La Réunion

Ce petit bout de France,perdu au milieu de l’océan Indien, avec ses habitants généreux et métissés, est une île incroyable, un éden de toute beauté dominé par des volcans : les pitons des Neiges (3069 m) et de la Fournaise (2632 m). L’un accroche le ciel et la neige, l’autre crache la lave de la Terre.  Au fil des sentiers, spectaculaires, s’ouvrent les secrets des gigantesques cirques de Mafate, Salazie et Cilaos, où les richesses de la flore exubérante et de la forêt primaire contrastent avec les paysages du littoral.
Voyages d'aventure  à La Réunion : treks, randonnées et circuits

Repères

Population

820 000 habitants.

Superficie

2 512 km2.

Villes principales

Saint-Denis, Saint-Benoît, Saint-Paul, Saint-Pierre, Hell-Bourg, Le Port, Cilaos.

Points culminants

piton des Neiges (3 069 m), piton de la Fournaise (2 632 m).

Langue

français.

Décalage horaire

par rapport à la métropole, trois heures de plus de novembre à mars,
deux heures de plus d’avril à octobre.UTC/GMT : + 4 h.

Géographie

La géographie
La Réunion, située dans le sud-ouest de l’océan Indien à environ 700 kilomètres à l’est de Madagascar est entièrement d'origine volcanique. Le relief de l’île est très escarpé dès qu’on s’éloigne du littoral et spécialement dans les Hauts où l’on retrouve de nombreuses rivières et des cascades qui creusent des ravines profondes où pousse une végétation luxuriante. La Réunion, plus jeune île de l’archipel des Mascareignes, en est aussi le point culminant avec le piton des Neiges. L’érosion a creusé trois cirques naturels dans ce volcan éteint : Cilaos, Mafate, Salazie, dont certains villages sont uniquement accessibles par hélicoptère ou à pied. Le parc national de la Réunion couvre 40 % de la superficie de l'île.

Climat

Le climat
Deux saisons caractéristiques se distinguent :
- L’hiver, d’avril à novembre, moins chaud et sec. Octobre à novembre, période la plus sèche, sont les mois les plus favorables pour la découverte de l’île, les températures sont très agréables. De juin à septembre, les conditions sont bonnes, gel possible en montagne notamment au piton des Neiges et parfois au piton de la Fournaise.
- L’été, la saison des pluies, de janvier à mars, avec risques de cyclones. Il existe aussi de nombreux microclimats sur l’île.
- Température de la mer autour de 23/24 °C.

janv.

fév.

mars

avril

mai

juin

juillet

août

sept.

oct.

nov.

déc.

saison cyclonique

automne austral

hiver austral

printemps austral


Côté oriental, au vent de l'alizé, la pluviosité moyenne annuelle atteint 4 m de pluies à Saint-Benoît, 9 m à la station de Takamaka. La façade occidentale sous le vent est beaucoup plus sèche, avec seulement 700 mm à Saint-Paul.

Économie

L'économie
Depuis le début du XIXe siècle, période à laquelle la culture de la canne à sucre a supplanté celle du café, l’économie n’a été basée que sur la filière de la canne à sucre (sucreries et distilleries). Elle est à l’origine du développement des grands groupes industriels comme Bourbon ou Quartier Français. Parmi les autres cultures relativement développées sur l’île, on citera celles de l’ananas, du géranium, du vétiver ou de la vanille. Il y a aussi les plantations de litchis. La pêche est un secteur en plein développement, du fait de l’exploitation par les armements réunionnais des ressources halieutiques des Terres australes et antarctiques françaises, loin au sud de l’île. Enfin, le tourisme, l’informatique et plus généralement l’ensemble du secteur tertiaire dominent le tissu économique local et fournissent le plus grand nombre d’emplois. Le tourisme, dont le potentiel est important étant donné la beauté et la variété des paysages réunionnais, est essentiellement le fait de visiteurs métropolitains venus pour visiter la famille ou des amis résidant sur place.

La Réunion est à la fois une région administrative française et un département unique, comme les autres régions d’outre-mer. Le conseil général, le conseil régional et le préfet siègent au chef-lieu Saint Denis.

Société

La société
Plusieurs siècles d’histoire ont transformé l’île. Six groupes ethniques se distinguent. La population est d’origine :
- africaine et malgache, appelée communément cafre, pour l’essentiel issue de la période esclavagiste. Elle trouve ses origines au Mozambique, en Guinée et au Sénégal. Fortement métissée avec la souche européenne, elle représente 35 % des habitants ;
- européenne (25 %). Il convient d’y ajouter environ 5 % de métropolitains (les “Zoreils”) vivant sur l’île ;
- indienne, les “Malabars” (25 %) ;
- chinoise, estimée aujourd’hui à 4 % du total des Réunionnais ;
- indo-musulmane du Gujarat (au nord de Bombay). Ils sont venus plus tardivement et ont également fait souche. Leurs descendants, les “Zarabs”, constituent environ 3 % de la population ;
- de Mayotte et des Comores.
Les descendants des engagés d’autres pays du pourtour de l’océan Indien, que l’on est allé chercher au siècle dernier, complètent cette palette humaine.
 
La langue officielle est le français, même si la langue vernaculaire est le créole réunionnais, langue structurée sur le français dominant et née des concessions de langage faites par les divers peuples migrants pour se comprendre.
Autre conséquence de la diversité des origines de la population réunionnaise, on pratique sur l’île de nombreuses religions : christianisme (essentiellement catholique romain, mais aussi protestant), bahaïsme (foi bahá’ie), présent depuis 1953, hindouisme (tamouls), islam, majoritairement sunnite, et judaïsme, la communauté chinoise vénérant pour sa part le héros guerrier devenu dieu, Guan Di.

L'histoire du pays

L’histoire
Les trois îles — Réunion, Maurice et Rodrigues — sont découvertes au début du XVIe siècle par le Portugais Pedro de Mascarenhas, qui leur donne le nom de Mascareignes. Les Français prennent possession de La Réunion en 1638, débute alors son peuplement. En 1649, l’île prend le nom d’île Bourbon. Au début du XVIIIe siècle, la Compagnie française des Indes orientales organise une sorte de division du travail : à l’île Bourbon, qui ne possède pas de sites portuaires favorables, est dévolue la production, à l’île de France (actuelle Maurice), le commerce international. Les colons français de Bourbon introduisent le caféier ; la traite des esclaves noirs depuis les côtes africaines et Madagascar démarre. En 1761, La Réunion compte 22 500 habitants, à 80 % noirs, contre un millier au début du siècle. Les besoins alimentaires de la population entraînent le développement des cultures vivrières (blé, maïs) et de l’élevage. La production de café stagne, comme celles de girofle ou de poivre. Entre 1789 et 1848, l’île change plusieurs fois de nom, devient La Réunion en 1793, puis l’île Bonaparte jusqu’à son occupation par les Anglais en 1810. Rendue à la France en 1815, elle redevient l’île Bourbon, ne reprenant son nom actuel qu’en 1848. Ses liens traditionnels étant rompus avec l’île Maurice (possession par les Anglais en 1815), et les besoins en sucre de la métropole s’étant accrus du fait de la perte de Saint-Domingue, son économie est reconvertie dans la culture de la canne. La population croît rapidement : 180 000 habitants en 1860. Avec l’abolition de l’esclavage en 1848, une politique d’immigration de travailleurs à faible coût (Indiens tamouls notamment) est menée activement. Mais les petits propriétaires blancs, qui n’ont pas les moyens de recruter des salariés, abandonnent leurs plantations et se consacrent à de pauvres cultures vivrières ou à celle de plantes à parfum dans l’arrière-pays montagneux (les  terres des Hauts).
L’âge d’or du commerce et du développement de l’île dure jusqu’à 1870. Puis, la concurrence de la canne à sucre des Caraïbes, de la betterave et l’ouverture du canal de Suez (qui court-circuite La Réunion sur les routes maritimes) portent un coup fatal à son économie. Cyclones, épidémies aggravent la situation.
En 1946, l’île compte 225 000 habitants. Le passage du statut de colonie à celui de département d’outre-mer (DOM) vient au secours de l’économie. L’île gagne une quasi-égalité avec la métropole en termes politiques et sociaux et se libère de la dynamique selon laquelle une colonie doit rapporter davantage à la métropole qu’elle ne lui coûte. La jeunesse de la population constitue une donnée importante de la vie politique locale. Comme dans tout l’outre-mer, le débat politique porte sur le statut de l’île et son autonomie.

Bon à savoir

Informations pratiques

Le maloya et le séga
Ce sont des musiques traditionnelles de l’île, qui remontent à l’époque du marronnage. Initialement, le séga (anciennement chéga ou tchega) se dansait sur un rythme lent, aux sons des tams-tams et des tambours typiquement africains. On le danse en dandinant des hanches et en tournant sur soi-même et autour de sa partenaire. Le maloya était avant tout un chant d’espoir pour les esclaves, pratiqué en cachette au fond des exploitations sucrières et adopté ensuite, notamment par les Malbars. Le maloya est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis 2009. Très populaire, il est joué et écouté au quotidien dans les kabars ou au fond des cases créoles.

Les croyances
Les Réunionnais croient beaucoup aux âmes errantes (zom lé pa ramassé), celles qui ne sont pas montées au paradis. Sur l’île, les croyances existent sous différentes formes. Ce sont les poules noires, la plupart du temps, qui en font les frais !

Les cases créoles
Les cases créoles évoquent, bien sûr, les maisons antillaises, mais aussi certaines demeures de la Nouvelle-Orléans (Louisiane). Néanmoins, les matériaux diffèrent. A La Réunion, les maisons sont appelées "cases", ou "changement d’air" pour les maisons secondaires.

Le cari
Un repas traditionnel sans cari est presque impensable. Tous les restaurants créoles en proposent et certaines tables d’hôtes ne servent que ça... Il y a le cari-poulet, le cari-poisson, le cari-langouste, etc. L’accompagnement est tout aussi important : du riz et des petits bols remplis l’un de "grains" (légumes secs, généralement lentilles ou pois), l’autre de brèdes (feuilles de légumes), sans oublier les différents types de rougails (très pimentés).

Quels souvenirs rapporter ?
Le métissage se retrouve également dans la richesse de l’artisanat indien, malgache et chinois et dans les produits locaux comme les épices, la vanille, les huiles essentielles...

Bibliographie

Bibliographie Guide
Réunion, Maurice, guide Jeune Afrique.

Ouvrages illustrés
L’Ile de La Réunion aujourd’hui, éditions Jeune Afrique.

Carte
La Réunion, carte IGN 1/100 000.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Une histoire de passion
Eric Ethève est d’origine réunionnaise. Depuis toujours, il sillonne avec passion les chemins de son île et connaît par cœur ses moindres recoins. Très impliqué dans la vie locale, il est reconnu dans le milieu de la randonnée.
En 1997, il a ouvert, avec Michel Payet, une agence réceptive exclusive Allibert. Unis par une passion commune, la découverte des secrets de cette île enchanteresse, les deux hommes, accompagnateurs professionnels, créent tous nos voyages à La Réunion. Inlassablement, ils parcourent l’île en tout sens pour apporter une nouvelle touche d’équilibre et de perfection à nos itinéraires.
Ils encadrent nos voyages avec un grand professionnalisme. Une fois par an, ils viennent nous rendre visite dans nos bureaux de Chapareillan pour des échanges professionnels et amicaux autour d’un verre de ti-punch... Leur gentillesse extraordinaire et leur grande connaissance de la flore et de la géologie de l’île en font des compagnons de voyage fort appréciés !

Le respect des us et coutumes

Le respect des us et coutumes
L’île de La Réunion abrite un mélange de peuples très différents : Indiens, Malgaches, Africains, Chinois et "métro". La tradition religieuse est préservée : les rites hindouistes et catholiques hauts en couleur sont très présents. A l’instar de ces peuples, les cultures cohabitent : temples tamouls, mosquées et églises se partagent le territoire.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.
— Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux, en particulier aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l'école ou leur activité habituelle. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d'une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

Il n’y a pas d’animaux dangereux. Il vaut mieux tout de même se méfier des poissons-pierres, des scolopendres et parfois des requins. L’intérêt de la faune réunionnaise réside surtout dans les oiseaux et les poissons tropicaux.
Plus d’un tiers de l’île est encore recouvert de forêts ou de formations végétales primaires. La Réunion compte pas moins de 120 microclimats, de quoi développer une flore aussi diverse que surprenante ! Certains coins de l’île sont de véritables jardins botaniques.

Ce territoire reconnu pour l’originalité et la beauté de ses paysages, dont les forêts abritent une biodiversité exceptionnelle, méritait d’être protégé.
La zone au cœur du parc national de La Réunion (créé en 2007) englobe 42 % de la surface de l’île, dont le cirque de Mafate et les deux massifs volcaniques : le piton des Neiges et le piton de la Fournaise, l’un des volcans les plus actifs de la planète.
Toute la zone centrale de l’île, ainsi que les sites de la Grande Chaloupe, la forêt de Mare-Longue, le piton d’Anchain (Salazie) et le piton de Sucre et la Chapelle (Cilaos), sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2010.

Pour conserver ce patrimoine naturel d’exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans le parc national.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N’approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités sur son territoire.
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficiles à recycler (tels piles, lingettes, plastique) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez-les avec vous.
— Certaines régions que vous allez traverser abritent de nombreuses parcelles cultivées. Afin de préserver le travail des populations locales, ne quittez pas les sentiers et abstenez-vous de cueillir fleurs rares, fruits, etc.
— Lorsque vous disposez d’une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l’arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Vous pouvez participer activement à la préservation des lieux que vous traversez. Un geste tout simple : ramener vos déchets aux hébergements ! A titre d’exemple, le temps de décomposition de certains détritus :
— Cigarettes sans filtre 3 mois.
— Filtres de cigarettes 1 à 2 ans.
— Mouchoirs en papier 3 mois.
— Epluchures 3 à 6 mois.
— Journaux 3 à 12 mois.
— Allumettes 6 mois.
— Chewing-gum 5 ans.
— Boîtes en aluminium 10 à 100 ans.
— Briquets en plastique 100 ans.
— Bouteilles en plastique 100 à 1 000 ans.
— Sacs en plastique 1 000 ans.
— Cartes de téléphone 1 000 ans.
— Verres 4 000 ans.

Vous voulez participer à notre démarche ?
Bien évidemment, n’oubliez pas vos détritus. Mais vous pouvez faire plus ! Chaque jour, emmenez avec vous un petit sac-poubelle et, tout au long de votre parcours ramassez les déchets abandonnés ou perdus par mégarde. Il y en a malheureusement beaucoup, papiers d’emballage de barres énergétiques, canettes, bouteilles... Sans pour autant réaliser une opération de nettoyage, vous trouvez à vos pieds en une journée de marche de quoi remplir un sac de commissions.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers la Réunion : Paris - Saint-Denis, 96 €.