Bannière Guides par passion

Ellas, Women of Amazonia

Trois filles, Estelle, Jade et Noémie, trois pays, Colombie, Pérou, Equateur, et un projet en trois dimensions : promouvoir la culture des communautés amazoniennes, mettre en lumière le rôle des femmes dans la préservation de l’environnement et sensibiliser à l’enjeu écologique majeur qui se joue en Amazonie pour l’équilibre de la planète. Un projet que nous avons choisi d’accompagner et qui donnera naissance à un documentaire en mai 2023 sur ces femmes d’Amazonie.

Quelle est la genèse du projet ? Et pourquoi le choix de l’Amazonie?

Jade : Lorsqu’on s’est rencontrées avec Estelle, on avait envie de faire quelque chose ensemble, quelque chose qui ai du sens pour nous. On est toutes les deux animées par la cause écologique et féministe. L’écoféminisme est un mouvement né dans les années 80, qui montre qu’il existe un lien intrinsèque entre la cause environnementale et la cause féministe : plus on donne du pouvoir aux femmes, mieux l’environnement se porte. Le développement durable, l’impact des entreprises sur l’environnement… sont des sujets auxquels nous sommes très sensibles.

Estelle : On avait eu le temps de réfléchir pendant le confinement, une période où on se nourrissait énormément de l’actualité, où on lisait. En 2020, il y a eu de nombreux feux de forêt en Amazonie. On en parlait beaucoup, il y a eu un focus médiatique, c’était très impressionnant !
Après, il y a eu la COP26 à Glasgow, on s’y est intéressées en parallèle, on s’est rendu compte que la protection de la forêt amazonienne était un sujet majeur pour le climat en Amérique, mais aussi dans le monde entier. De nombreux intervenants, experts, alertaient sur ces enjeux de préservation.

Jade : Lire la presse, des articles, des interviews, mais aussi les réseaux sociaux… nous a beaucoup aidé à comprendre l’importance de ces peuples dans la préservation des espaces naturels dans le monde, en particulier l’Amazonie, qui est le poumon de la planète.
L’idée a germé de rencontrer des acteurs qui nous inspirent, et petit à petit, on s’est orientées vers ce projet. On voulait s’écarter de l’entreprise et du milieu professionnel pour aller vers l’humain, vers des personnes qui portent des projets, qui sont dans l’action !

Pourquoi le choix d’Allibert Trekking comme partenaire ?

Jade : Nous avions besoin d’un partenaire pour faire aboutir notre projet, mais pas n’importe quel acteur, un acteur avec qui on partage des valeurs. Les valeurs chez Ellas et pour nous, c’est très important.

Estelle : Nous recherchions un partenaire qui ait la même sensibiltié que nous, ouvert au monde et aux problématiques écologiques. J’ai découvert Allibert Trekking, qui proposait justement des circuits dans les trois pays où nous nous rendions : en Colombie, au Pérou et en Equateur. Ensuite, j’ai été attirée par la section “tourisme responsable”, notamment par une action de préservation de 300 000 hectares de forêts primaires en Amazonie, dans le cadre du programme d’absorption des émissions de CO2 d’Allibert. J’ai pensé qu’un projet de de ce type pouvait faire écho à leur conception du voyage et à leurs préoccupations en matière d’impact environnemental.
Allibert était très intéressé de voir que des jeunes prenaient le relais, l’entreprise avait aussi envie de montrer ce qui se passe ailleurs, dans d’autres pays.

L’idée est de transmettre cette expérience à travers un documentaire…

Jade : L’idée du documentaire est venue assez rapidement. On avait envie de partir à la rencontre de ces femmes, plus que d’un continent ou d’un pays. On voulait restituer au plus près leur réalité, montrer des gens, car ce sont les gens qui sont au centre du projet, et le format documentaire est aussi une manière d’être dans l’action. Un levier qui nous intéressait pour saisir l’instantané…

Estelle : Oui, la question s’est posée tout de suite : qu’est-ce qu’on a envie de partager ? Quel impact on voudrait avoir ? On ne voulait pas garder toutes ces rencontres, tous ces échanges seulement pour nous. Nous avons alors rencontré Noémie, photographe professionnelle, qui était partante pour l’aventure, en tant que réalisatrice-cadreuse.

Noémie : On a pensé à une série en quatre épisodes thématiques, qui seraient : le rôle des femmes dans la préservation de la nature et dans la transmission des savoir-faire traditionnels, l’exode rural des jeunes qui provoque une perte des savoir-faire et un abandon des personnes âgées, comment concilier sa culture avec le mode de vie occidental proche et attractif ?
Nous voulons leur donner la parole, partager toutes nos toutes nos découvertes. Exprimer ce qu’on va voir, notre ressenti sur cette manière de vivre différente… et le donner à voir.

La première étape est la Colombie…

Jade : Nous partons le 4 septembre pour la Colombie. Nos interlocutrices sur place, avec qui on échange depuis des mois, sont prêtes à nous d’accueillir, elles vont nous accompagner à la rencontre de ces femmes amazoniennes. Ensuite, le prochain pays, ce sera le Pérou, et enfin l’Equateur. Voilà donc trois mois qui devraient être une extraordinaire aventure !

Jade, Noémie, Estelle : Ça va être très enrichissant, très enrichissant !

Allibert Trekking a choisi de soutenir le projet Ellas Women of Amazonia

“Nous avons choisi d’accompagner Ellas Women of Amazonia parce que, au-delà du fait que ces jeunes femmes vont se rendre dans des pays où l’on propose de nombreux voyages, c’est autour des valeurs humaines véhiculées par ce projet qu’on se retrouve. Aller à la rencontre de ces femmes amazoniennes pour comprendre leurs difficultés et les enjeux environnementaux qui se jouent dans cette région, et s’inspirer d’elles pour passer à l’action, c’est aussi ça l’essence du voyage…”

Aurélie Mansiot, directrice de la communication