sud-est (plus de 1 500 m) vers le nord-ouest (300 à 400 m dans le bas Limousin), creusé par des failles, aéré par des bassins d’effondrement, entaillé par des gorges étroites et couvert de volcans éteints. Le puy de Sancy, plus haut sommet du massif, culmine à 1 886 m. 

Climat
La surface du Massif central et la diversité de son relief sont à l’origine de climats contrastés. Le climat de montagne est prédominant, mais chaque région du massif conserve ses spécificités :
- la façade ouest profite d’une nette influence océanique ;
- dans le nord-est du massif, le climat est continental ;
- au sud, dans les Cévennes, le climat devient méditerranéen.
En été, le Massif central connaît des températures qui peuvent atteindre voire dépasser 30 °C. Les hivers sont longs et rigoureux.

Economie
L’agriculture est le premier secteur économique du Massif central. Les agriculteurs pratiquant l’élevage disposent, par leur travail de sélection multicentenaire, d’un important cheptel bovin et ovin. Juste après l’agriculture vient l’industrie agroalimentaire qui comptait en 2008 environ 740 entreprises employant plus de 32 500 salariés, pour un chiffre d’affaires supérieur à 8,5 milliards d’euros. Avec près de 2,6 millions d’hectares de forêts (environ 35 % de son territoire), le Massif central est l’un des principaux massifs forestiers européens, où la filière bois/papier s’est développée naturellement, représentant près de 37 000 emplois. Le tourisme suscite de nombreux espoirs, mais, en dehors de quelques espaces spécialisés, son impact en termes d’emplois est limité.

Société
Comptant deux régions administratives (Auvergne et Limousin), avec des marges appartenant  à quatre autres régions (Bourgogne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes), le Massif central peine à se positionner comme une entité propre.
Le territoire se distingue par un relatif équilibre entre population rurale et population urbaine. L’ensemble des aires urbaines du Massif central regroupe 24 % du territoire et 62 % des habitants (82 % pour le reste de la France).
Outre trois agglomérations importantes, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne et Limoges, le Massif central, qui regroupe un peu plus de 3,7 millions d’habitants, est riche de villes moyennes et petites toujours vivantes, offrant services aux habitants et aux entreprises et marquant de leur patrimoine des paysages variés.

Musiques et danses traditionnelles
L’Auvergne et le Limousin sont connus pour leur culture musicale, dans laquelle on peut distinguer plusieurs groupes : la chanson traditionnelle en occitan, la musique à danser et la musique actuelle d’inspiration traditionnelle.
 
L’art roman auvergnat
De magnifiques édifices et témoignages de l’art roman auvergnat se trouvent à Clermont-Ferrand (Notre-Dame-du-Port), à Orcival, à Issoire (Saint-Austremoine, qui a vu sa polychromie intérieure rétablie au XIXe siècle), Saint-Nectaire, Saint-Saturnin, Brioude, Le Puy-en-Velay, Mauriac et nombre de hameaux…
 
L’or blanc du Limousin
Longtemps l’Occident n’a connu que les porcelaines importées d’Extrême-Orient, puis les porcelaines tendres à la fin du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle sont découverts en région limousine des gisements de kaolin (Saint-Yriex-la-Perche). Turgot crée en 1771 une fabrique de porcelaine dure, sous le patronage du compte d’Artois. Après le Premier Empire, l’industrie porcelainière se concentre autour de Limoges qui, par la Vienne, reçoit les trains de bois indispensables à l’alimentation des fours. La porcelaine de Limoges représente plus de la moitié de la production française. 

Les parcs naturels
Les dix parcs naturels du Massif central représentent le plus grand espace préservé d’Europe. La diversité de climat se retrouve dans la végétation et les paysages : des verdoyants volcans d’Auvergne aux causses arides, du maquis cévenol à l’austère Forez, se décline une multitude de variations. On rencontre de nombreuses espèces floristiques d’origine méditerranéenne, montagnarde ou continentale, et des espèces endémiques comme le séneçon du Mézenc, la jasione d’Auvergne, la saxifrage de Lamothe. Du fait de la diversité des biotopes, du contact entre milieux océaniques, continentaux et méditerranéens ainsi que des interventions anthropiques, le Massif central est aujourd’hui porteur de biodiversité et d’une grande quantité d’espèces animales. Certaines ont été décimées, comme la loutre, le busard cendré, l’aigle royal, la cistude d’Europe ou le râle des genêts. Des espèces rares bénéficient de plans nationaux de restauration, comme la loutre d’Europe, l’aigle de Bonelli, le vautour fauve, le vautour percnoptère, le milan royal, l’écrevisse à pieds blancs, la moule perlière et le saumon. D’autres ont été introduites avec succès sur les hauts sommets volcaniques ou cristallins, comme la marmotte, le mouflon ou le chamois.  

Sites Internet

http://www.easyfrance.fr/france/massif-central/la_faune_et_la_flore/.
http://www.geo.fr/voyages/guides-de-voyage/europe/france/massif-central/.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Massif_central.
http://www.routard.com/guide/code_dest/auvergne.htm.
http://www.routard.com/guide/code_dest/limousin.htm.
 
Bibliographie
Guides et récits

Faune et flore du Massif central, Thierry Ballay, Créer.
Le Massif central, Odile Faure, Ouest-France.
Voyage avec un âne dans les Cévennes, Robert Louis Stevenson, Flammarion.

Présentation

Le Massif central est un vieux massif hercynien, basculé lors du soulèvement des chaînes alpines. Ses sommets aux formes arrondies et ses vallées encaissées constituent de rudes obstacles aux communications. Souvent méconnu et d’un abord un peu austère, ce massif du centre du pays mérite pourtant qu’on lui prête attention. En effet, une histoire géologique complexe et la grande variété de roches qui le composent ont donné naissance à une grande diversité de paysages. La rudesse de son climat et son accès malaisé l’ayant d’autre part protégé d’un développement démographique excessif, il s’offre aujourd’hui à nous comme une zone préservée, où il est possible d’atteindre, en quelques heures de route seulement, des paysages surprenants et de ressentir un éloignement et une solitude qui s’effacent aussitôt qu’on le souhaite.

Géographie
Tout ou partie de 19 départements composent le Massif central (85 000 km2) : l’Allier, l’Ardèche, l’Aude, l’Aveyron, le Cantal, la Corrèze, la Creuse, le Gard, l’Hérault, la Loire, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Saône-et-Loire, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Vienne.
Ce massif résume à lui seul la plupart des formes topographiques. En effet, ce vaste plateau, le plus vaste et le quatrième plus élevé de France, est à la fois incliné du sud-est (plus de 1 500 m) vers le nord-ouest (300 à 400 m dans le bas Limousin), creusé par des failles, aéré par des bassins d’effondrement, entaillé par des gorges étroites et couvert de volcans éteints. Le puy de Sancy, plus haut sommet du massif, culmine à 1 886 m. 

Climat
La surface du Massif central et la diversité de son relief sont à l’origine de climats contrastés. Le climat de montagne est prédominant, mais chaque région du massif conserve ses spécificités :
- la façade ouest profite d’une nette influence océanique ;
- dans le nord-est du massif, le climat est continental ;
- au sud, dans les Cévennes, le climat devient méditerranéen.
En été, le Massif central connaît des températures qui peuvent atteindre voire dépasser 30 °C. Les hivers sont longs et rigoureux.

Economie
L’agriculture est le premier secteur économique du Massif central. Les agriculteurs pratiquant l’élevage disposent, par leur travail de sélection multicentenaire, d’un important cheptel bovin et ovin. Juste après l’agriculture vient l’industrie agroalimentaire qui comptait en 2008 environ 740 entreprises employant plus de 32 500 salariés, pour un chiffre d’affaires supérieur à 8,5 milliards d’euros. Avec près de 2,6 millions d’hectares de forêts (environ 35 % de son territoire), le Massif central est l’un des principaux massifs forestiers européens, où la filière bois/papier s’est développée naturellement, représentant près de 37 000 emplois. Le tourisme suscite de nombreux espoirs, mais, en dehors de quelques espaces spécialisés, son impact en termes d’emplois est limité.

Société
Comptant deux régions administratives (Auvergne et Limousin), avec des marges appartenant  à quatre autres régions (Bourgogne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes), le Massif central peine à se positionner comme une entité propre.
Le territoire se distingue par un relatif équilibre entre population rurale et population urbaine. L’ensemble des aires urbaines du Massif central regroupe 24 % du territoire et 62 % des habitants (82 % pour le reste de la France).
Outre trois agglomérations importantes, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne et Limoges, le Massif central, qui regroupe un peu plus de 3,7 millions d’habitants, est riche de villes moyennes et petites toujours vivantes, offrant services aux habitants et aux entreprises et marquant de leur patrimoine des paysages variés.

Musiques et danses traditionnelles
L’Auvergne et le Limousin sont connus pour leur culture musicale, dans laquelle on peut distinguer plusieurs groupes : la chanson traditionnelle en occitan, la musique à danser et la musique actuelle d’inspiration traditionnelle.
 
L’art roman auvergnat
De magnifiques édifices et témoignages de l’art roman auvergnat se trouvent à Clermont-Ferrand (Notre-Dame-du-Port), à Orcival, à Issoire (Saint-Austremoine, qui a vu sa polychromie intérieure rétablie au XIXe siècle), Saint-Nectaire, Saint-Saturnin, Brioude, Le Puy-en-Velay, Mauriac et nombre de hameaux…
 
L’or blanc du Limousin
Longtemps l’Occident n’a connu que les porcelaines importées d’Extrême-Orient, puis les porcelaines tendres à la fin du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle sont découverts en région limousine des gisements de kaolin (Saint-Yriex-la-Perche). Turgot crée en 1771 une fabrique de porcelaine dure, sous le patronage du compte d’Artois. Après le Premier Empire, l’industrie porcelainière se concentre autour de Limoges qui, par la Vienne, reçoit les trains de bois indispensables à l’alimentation des fours. La porcelaine de Limoges représente plus de la moitié de la production française. 

Les parcs naturels
Les dix parcs naturels du Massif central représentent le plus grand espace préservé d’Europe. La diversité de climat se retrouve dans la végétation et les paysages : des verdoyants volcans d’Auvergne aux causses arides, du maquis cévenol à l’austère Forez, se décline une multitude de variations. On rencontre de nombreuses espèces floristiques d’origine méditerranéenne, montagnarde ou continentale, et des espèces endémiques comme le séneçon du Mézenc, la jasione d’Auvergne, la saxifrage de Lamothe. Du fait de la diversité des biotopes, du contact entre milieux océaniques, continentaux et méditerranéens ainsi que des interventions anthropiques, le Massif central est aujourd’hui porteur de biodiversité et d’une grande quantité d’espèces animales. Certaines ont été décimées, comme la loutre, le busard cendré, l’aigle royal, la cistude d’Europe ou le râle des genêts. Des espèces rares bénéficient de plans nationaux de restauration, comme la loutre d’Europe, l’aigle de Bonelli, le vautour fauve, le vautour percnoptère, le milan royal, l’écrevisse à pieds blancs, la moule perlière et le saumon. D’autres ont été introduites avec succès sur les hauts sommets volcaniques ou cristallins, comme la marmotte, le mouflon ou le chamois.  

Sites Internet

http://www.easyfrance.fr/france/massif-central/la_faune_et_la_flore/.
http://www.geo.fr/voyages/guides-de-voyage/europe/france/massif-central/.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Massif_central.
http://www.routard.com/guide/code_dest/auvergne.htm.
http://www.routard.com/guide/code_dest/limousin.htm.
 
Bibliographie
Guides et récits

Faune et flore du Massif central, Thierry Ballay, Créer.
Le Massif central, Odile Faure, Ouest-France.
Voyage avec un âne dans les Cévennes, Robert Louis Stevenson, Flammarion.