Cap-Vert

Au large du Sénégal, sur la route maritime entre l'Afrique et le Brésil, s'égrène un chapelet d'îles aux paysages volcaniques époustouflants, où rivalisent minéral et cultures tropicales. Des îles baignées d'une culture créole originale et chaleureuse.
Nos itinéraires, qui conjuguent plaisir de la randonnée et rencontre des populations, vous feront découvrir les îles les plus emblématiques du Cap-Vert : l'île désertique de São Vicente avec Mindelo cœur culturel du Cap-Vert, en face se dresse l'île montagneuse et spectaculaire de Santo Antão, où se nichent les villages et les cultures tropicales en terrasses ; au sud, ce sont Santiago l'africaine et Fogo, l'île volcan, sans oublier les îles de désert et de plages, Boa Vista et Sal.
Treks, randos et Voyages au Cap-Vert

Repères

Population

  500 000 habitants répartis dans les neuf îles habitées de l’archipel

Superficie

  4 033 km².

Capitale

  Praia (sur l’île de Santiago).

Villes principales

  Mindelo, Assomada, Sal Rei, Santa Maria.

Point culminant

  Pic de Fogo (2 829 m).

Langues

  portugais (off.), créole portugais.

Religions

  catholicisme (93 %), protestantisme (7 %).

Décalage horaire

  par rapport à la France, deux heures de moins en hiver, trois heures de moins en été.
UTC/GMT : -1.

Géographie

L’archipel du Cap-Vert se trouve au large des côtes du Sénégal, de la Gambie et de la Mauritanie. Il se divise en deux séries d’îles : au sud, les îles de Sotavento, au nord, les îles de Barlavento. Toutes sont d’origine volcanique, la plupart ont un relief escarpé et sont couvertes de cendre volcanique pauvre en végétation. C’est sur celle de Fogo que se situe le point culminant, le pico do Fogo dont la dernière éruption date de novembre 2014. Le volcan Fogo possède une caldeira en arc de cercle d’environ 8 kilomètres de diamètre, elle aurait subi un effondrement de près de 800 mètres, il y a 250 000 ans.

Les îles de Sotavento, îles sous le vent :
• Santiago, l’africaine, le kaléidoscope capverdien ;
• Fogo, son volcan, sa caldeira, ses villages, son pico do Fogo ;
• Brava, montagneuse, authentique, la plus petite île habitée ;
• Maio, ses plages de sable blanc.

- Les îles de Barlavento, îles au vent :
• Santo Antão, le jardin suspendu, ses montagnes arides, ses vallées luxuriantes ;
• São Nicolau, authentique et préservée, ses paysages variés ;
• São Vicente, la musicale ;
• Mindelo et un air passant de Cesária Evora ;
• Sal, la saharienne, ses belles plages ;
• Boa Vista, ses plages.

Climat

Le climat est de type tropical, chaud et sec, fortement influencé par les vents, à l’origine de l’aridité extrême ou de la pluviosité, selon les îles. La température moyenne annuelle de l’air est de l’ordre de 25 °C, avec une amplitude qui ne dépasse pas les 10 °C du fait de l’influence de l’Océan, dont la température varie entre 21 et 25 °C. En altitude, le climat devient plus frais et plus humide, mais le rayonnement solaire reste intense sur tout l’archipel. On distingue :
— la saison sèche, de novembre à juillet, tempérée par les alizés (vent de nord-est), avec parfois l’harmattan (vent et brume sèche du Sahara chargés de particules) ;
— la saison des pluies, marquée par des épisodes de pluie faibles et irréguliers et des températures légèrement plus élevées, d’août à octobre.
  
Mois
Janv. Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc.
 T°C  22  22  23  24  24  26  27 27  26  26  26  24
 
— Les îles montagneuses peuvent, en toute saison, essuyer des averses importantes qui, notamment, risquent d’endommager des chemins et perturber le déroulement des randonnées.

Économie

L’économie est dépendante de l’aide internationale, qui fournit près d’un tiers du revenu national. Les principales ressources proviennent de la culture de la banane, de la pêche (langouste et thon) et de l’extraction de sel. Le tourisme se développe sur quelques îles, il représente 30 % du PIB. Quelques entreprises portugaises de confection et de chaussures ont délocalisé leur production au Cap-Vert.

Société

La population du Cap-Vert est issue d’un métissage entre les colons d’origine portugaise et des esclaves ramenés d’Afrique. A l’étroit sur une terre exiguë et peu fertile, la population capverdienne subit de très nombreuses famines jusqu’à l’indépendance du pays en 1975. Aujourd’hui, l’aide alimentaire a permis d’éradiquer les famines, mais le Cap-Vert reste une terre d’émigration, avec davantage de ressortissants vivant à l’étranger que de locaux (environ 700 000 à l’étranger pour 500 000 au pays).
Le catholicisme, importé par les Portugais, est la première religion du pays. Le clergé a d’ailleurs une grande influence sur la vie sociale et politique. Les églises sont présentes partout. La deuxième religion est le protestantisme (en particulier la branche adventiste), chaque ville ou presque possède son temple. Quant à l’islam, il commence à peine à faire son apparition avec l’arrivée des Sénégalais. On trouve quelques traces de judaïsme, ainsi que pas mal de rastas.
La langue officielle du Cap-Vert est le portugais, mais les habitants parlent majoritairement le créole capverdien. L’anglais et le français sont enseignés à l’école. Il existe des variations régionales du créole, propres à chacune des neuf îles habitées, mais qui ne sont pas suffisamment importantes pour empêcher la compréhension entre les habitants.

L'histoire du pays

Les îles étaient inhabitées jusqu’à leur découverte par les Portugais en 1460. Au XVIe siècle, la colonie est prospère grâce à l’élevage et, surtout, au trafic des esclaves. Par la suite, elle ne cesse de décliner. Sous l’impulsion d'Amilcar Cabral, fondateur du parti africain de l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), un mouvement séparatiste se développe, qui aboutit le 5 juillet 1975 à l’indépendance. En 1980, l’Assemblée nationale populaire adopte la première Constitution de l’archipel.
L’instauration du multipartisme en 1990, officialisée dans la nouvelle Constitution de 1992, permet au Mouvement pour la démocratie (MPD) de remporter les élections législatives de 1991 et à son candidat, António Mascarenhas Monteiro, de devenir chef de l’Etat. Le MPD conserve le pouvoir jusqu’en 2001, date à laquelle le Parti africain pour l’indépendance du Cap-Vert (PAICV) prend sa revanche. Cette alternance “réussie” démontre le solide ancrage de la démocratie dans l’archipel. En 2011, le PAICV l’emporte à nouveau, mais c’est Jorge Carlos de Almeida Fonseca, soutenu par le MPD, qui est élu à la présidence de la République, inaugurant la première cohabitation dans l’histoire du pays. En raison de sa stabilité politique et de la régularité des élections, le Cap-Vert est considéré comme l’un des pays africains les plus démocratiques.

Bon à savoir

Informations pratiques

La musique
C’est incontestablement l’une des grandes richesses du Cap-Vert. Chanter est pour les Capverdiens une seconde nature. Les morceaux les plus connus (ceux interprétés par Cesária Evora, Bana ou Tito Paris) sont des mornas, ballades langoureuses exprimant la saudade, cette nostalgie qui rapproche les peuples lusophones. Elles rappellent d’ailleurs le fado portugais ou le tango argentin.
Pour retrouver l’ambiance si particulière de l’archipel une fois de retour en France, n’oubliez pas d’acheter un disque de musique locale !
- La morna, très célèbre grâce aux interprétations de Cesária Evora ;
- La coladeira, davantage influencée par les rythmes sud-américains, invite à une danse très serrée avec son partenaire, retenir Tito Paris, Gabriela Mendès ;
- La funaná, plus moderne, est prisée par la jeunesse ;
- La kizomba est le genre musical de prédilection de Suzanna Lubrano qui, en 2003, a gagné le Kora Award de meilleure artiste d’Afrique occidentale et meilleure artiste africaine.

Quels sont les souvenirs intéressants à rapporter ?
Le rhum de Santo Antão constitue un excellent souvenir, qui vous replonge immédiatement dans la culture capverdienne. Sur les lieux touristiques, le batik et l’artisanat africain se généralisent !

Qu’en est-il de la baignade au Cap-Vert ?
La mer est omniprésente et grandiose. Mais au cœur de l’Atlantique, particulièrement à la période des alizés, la houle est puissante et impose une grande prudence aux nageurs, même expérimentés. Nous vous rappelons que votre guide n’est ni sauveteur ni surveillant de baignade. Si vous souhaitez profiter de la mer, dont la température, en hiver, est aux environs de 25 °C, la baignade s’effectue sous votre propre responsabilité. Demandez toutefois conseil à votre guide, qui vous indiquera les quelques plages plus protégées et moins dangereuses, comme celles de Sal et Mindelo.

Electricité
Tension électrique : 220 V, 50 Hz. Prévoyez un adaptateur pour les prises électriques.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Prévoir une autonomie suffisante car il n’est pas possible de recharger les batteries.

Quelques mots utiles
Dans la vie de tous les jours, c’est le créole qui est utilisé. Chaque île a ses propres accents et particularismes créoli. Apprendre quelques mots-clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges avec les îliens rencontrés. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes : N'hésitez pas à utiliser les expressions suivantes :
: salut
d’favor : s'il vous plaît
ké tal ? : comment ça va ?
tud drett’; tud'kool : très bien
obrigado (homme), obrigada (femme) : merci
até manha, s’Deus kizer : à demain, si Dieu le veut
sim : oui
no : non
aluguer : taxi collectif (réservé ou non par l’agence).

Bibliographie

Guides
Cap-Vert, éditions Olizane.
Cape Verde, Bradt Travel Guides (en anglais).

Récits - littérature

— Cap-Vert, notes atlantiques, Jean-Yves Loude, éditions Babel Actes Sud.
Cabotage, à l’écoute des chants des îles du Cap-Vert, Marc Trillard, éditions Phébus.
Cesaria Evora, la voix du Cap-Vert, Véronique Mortaigne, éditions Actes Sud.
Découverte des îles du Cap-Vert, Collectif, éditions Sépia.
— Etat et société aux îles du Cap-Vert, Michel Lesourd, éditions Karthala.
— Les rabelados du Cap-Vert, l’histoire d’une révolte, Françoise Ascher, éditions l’Harmattan.

Ouvrage illustré

Cap-Vert, Jean-Philippe Dugault, Thierry Rambaud, éditions Asa.

Carte

— Cabo Verde, 1/100 000, éditions Olizane.

Sites internet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cap-Vert
http://www.routard.com/guide/cap vert

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Depuis plusieurs années, nous parcourons cet archipel et nous nous sommes entourés des meilleures guides. Tous parfaitement francophones, ils vont vous faire découvrir tous les recoins secrets et vous faire partager des rencontres chaleureuses avec leurs amis sur les différentes îles de Santo Antão, Fogo, Santiago ou São Vicente. 

Nos actions de tourisme responsable

En 2010, nous avons accordé un microcrédit à José, l’un de nos guides, afin de rénover son gîte à Cha, sur l’île de Fogo.
En 2015, nous avons aidé l'association Verd'Espérance qui oeuvre au développement de l'éducation, en fournissant matériel scolaire et ludo-éducatif aux maternelles de l'île de Santo Antao.

Pour suivre toutes nos actions de tourisme responsable, rendez-vous sur notre site

Le respect des us et coutumes

Issue du métissage entre les esclaves noirs et les émigrants et déportés portugais, au carrefour maritime de l'Europe, de l'Afrique et de l'Amérique, la société, aux influences africaines, brésiliennes et portugaises, est d'une richesse culturelle unique.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Dans les villages, préférez une tenue ample couvrant les épaules.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.
— Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux, en particulier aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l'école ou leur activité habituelle. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d'une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

La préservation de l'environnement
— La faune
La faune terrestre est relativement pauvre, se limitant aux animaux domestiques et d’élevage (chiens, chats, ânes, moutons, etc.). En revanche, elle est assez riche en oiseaux avec près de 75 espèces, dont certaines sont endémiques. La faune marine est, quant à elle, exceptionnellement riche, avec un mélange de faune tropicale et de faune méditerranéenne ; les conditions climatiques sont très favorables à la vie de différentes espèces comme la dorade, le poisson-perroquet, les requins, les langoustes, l’espadon, la bonite, la murène, le mérou et, comme espèces migratoires, le thon, les dauphins, les cachalots, les orques et les baleines. Quelques tortues marines, espèces menacées, viennent pondre sur les plages de l'archipel de juin à septembre.
— La flore
La végétation est abondante sur les îles de montagne avec des canyons et vallées luxuriantes où s’épanouissent palmiers, baobabs et plantes agricoles, mais elle est très rare sur les îles basses comme Sal ou Boa Vista, qui offrent le visage d’une savane arborée peu dense. Les îles abritent des acacias, notamment grâce à leur aptitude à résister aux régulières périodes de sécheresse. On trouve aussi quelques espèces rares comme le dragonnier, entre 500 et 900 m d'altitude, en particulier sur l’île de São Nicolau.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. 
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— L'eau nécessite un traitement, nous vous conseillons de la traiter avec des pastilles ou un filtre.
— Certaines régions que vous allez traverser abritent de nombreuses parcelles cultivées. Afin de préserver le travail des populations locales, ne quittez pas les sentiers et abstenez-vous de cueillir fleurs rares, fruits, etc.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers le Cap-Vert: Paris - Sal, 46 €.