Provence-Méditerranée

Présentation

Jean Giono écrivait : “La Provence dissimule ses mystères derrière l’évidence.”
Y a-t-il un autre lieu en France ayant attiré autant de peintres, d’écrivains ou de poètes ? Tant de beauté et de diversité doivent être protégées. Ainsi existe-t-il de nombreux parcs naturels régionaux (Lubéron, Verdon et Côte Bleue) et parcs nationaux (Mercantour, Port-Cros, Porquerolles, Calanques). Des montagnes à la mer s’étend une nature préservée, peu touchée par l’urbanisme. Entourés d’oliviers centenaires et de magnifiques vergers, les petits villages à la vie paisible, ont traversé les âges.
Du nord au sud s’égrène une succession de montagnes, dont le point culminant, le mont Ventoux, atteint 1 911 m. Plus au sud, la Sainte-Victoire et la Sainte-Baume, montagnes aux senteurs de lavande et d’origan, ne manquent pas d’élégance. Enfin, dans ces paysages d’exception, se sont formées des gorges extraordinaires à la végétation extrêmement riche.

Géographie
Le relief est vallonné avec des Préalpes impressionnantes dans la partie centrale et la chaîne des Alpes du sud à l’est et au nord-est (culminant à 3 412 m à l’aiguille de Chambeyron dans les Alpes-de-Haute-Provence). Les côtes de Marseille à Menton sont plutôt escarpées (Calanques, Maures et Esterel). L’érosion due aux violents orages d’été entraîne des ravines assez creusées. Les Plans de haute Provence délimitent les Préalpes des collines centrales (plateau de Valensole, plan de Canjuers, plateau d’Albion). L’ouest de la région est marqué par la plaine de la Crau et la Camargue qui constituent les seuls véritables espaces plats de la région provençale.
Avec 31 443 km2, qui représentent 5,8 % du territoire français, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur regroupe les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse. D’un point de vue culturel, le sud de la Drôme (après Montélimar), l’est et le sud du Gard peuvent être considérés comme provençaux.
 
Climat
Le climat privilégié de la région n’est pas une légende : les températures sont clémentes, les pluies rares. Les nombreux écrivains qui ont loué la région pour son soleil et sa luminosité exceptionnelle ne s’y sont pas trompés.
- L’été, un soleil brûlant écrase la campagne provençale et le littoral méditerranéen, ce qui fait apprécier l’ombre des platanes et la baignade. Les températures dépassent le plus souvent 30 °C en milieu de journée. Les températures de la nuit sont agréables, aux alentours de 20 °C.
- L’hiver, souvent ensoleillé, est ici aussi la saison froide. Dans les plaines et sur le littoral, les températures peuvent varier de 10 °C, voire plus les jours de soleil sans vent. Le mistral, ce vent froid qui vient du Nord et dégage le ciel de tout nuage, fait baisser rapidement la température. En montagne, les nuages sont rares, et la neige souvent abondante.
- Au printemps et en automne, il peut pleuvoir, mais les averses sont généralement de courte durée. Le mistral souffle plus souvent de mars à mai.
La Provence se découvre en toute saison : certaines journées d’hiver font croire au printemps, et il n’est pas rare de randonner en vêtements légers. Grâce aux conditions météorologiques favorables, l’automne et le printemps sont les saisons les plus propices à la découverte de cette région.
 
Economie
Bénéficiant d’un environnement exceptionnel, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, troisième région économique de France, déploie une attractivité qui en fait l’une des premières destinations touristiques mondiales (35 millions de touristes accueillis chaque année et 80 % de l’emploi régional). Cette attractivité, également à l’origine d’une des plus fortes concentrations de ressources intellectuelles et technologiques d’Europe, se traduit par une puissante activité économique, dans des secteurs aussi variés que les télécommunications, la microélectronique, les sciences du vivant, l’aéronautique et l’espace, les technologies de la mer, le multimédia, mais aussi l’agroalimentaire, la chimie et la logistique.
 
Société
Avec plus de 4,5 millions d’habitants, la région se classe au troisième rang des régions françaises en termes de population.
La Provence est aussi un pays de traditions, dont les plus connues restent celles qui se déroulent durant la période de Noël : le blé de la Sainte-Barbe, qui marque le lancement des fêtes, la crèche de Noël, le cacho-fio qui a donné naissance à la bûche de Noël, la messe de minuit et les 13 desserts qui sont servis juste après, le pastrage, procession ayant lieu durant la messe de minuit, les pastorales, représentation théâtrale de la scène de la Nativité. Le reste de l’année comporte également des traditions, comme les fêtes de la Saint-Eloi, fêtes traditionnelles folkloriques colorées, et les abrivado, jeux taurins qui rassemblent villageois et amateurs de courses taurines. Le folklore provençal, à l’instar de la majorité des folklores hexagonaux, connaît un regain de vigueur, en grande partie initié par le tourisme.

Quelques mots en occitan provençal
Bonsoir : bon vespre.
S’il vous plaît : se vous plais.
Comment ça va ? : E, coumo vai ?
Au revoir : adessias.
Pardon : perdoun, escusas.
Oui : o, vouei. Non : noun, nàni.

Le costume provençal
Le costume traditionnel de Provence a disparu au cours du XIXe siècle, remplacé peu à peu par les costumes de la mode parisienne (celle-ci se répandra par la suite dans toute la France). Il existait trois types de costumes : celui des paysans, celui des artisans et celui des bastidiens. Selon la classe sociale, le tissu du costume change, mais la coupe est toujours à peu près la même.  

Santons de Provence
Les santons (de santoun, “petit saint” en provençal) sont des figurines de terre cuite peintes servant à orner les crèches de Noël. La Provence connut une longue tradition de crèches d’église, avec parfois des sujets vivants.
L’art du santon de Provence connut son apogée dans la première moitié du XIXe siècle, ce qui explique que les costumes des personnages datent pour la plupart de cette époque. 

La faune et la flore
Dans les forêts aux riches senteurs de résines et d’essences enivrantes se cachent quelques chevreuils, des sangliers, endormis le jour dans leurs bauges, au fond de bosquets impénétrables, des “sanglochons”, hybrides de sangliers et de cochons sauvages ou domestiques, quelques lièvres et lapins et des renards furtifs... Parmi les rampants, on peut croiser des couleuvres diverses, dont la fameuse couleuvre de Montpellier qui peut atteindre deux mètres de long, des orvets, mais pas ou peu de vipères, des petits lézards gris, mais aussi ces gros lézards verts qu’on appelle aussi limberts et qui contribuent à la destruction d’éventuelles vipères...
Cependant, sur ces terres du haut Var brûlées par le soleil et par d’innombrables incendies de forêts, le sol est plutôt pauvre et l’humus a du mal à se former, en dehors des plaines, des vallées et des versants à l’ubac.
 
Sites Internet
http://www.routard.com/guide/code_dest/provence.htm.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Provence.
http://dilaurus.org/Ponteves/la faune et la flore.htm.