Avis des voyageurs Allibert Trekking au Spitzberg
97% de nos clients satisfaits
sur 76 voyageurs ayant répondu à l'enquête de satisfaction
Claire P. Très satisfaite de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est Photo de Claire P.
Grande voyageuse
10 voyages avec Allibert Trekking
Voir le profil
Très satisfaite de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est
Super voyage, une belle expédition, non pas sous estimer le froid qui rend le voyage difficile. Les gardes de nuit se font bien mais parfois difficile à cause des conditions climatiques (vent, neige, rafales) ou pour enfiler les chaussures qui sont gelées.
Nous avons croisés 3 ours, des rennes et des lagopèdes.
Les paysages sont magnifiques glaciers, banquise, moraine... Un calme parfait.
Bruno G. Très satisfait de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est
Voyageur
2 voyages avec Allibert Trekking
Très satisfait de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est
12 jours (et 11 nuits de bivouac) en autonomie.
La difficulté de ce circuit n'est pas sur un plan physique : 6 heures de marche par jour sur quasiment du plat à trainer une pulka.
La difficulté est sur un plan psychologique : le froid, le vent, la neige dans les yeux, l'isolement, les tours de garde contre l'ours entre 2 et 3 heures du matin avec les bottes gelées à enfiler, les engelures, les impondérables, ...
Le confort de tous les jours d'un mode de vie occidental est bien loin.
Tout se joue donc au mental avec le support du groupe et du guide (Steven était formidable).
Les paysages (la banquise, les glaciers, ...) sont magnifiques.
Randonner sur la banquise avec les icebergs dérivant à deux kilomètres est une expérience extraordinaire.
Nous avons eu la chance de voir trois ours : une ourse et son ourson puis un mâle (aux jumelles).
A faire par les passionnés de treks.
Gilles D. Très satisfait de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est Photo de Gilles D.
Grand voyageur
5 voyages avec Allibert Trekking
Voir le profil
Très satisfait de son voyage Ours et banquise : raid sur la côte est
"Ce circuit de 12 jours au Spitzberg, en autonomie complète, constitue une belle expérience, plus sur le plan personnel et collectif que sur le plan sportif. Les conditions météo nous ont amenés à sortir de notre zone de confort : froid (même si les températures n'ont pas été extrêmes), vent (parfois violent et même tempête durant 24 heures), tours de garde durant les heures de sommeil (je n'écris pas ""la nuit"" car il ne fait pas nuit), la participation aux taches communes (chaque jour installations et démontages des campements).
L'animation et l'encadrement par notre guide Steven ont largement contribué à la pleine réussite de ce séjour.
Cependant, chacun doit apporter sa contribution (ce qui fut le cas) pour parvenir à la bonne entente de tous et à la cohésion du groupe."
Julie R. À propos de son voyage Itinérance arctique Photo de Julie R.
Voyageuse
4 voyages avec Allibert Trekking
Voir le profil
À propos de son voyage Itinérance arctique
1 / 4
1 / 6
1 / 8
1 / 16
Je suis partie sur ce voyage avec Allibert fin juillet-début août 2019 pour me former sur cette destination.

Je reviens grandit de cette expérience d'itinérance en kayak-rando.

Parce que le Spitzberg est un bout du monde où les extrêmes se côtoient, se voient et se ressentent très fortement. Pour se faire plaisir et bien vivre son voyage, il faut une très bonne condition physique et un mental aguerri pour encaisser de longues journées, des imprévus, des tours de garde les nuits, la participation aux tâches collectives, les efforts propres au kayak et à la rando. Le rythme n'est pas forcément élevé mais continu. On ne vient pas découvrir le kayak de mer au Spitzberg. On doit déjà le pratiquer régulièrement, ou avoir une expérience d'itinérance, ou plusieurs sorties à la journée. C'était génial pour moi de faire du kayak avec un guide très expérimenté, d'autres participants bretons ou méditerranéens qui font du kayak comme moi du ski, 6 mois de l'année sur les pentes du massif du Mont-Blanc. Leur passion m'a atteint. Quand il s'agit de sprinter ou de faire une étape plus longue que prévue car les aléas l'obligent, il ne faut pas avoir mal aux bras, il ne faut pas faiblir physiquement et mentalement. Les joies qui en découlent après une bonne bambée* dans les flots face au vent au milieu des icebergs s'en décuplent!

Je quitte un Chamonix bondée en plein été pour la grande nature. Les glaciers m'impressionnent, ils sont tellement immenses. Certains en surge grondent plus fort que le tonnerre d'un monstre orage estival. Dans l'eau, les morses, ces mastodontes de plus d'une tonne sont fluides comme des danseuses étoiles, alors qu'ils deviennent complètement handicapés par leur lourdeur dès qu'ils atteignent les plages. Les oiseaux sont omniprésents et très bavards. Les sternes arctiques en apparence très joviales ne manqueraient pas d'attaquer votre cuir chevelu si vous approchez de leurs nids. Les renardeaux vous feront les yeux doux que pour mieux vous chaparder votre mangeage. L'ours polaire, le plus grand prédateur terrestre occupe ces lieux. Vous êtes sur son territoire. Vous aurez peut-être la chance de le voir, ou pas.

Amoureux de la grande nature, de la "roots attitude" et des bivouacs, contemplatifs dans l'âme et en quête d’émerveillement, je vous conseille nos voyages aux Spitzberg.

Julie, conseillère à l'agence Allibert Trekking de Chamonix


*bambée en patois savoyard désigne la mesure de la difficulté pour atteindre un objectif.
Vidian G. À propos de son voyage Sur la banquise de Tempelfjord Photo de Vidian G.
Voyageur
1 voyage avec Allibert
Voir le profil
À propos de son voyage Sur la banquise de Tempelfjord
1 / 2
1 / 3
1 / 4
1 / 7
Un voyage de reconnaissance en terre des ours fantastique ! Que ce soit à ski ou à raquette, on progresse à notre rythme au milieu de ce désert blanc et glacé. La pulka n'est pas si lourde et rien que de savoir que nous transportons aussi de bons plats (et pas que du lyophilisé) est un réconfort ;-) ! Les chiens participent à la bonne humeur générale et les bivouacs sont sublimes... On ne maitrise pas la banquise et c'est toujours une quête que de partir à sa recherche. Sera-t-elle assez solide cette année ? Pourrons nous approcher le front glaciaire ? Dans tous les cas, les paysages du Grand Grand Nord sont extraordinaires et on en "prend plein la vue" ! Plus qu'une idée en tête : partir sur le grand raid de la côte Est !