Chypre

Chypre est un petit pays, certes, mais une grande île. La déesse Aphrodite, en son temps, en avait fait sa terre d’élection, et comme on la comprend ! Cette île au climat privilégié recèle des trésors : les paysages du massif du Troodos qui cache d’exceptionnels monastères et chapelles byzantines ; la côte, paradisiaque ; les villages et les villes avec leurs ruines romaines, leurs églises ou leurs fortifications. Sans parler des Chypriotes, de leur accueil chaleureux et leur sens de la fête.

Randonnées  à Chypre

Repères

Population

885 600 habitants. La population de la partie “nord” de Chypre (hors du contrôle des autorités légales) est estimée à 250 000 personnes.

Superficie

9 251 km2 (troisième île de Méditerranée).

Capitale

Nicosie.

Villes principales

Limassol, Larnaka, Paphos.

Géographie

Depuis l’invasion turque de 1974, 35 % de l’île (le nord-est) est sous occupation turque. Le reste constitue la république de Chypre où se déroulent nos voyages.

Point culminant

Olympe (1 951 m).

Langues

grec et turc (off.), l’anglais est largement utilisé dans les lieux touristiques.

Religion

orthodoxe (95 %), les 5 % restant étant pour l’essentiel chrétiens maronites, catholiques ou arméniens. Les Chypriotes turcs sont majoritairement de religion musulmane.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de plus tout au long de l’année.
UTC/GMT : + 2 h.

Géographie

L’île de Chypre est située dans la partie orientale de la Méditerranée, à 560 kilomètres de la Crète, 400 kilomètres de Rhodes, 75 kilomètres des côtes turques, 100 kilomètres des côtes syriennes et libanaises et 1 000 kilomètres au sud-est d’Athènes. Elle comporte 648 kilomètres de littoral. Chypre possède environ 150 kilomètres de frontière terrestre avec les bases militaires britanniques d’Akrotiri et Dhekelia.
L’île peut être divisé en trois grands ensembles. Au sud, le massif du Troodos qui culmine à 1 953 mètres – églises et monastères byzantins érigés sur des sommets ou blottis dans des vallées, villages pittoresques cramponnés aux pentes sculptées en terrasses – , au centre, la plaine de Mésorée, vaste ondulation synclinale, et, au nord, l’arête montagneuse du Pentadactyle, d’orientation est-ouest, qui culmine à 1 024 mètres.

Climat

Le climat est méditerranéen, avec des étés chauds et secs et des hivers très doux à faible pluviosité et avec une belle luminosité.
Le pays peut se vanter de 330 jours d’ensoleillement par an. Même lorsqu’il neige sur le Troodos, les hivers savent rester doux en bord de mer.
En décembre, la température moyenne dans la journée tourne autour de 18 °C ; en janvier et février, elle est de 16 à 17 °C ; à partir de mars, les températures atteignent les 20 à 22 °C jusqu’à la fin d’avril.
Pour les passionnés de fleurs, mars, avril et mai sont idéals pour découvrir plus d’une centaine de plantes endémiques de l’île.

- Températures et précipitations moyennes, en °C et mm

 

janv.

fév.

mars

avr.

mai

juin

juil.

août

sept.

oct.

nov.

déc.

°C

10,6

11,1

12,5

16,7

21,1

25,5

28,1

28,5

25,4

21,2

16

12

mm

74

43

37

17

21

9

1

2

7

21

32

74 

Économie

Dans la Mésorée et sur le littoral, poussent agrumes, cultures céréalières et maraîchères ; les piémonts montagneux sont plantés de vignobles et d’oliviers et abritent un élevage ovin. Le massif du Troodos possède une industrie forestière et plusieurs exploitations minières (cuivre, chrome, amiante) qui connaissent des difficultés. L’île paraissait en revanche dépourvue de ressources énergétiques jusqu’à la découverte de vastes gisements maritimes de gaz naturel en 2010. L’activité industrielle s’est développée autour de Nicosie et des ports. Le secteur des services est en revanche très actif dans la partie sud de l’île : Chypre est un pavillon de complaisance, accueille des sociétés étrangères off-shore ; le tourisme (culturel et balnéaire) est le premier poste de l’économie. Le nord de Chypre, quant à lui, reste très dépendant de l’aide économique de la Turquie, avec laquelle il réalise l’essentiel de ses échanges.  L'entrée de la république de Chypre dans l’Union européenne en 2004 n’a pas fait aboutir les tentatives de mettre fin à la division de l’île. La diaspora chypriote (500 000 personnes) en Grande-Bretagne, dans les pays du Commonwealth ou en Amérique du Nord contribue également par ses capitaux à l’essor économique de l’île.

Société

La population chypriote est constituée de Chypriotes grecs (80,7 %) et de Chypriotes turcs (11 %). Les résidents et travailleurs étrangers représentent 8,3 % de la population. L’invasion des troupes d’Ankara en 1974 et la partition de fait qui a suivi ont concentré la population turque au Nord et au Nord-Est sur environ 40 % du territoire. Nicosie, partagée en deux secteurs, grec et turc, rassemble à elle seule un quart de la population chypriote. Les régions de montagne, à l’inverse, ont tendance à se désertifier.
Chypre rassemble plusieurs cultures. C’est pour cela que le Chypriote est méditerranéen sans être latin, hellénophone sans être grec, roule à gauche sans être britannique, partage la confession orthodoxe sans être russe, boit du café avec du marc au fond de la tasse sans être turc et, surtout, est très fier de son pays.

L'histoire du pays

Dès le IIe millénaire avant J.-C., Chypre développe son commerce avec l’Egée, l’Egypte et surtout la Syrie. Lorsque les “siècles obscurs” (XIe-IXe siècle avant J.-C.) s’achèvent – l’île a été envahie par des peuples de la mer –, Chypre, ouverte aux influences étrangères, égyptienne et surtout grecque, est divisée en une dizaine de royaumes, qui sont bientôt éliminés par Ptolémée (IVe-IIIe siècle avant J.-C.). Elle devient province romaine en 58 avant J.-C.
Au IIIe siècle, Chypre, rattachée au diocèse d’Orient, est désormais dépendante du pouvoir impérial qui siège à Constantinople. Envahie par les Omeyyades au VIIe siècle, puis par l’Empire byzantin au Xe siècle, elle est conquise au XIIe siècle par Richard Cœur de Lion. De la fin du XIIe au XVe siècle, Chypre, qui est l’une des bases d’attaque des croisés, devient un Etat de peuplement, d’économie et de civilisation occidentaux en Orient. Colons et négociants y sont très présents, et une période d’une exceptionnelle prospérité commence. Le commerce enrichit la colonie génoise de l’île ; pour s’en dégager, Jacques II (1460-1473) épouse une Vénitienne qui gouvernera Chypre et la cèdera à Venise. En 1571, les Turcs établissent leur domination pour trois siècles. En 1878, le sultan accorde à la Grande-Bretagne le droit d’occuper et d’administrer l’île, qui reste néanmoins sous la souveraineté ottomane. Mais dès que la Turquie entre en guerre aux côtés de l’Allemagne, Chypre est annexée par la Grande-Bretagne, puis devient colonie de la Couronne britannique en 1925.
En 1947, la Grande-Bretagne propose un statut plus libéral rejeté par la population qui réclame l’union avec la Grèce. La guerre civile, menée par l’EOKA (Organisation nationale des combattants chypriotes), avec l’appui de l’Eglise orthodoxe autocéphale, aboutit à l’indépendance et à la proclamation de la République en 1959. Cette décision tient compte des intérêts stratégiques anglais en Méditerranée orientale et de l’existence d’une minorité turque dans l’île : la Grande-Bretagne conserve des bases militaires à Chypre, l’Etat chypriote est dirigé par un président grec et par un vice-président turc. Toutefois, dans les années 60, de graves incidents opposant les deux communautés, le mandat des forces internationales à Chypre est prolongé. Le conflit qui se durcit se double d’une tension entre Nicosie et Athènes. En juillet 1974, après un coup d’Etat de la garde nationale, la Turquie réplique. La médiation britannique et la chute, en Grèce, du régime des colonels permettent la signature d’un cessez-le-feu.
Mais une nouvelle intervention militaire turque entraîne un exode massif de la population grecque vers le sud de l’île. Le nouveau président grec de Chypre et le vice-président turc organisent des entretiens qui n’aboutissent pas. En février 1975, les Chypriotes turcs proclament unilatéralement que leur territoire, situé au nord de la “ligne Attila” constitue un “Etat autonome, laïc et fédéré”. En novembre 1983, la partition de l’île est consacrée par la création d’un Etat chypriote turc indépendant, la république turque de Chypre du Nord (RTCN).
En dépit de la reprise de nouvelles négociations en 1984-1985, les deux communautés ne parviennent pas à s’entendre. En 1990, le processus d’intégration de la république de Chypre à la Communauté européenne est amorcé, il aboutit le 1er mai 2004. Cela réveille les tensions gréco-turques. La Communauté européenne souhaite que l’adhésion de Chypre soit précédée d’un compromis entre les deux communautés. La Grèce refuse, la RTCN menace de proclamer son indépendance définitive, la commande de missiles russes par la république de Chypre (janvier 1997) font ressurgir le péril d’un affrontement gréco-turc majeur autour de la question chypriote.
En 2002, sous l’égide des Nations unies, les deux dirigeants chypriotes entament des négociations en vue de la réunification de l’île avec un gouvernement fédéral, composé de deux Etats égaux et autonomes. Aucun accord n’aboutit. Critiquées par leur propre population, les autorités chypriotes turques autorisent, en avril 2003, l’ouverture de la ligne Attila, que franchissent des milliers de Chypriotes, grecs et turcs. Peu après, le gouvernement chypriote grec allège l’embargo commercial frappant la partie turque.
En janvier 2004, la RTCN se dote d’un gouvernement de coalition afin de parvenir à une solution de réunification. Lors des référendums d’avril de cette année, les Chypriotes grecs rejettent ce plan, tandis que les Chypriotes turcs l’approuvent. En 2005, le parti républicain turc (CTP) remporte l’élection présidentielle. Partisan de la réunification de Chypre, il invite les Chypriotes grecs à reprendre les pourparlers. Mais le parti démocratique opposé au plan de réunification remporte les élections législatives de mai 2006. Les négociations reprennent en septembre 2008 sous l’égide des Nations unies. Les élections législatives anticipées d’avril 2009 marquent le retour, en RTCN, de la vieille garde nationaliste du parti de l’Unité nationale, devant le CTP du président Talat qui doit désormais cohabiter avec le chef du gouvernement partisan de deux Etats distincts. Si les négociations ne sont pourtant pas abandonnées, elles piétinent !
Outre les questions litigieuses internes – celle des propriétés grecques dans la partie turque ou le partage du pouvoir –, la fermeté de la Turquie (et son peu d’empressement pour faciliter un accord depuis le ralentissement des négociations d’adhésion à l’UE) est un sérieux facteur extérieur de blocage. Un désaccord supplémentaire sur l’exploitation des réserves gazières récemment découvertes au large de la côte méridionale de l’île vient par ailleurs aggraver ces tensions.
En 2013, Níkos Anastasiádis, candidat proeuropéen de la droite conservatrice, remporte l’élection présidentielle. Mais il prend la tête d’un Etat au bord de la faillite, en raison notamment de la forte exposition du système bancaire à la restructuration de la dette grecque, et surdimensionné par rapport à l’économie de l’île. Alors que son prédécesseur avait refusé privatisations et coupes budgétaires, le nouveau président s’engage dans une difficile négociation en vue d’obtenir une importante aide financière. Après de longues tractations et d’importantes manifestations des épargnants contre ce plan de sauvetage, l’île obtient une aide d’un montant de 10 milliards d’euros. En échange de cette assistance, une restructuration profonde du système bancaire est adoptée. Le gouvernement s’engage à augmenter l’impôt sur les sociétés et à mettre en place un programme de lutte contre le blanchiment d’argent.

Bon à savoir

Informations pratiques

Kato et Pano
De nombreux noms de villages commencent par l'une ou l'autre de ces syllabes. Souvent, il s'agit de villages presque collés l'un à l'autre. C'est l'altitude qui différencie les deux bourgs : kato signifiant "en bas" et pano signifiant "en haut". 
 
Les chansons et danses
Chypre possède un riche répertoire de chansons et de danses traditionnelles tout à fait distinctes des chansons et des danses populaires grecques. Les instruments de musique caractéristiques utilisés pour jouer les airs sur lesquels on danse sont le violi et le ludo, sorte de luth à quatre cordes doubles que l’on gratte avec la tige d’une plume d’aigle ou de vautour. La plupart de ces danses se dansent face à face ou en ronde. Certaines danses pour femmes sont lentes et subtiles, d’autres très rapides, les danses d’hommes sont viriles, très rythmées et parfois acrobatiques.

Charalambous
Cette marque de café est partout. Le café lui-même fait partie intégrante de la vie locale : il se boit à la manière du café turc et la maison de café Charalambous, créée en 1943, est le premier fournisseur local. 

La moussaka
Vous en trouverez au menu des tous les restaurants. C'est LE plat grec, ou chypriote selon les revendications, par excellence. On le prépare pour tous les grands événements (mariage, anniversaire...) et chaque région, voire chaque famille, a sa propre recette.

Les plages
sont partout, mais elles sont rarement grandes, et le sable rarement fin. Mais la beauté sauvage de certains sites, en particulier les moins accessibles, est incomparable.

Electricité
Tension électrique : 240 V, 50 Hz. Prévoir un adaptateur.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?

Prévoir une autonomie suffisante, car il n’est pas toujours possible de recharger les batteries. 

Quels sont les souvenirs à rapporter ?
L’artisanat est riche : vannerie de roseau (région de Paphos), poterie, broderie, vins, tissage...
 
Quelques mots utiles
L’alphabet grec et les déclinaisons sont un peu déroutants. Rassurez-vous, l’anglais est utilisé dans les lieux touristiques. Toutefois, les Chypriotes sont ravis lorsqu’un touriste fait l’effort de les aborder dans leur propre langue. Apprendre quelques mots clés vous permettra donc de gagner leur respect, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges. N’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : kalí méra.
Au revoir, à votre santé ou à vos souhaits (expression incontournable pour saluer) : yiassas, yiassou est le tutoiement.
Au revoir : adío.
S’il vous plaît : parakaló.
Comment ça va ? : ti kanis ?
Bien et vous ? : kalá, ké esí ?
Merci : efkaristó.
Oui : .
Non : óchi.
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer, votre voyage n’en sera que plus riche. Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Site Internet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chypre.

Guides
Chypre, Bibliothèque du voyageur Gallimard.
Chypre, guide Evasion Hachette.
Cyprus, Lonely Planet (en anglais,).

Littérature
Citrons acides, Lawrence Durrell, LGF/Livre de Poche.
Carnets des îles, Baptiste-Marrey, Le Temps qu’il fait.
Pages grecques, Michel Déon, Folio Gallimard.
Contes de Grèce et de Chypre, Collectif, Esprit ouvert.
Notes de voyage à Chypre, Philippe Cardella, L’Harmattan.
Othello, William Shakespeare, LGF/Livre de Poche.

Carte
Cyprus, 1/250 000, Rough guide map.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Philios Phylaktis, notre partenaire chypriote, arpente les sentiers de son île depuis plus de 20 ans. Randonneur chevronné, il est aussi féru de l’histoire et de la culture de Chypre, ô combien riches. Il veille personnellement à toute l’organisation de nos circuits, choisissant avec un soin particulier les hébergements. Avec nous, il élabore de nouveaux itinéraires, et la parfaite connaissance qu’il en a lui permet une réactivité nous garantissant les meilleures conditions de voyage.

Le respect des us et coutumes

Chypre est un pays dont le peuple est ouvert et chaleureux. Les Chypriotes, qui ont adopté de nombreux aspects de la culture européenne avec la colonisation britannique, restent tout de même réservés sur certaines choses ou certains sujets.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Ne refusez jamais un ouzo, un café ou un verre d’eau, cela serait perçu comme un affront ou un signe d’impolitesse. Ne soyez pas surpris si un commerçant vous invite à vous asseoir, ou même à prendre une limonade ou une tasse de café, car c’est une façon de conduire ses affaires. Si l’on vous offre du café, il est impoli de prendre congé de votre hôte avant que la tasse n’ait refroidi.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé. (Notez que certains monastères sont interdits aux femmes)
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.

Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

Le Troodos abrite la moitié des espèces endémiques. Vous y verrez notamment deux espèces rares : l’agrino, une variété de mouflon protégée, et le faucon d’Eléonore. C’est également la terre de prédilection du cèdre et du grand pin d’Alep. Comme dans beaucoup de pays méditerranéens, vous verrez des troupeaux de moutons et de chèvres, ainsi que quelques espèces d’oiseaux migrateurs qui viennent y faire escale, comme le flamant rose et l’hirondelle.
La flore se compose de nombreux genres d’arbres et de fleurs prospérant dans les habitats divers du pays. Les conifères incluent le pin en pierre, le pin d’Alep, le cèdre, le genévrier et le cyprès. En saison, de nombreux champs sont richement fleuris, ajoutent des couleurs au paysage. Les orchidées forment également une part importante de la flore.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d’exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. Lire notre conseil de guide "La faune de montagne" > ( https://www.allibert-trekking.com/197-respect-faune-montagne )
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc. 
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Dans le cadre d'une démarche responsable, évitez l'achat de bouteilles en plastique. Nous vous conseillons de prévoir une gourde personnelle que vous pourrez remplir.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre, pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable

Des voyages 100% carbone neutre

Engagée dès 2006 dans la compensation carbone des vols de ses salariés, Allibert Trekking compense depuis le 1er janvier 2018 l’intégralité des émissions de CO2 générées par le transport aérien de ses voyageurs. Une démarche permettant de financer des actions de lutte contre la déforestation et de restauration de la mangrove. En savoir plus...