Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est la réunion de quatre pays qui ont chacun leur culture, leurs traditions extrêmement vivantes, leur architecture exceptionnelle et leurs paysages magnifiques : l’Angleterre, le pays de Galles, l’Irlande du Nord et l’Ecosse.
Ce pays de légendes étale à perte de vue ses romantiques paysages de lochs, de falaises, d’îles et de montagnes couvertes de landes à bruyères et fougères. Une terre proche, mais extrêmement dépaysante, idéale pour les amoureux de nature sauvage.
Randonnée au Royaume-Uni

Repères

Population

64,5 millions d’habitants.

Superficie

244 101 km2.

Capitale

Londres.

Villes principales

Birmingham, Glasgow, Liverpool,  Edimbourg, Leeds, Cardiff.

Point culminant

Ben Nevis (1 344 m).

Langues

anglais (off.), écossais, gallois, irlandais, mannois.

Religions

anglicans 13 %, protestants 8 %, catholiques romains 4 %, musulmans 2,7 %, hindouistes 1 %, sikhs 0,6 %, juifs 0,5 %, bouddhistes 0,3 %.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de moins tout au long de l'année.
UTC/GMT : + 0 h.

Géographie

La géographie
Séparé de la France par le détroit du Pas-de-Calais (31 km), le Royaume-Uni est un archipel qui regroupe la Grande-Bretagne (Angleterre, Ecosse, Pays de Galles) et l’Irlande du Nord, ainsi que des dépendances (île de Man et îles anglo-normandes). Le Royaume-Uni est entourée par la mer du Nord, la Manche, la mer d’Irlande et l’océan Atlantique. On estime à environ 1100 le nombre total d'îles qui constituent le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Certaines petites îles, appelées crannogs, ont été créées par l'homme au large de l'Ecosse et de l'Irlande du Nord. Le Royaume-Uni possède également quatorze territoires d’outre-mer, vestiges de l’empire britannique.
La Grande-Bretagne s’étend sur 975 km du nord au sud et 530 km d’est en ouest. Le plus long fleuve est la Severn (354 km) qui prend sa source au pays de Galles, puis traverse l'Angleterre occidentale. La Tamise fait 346 klm de long.

Climat

Le climat
Le climat britannique est océanique, doux et humide. Les contrastes saisonniers sont peu importants en raison de l’influence du Gulf Stream qui adoucit les températures hivernales. La façade occidentale, exposée aux vents océaniques, est beaucoup plus arrosée que l’est. La pluviométrie annuelle varie entre plus de 5 000 mm dans l’ouest des Highlands à moins de 500 mm dans l’East Anglia. L’ouest est plus humide que l’est, le sud plus chaud que le nord.
Le temps est de plus en plus imprévisible, mais la période qui court de fin avril à septembre demeure néanmoins la meilleure saison pour visiter le pays, le climat étant alors agréable.

Économie

L’économie
L’élevage fournit environ 60 % du revenu agricole avec le premier troupeau ovin de l’Union européenne et le troisième troupeau de bovins. Les céréales (blé, orge) sont développées, ainsi que les cultures sarclées comme la pomme de terre et la betterave à sucre. La carte agricole est variée : des exploitations très modernes, industrielles, côtoient de toutes petites fermes. L’Est et le Sud comptent pour 60 % de la production agricole. Les monts d’Ecosse, du pays de Galles et d’Irlande du Nord sont le domaine de l'élevage extensif des moutons. La pêche, en déclin, est relayée par l'aquaculture (lochs d’Ecosse).
Le Royaume-Uni possède l’une des plus puissantes industries agroalimentaires d’’Europe qui se s'est développée autour de spécialités nationales : brasserie, distillerie (whisky), confiserie, biscuiterie, conserverie. L’industrie automobile, orgueil de la nation jusque dans les années 70, avec des marques prestigieuses comme Rolls-Royce ou Jaguar, ne doit son renouveau qu’aux investissements extérieurs : production américaine (Ford, General Motors-Vauxhall), implantations japonaises (Nissan, Toyota, Honda), rachats de Jaguar par Ford, de Rolls-Royce par Volkswagen. L’industrie aéronautique profite des programmes internationaux (Airbus). Les industries pétrolières (BP, Shell), du verre (Pilkington), des détergents (Unilever) sont puissantes. Les industries de haute technologie, comme la pharmacie, qui compte de grands groupes internationaux, l’électronique, l’informatique et les biotechnologies, ont connu un grand essor.
Le commerce extérieur, activité traditionnelle du pays, a pris une place croissante dans l’économie : la moitié de la production est aujourd’hui exportée.
Avec les trois quarts de la population active et des revenus du pays, le tertiaire est devenu dominant. Aux activités administratives et commerciales (distribution) s’ajoutent celles des services financiers, concentrés dans la City. Londres est la première place financière d’Europe, loin devant Francfort et Paris, la troisième mondiale après New York et Tokyo. Plusieurs centaines de milliers de personnes y travaillent et ses services (financiers, comptables, juridiques et de conseil) constituent plus de 20 % du produit intérieur brut.
Le tourisme apparaît comme un secteur d’avenir.

Société

La société
La population a connu une croissance importante ces dernières années, ceci grâce à l’immigration mais aussi à une hausse de la natalité et à l’accroissement de l’espérance de vie. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a absorbé une immigration substantielle venant principalement d’Europe, d’Afrique et du sud de l’Asie.
Le Royaume-Uni possède une des plus fortes densités d’Europe. L’Angleterre, avec 83 % de la population totale, est la plus peuplée. L’Ecosse, accueillant un peu moins de 9 % de la population, est la moins peuplée. Le pays de Galles représente 5 % de la population pour 8,5 % du territoire.
La population britannique, urbaine à 90 %, se concentre principalement dans les grandes villes (Leeds, Newcastle, Manchester), les bassins industriels (Birmingham et les Midlands) et surtout dans le sud-est de l’Angleterre (Londres et sa couronne).
De nombreuses communautés sont représentées, en majorité indienne, pakistanaise, antillaise. Le Royaume-Uni a connu de nombreux flux migratoires au cours des siècles, en particulier vers les Etats-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

L'histoire du pays

L'histoire
Vers 800 av. J.-C., les Celtes arrivés d'Europe centrale introduisent le gaélique (aujourd'hui encore parlé en Ecosse) et le britonnique  (encore parlé au pays de Galles). Débarqués en l'an 43, les Romains prennent en sept ans le contrôle de la majeure partie de l'Angleterre. Les tribus écossaises et galloises se montrant plus rebelles, les Romains érigent au nord du pays le mur d'Hadrien pour repousser les razzias écossaises. La colonisation apporte au territoire une stabilité nouvelle, le dote d'un réseau de routes pavées et y introduit le christianisme. La domination romaine s'achève au début du IVe siècle. Profitant de la place laissée vacante par les Romains, les Angles, les Jutes et les Saxons envahissent  l'Angleterre, refoulant ou assimilant les populations celtes. Dès le VIIe siècle, les fiefs s'étant constitués en royaumes, commencent à esquisser une première conscience nationale "anglaise". Vers 850, les Vikings envahissent le nord de l'Ecosse tandis que les Danois pénètrent l'est de l'Angleterre. En 871, seul le Wessex, au sud de la Tamise, demeure sous le contrôle des Anglais.
En 1066, Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, débarque sur la côte sud de l'Angleterre, exproprie les aristocrates anglais et distribue leurs biens à ses barons, de culture et de langue françaises. Les Normands bâtissent d'imposants châteaux, y instaurent le système féodal et établissent un cadastre précis. Du XIIe au XVe siècle, le pays traverse une période troublée avec conflits monarchiques, intrigues politiques, révoltes et la peste. Les défaites essuyées face à la France durant la guerre de Cent Ans déclenchent la guerre civile des Deux-Roses, conflit qui oppose la maison d'York à la maison de Lancastre et ruine l'aristocratie. Au XVIe siècle, Henri VIII, n'ayant pu obtenir du pape l'autorisation de divorcer, rompt avec le catholicisme et se fait nommer par le Parlement à la tête de l'Eglise d'Angleterre ; dans le même temps, la Bible est traduite en anglais. En 1536, les ordres religieux sont dispersés et  leurs terres confisquées.
Le rapport de force entre la monarchie et le Parlement dégénère en guerre civile (1642-1646) : les royalistes – catholiques, traditionalistes, aristocrates et anglicans – soutiennent Charles Ier contre Cromwell et les parlementaristes protestants. La victoire de Cromwell aboutit à la mise en place d'une dictature, marquée par l'écrasement sanglant de l'Irlande catholique. En 1660, devant les excès de ce régime, le Parlement décide de rétablir la monarchie.
Le XVIIIe siècle est une période d'expansionnisme : l'Angleterre conquiert des colonies sur la côte américaine ; la Compagnie des Indes orientales reçoit le privilège du commerce à Bombay et finit par intégrer le Canada et l'Australie à sa sphère d'influence ; à l'intérieur, elle accroît sa domination sur les îles Britanniques. L'empire naissant connaît cependant son premier revers en 1783, avec la déclaration d'indépendance des colonies d'Amérique. La Grande-Bretagne entame sa révolution industrielle ; l'énergie hydraulique ou à vapeur, le train à vapeur, l'exploitation des mines de charbon entraînent d'importants changements sociaux ; avec les premières villes industrielles ont lieu de grands mouvements de population. Lorsque la reine Victoria est couronnée, en 1837, le pays est devenu la première puissance mondiale. Sa flotte qui domine les océans maintient ensemble les mailles de son empire colonial tandis que ses usines dictent leur loi au commerce mondial.
L'histoire du Royaume-Uni, Etat souverain englobant l'Angleterre, l'Ecosse, le pays de Galles et l'Irlande du Nord, débute en 1707 avec les actes d'union qui opèrent une union politique du royaume d'Angleterre (incluant le pays de Galles) et du royaume d'Ecosse et marquent la naissance du royaume de Grande-Bretagne. En 1800, un nouvel acte d'union lie celui-ci au royaume d'Irlande pour former le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. En 1921, à l'issue de la guerre d'indépendance irlandaise, l'Etat libre d'Irlande obtient son indépendance et se sépare de l'Irlande du Nord, qui demeure une partie du Royaume-Uni. Depuis 1927, son nom officiel est Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.
En 1914, la Grande-Bretagne se laisse entraîner dans une guerre qui fait un million de victimes parmi ses soldats et élargit le fossé creusé entre les classes dominantes et la classe ouvrière. La grève générale de 1926 marque le début d'une agitation sociale qui s'amplifie durant la crise des années 1930. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne joue un rôle déterminant dans la victoire des Alliés. Sous le leadership de Winston Churchill, le pays fait face aux bombardements allemands, à la perte de Singapour et de Hong Kong pour remporter finalement la bataille d'Angleterre. Mais il voit bientôt son influence s'affaiblir : l'Inde (en 1947), la Malaisie (en 1957) puis le Kenya (en 1963) proclament leur indépendance. Il faut attendre les années 60 pour que l'Angleterre se remette entièrement de la guerre. C'est aussi la période où les premiers attentats éclatent en Irlande du Nord, les morts tombent chez les catholiques comme chez les protestants ; cette montée de la violence entraîne un déploiement des troupes britanniques en 1969. Par la suite, les gouvernements britanniques et irlandais n'auront de cesse de trouver une solution pour mettre un terme au terrorisme et rétablir la paix.
Dans les années 70, la crise du pétrole, l'inflation galopante, le chômage et l'antagonisme social contribuent à l'élection de Margaret Thatcher (1979) dont les Britanniques attendent un véritable miracle. La "Dame de fer" écrase le pouvoir syndical, privatise l'économie nationale, instaure la méritocratie, accentue les disparités sociales, et fait entrer le pays en guerre avec l'Argentine au sujet des îles Malouines. Premier ministre resté le plus longtemps en fonction durant ce siècle, Margaret Thatcher a laissé une empreinte si forte sur la vie politique du pays que, dix ans après avoir été mise en minorité au sein de son parti, son ombre plane sur tous les débats concernant les affaires intérieures. John Major, qui lui succède en 1990, ne parvient pas à rallier la nation à la cause des Conservateurs, il est battu lors des élections de 1997.
Le leader travailliste Tony Blair arrive au pouvoir à l'issue des élections législatives de 1997. Que ce soit en politique économique, politique sociale ou dans les relations internationales, il n'y a pas de réelle rupture avec le thatchérisme, si ce n'est peut-être sur la question de l'Europe. Dans le domaine social, la principale innovation consiste en la création d'un salaire minimum. Les mandats de Tony Blair et de son successeur Gordon Brown en 2007 sont aussi marqués par le maintien de la flexibilité du marché du travail et la faible protection juridique des salariés, l'intégration de la Convention européenne des droits de l'homme à la législation britannique et les nombreuses lois "antiterroristes". Les moyens pour l'éducation sont accrus mais l'orientation est la même. Blair transforme le parti travailliste en un parti du centre appelé New Labour, abandonne l'article 4 des statuts du parti, s'éloigne des Trade Unions et rend plusieurs fois hommage à la politique libérale de Margaret Thatcher. Aussitôt nommé en 1997, il charge Gordon Brown, le ministre de l'Économie, d'accorder à la Banque d'Angleterre la prérogative de fixer elle-même le taux de base de l'intérêt. Le parti était depuis un certain temps en bons termes avec la City et les opérateurs économiques accueillent favorablement cette mesure. Cependant, des difficultés naissent avec Gordon Brown en matières fiscale et économique. Lui ayant laissé carte blanche, il commence à se sentir écarté des grandes décisions en ce domaine. Pire, Brown refuse le projet Turner sur les retraites, défendu par Blair. En politique extérieure, Blair se présente comme un europhile, mais d'un type différent des Français. Il ne milite pas dans son pays en faveur ni de l'euro ni des accords de Schengen et est persuadé que l'Europe doit être un grand marché et non une puissance politique et militaire, soutenant ainsi les candidatures de presque tous les pays d'Europe de l'Est. Il préfère aligner ses troupes avec celles des Etats-Unis dans la guerre d'Irak malgré la position de la France et de l'Allemagne et une opinion publique britannique plutôt défavorable.
Sous la pression de factions travaillistes et en raison de l'accord passé avec Gordon Brown, Tony Blair se retire en 2007 et laisse place à Gordon Brown qui forme un nouveau gouvernement. En 2010, il est battu par le candidat conservateur David Cameron, dont le parti sera pourtant minoritaire au Parlement. Le mandat de D. Cameron est marqué par la crise économique mondiale des années 2008 et suivantes. En 2010, il lance un plan d'austérité dans le but d'y faire face : les budgets sociaux sont fortement réduits et 500 000 emplois de la fonction publique (environ 10 % des effectifs) sont supprimés. D. Cameron est réélu contre Ed Miliband, le leader travailliste, en 2015.
Le 18 septembre 2014, à l'initiative de D. Cameron, se tient un référendum sur l'indépendance de l'Ecosse ; le non l'emporte avec 55,3 % des suffrages exprimés contre 44,7% pour le oui. 
Lors de sa campagne pour briguer un second mandat de Premier ministre, D. Cameron avait promis d'organiser, au plus tard en 2017, un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Promesse tenue, le chef du gouvernement annonce que le référendum aura lieu le 23 juin 2016. Avec 51,9 % des voix, c'est le camp du Leave qui l'emporte. D. Cameron, qui avait fait campagne pour le maintien du pays au sein de l'Union européenne, démissionne ;  il est remplacé par l'ancienne ministre de l'Intérieur Theresa May. Le Royaume-Uni s'apprête donc à quitter l'Union européenne – un processus qui pourrait durer deux ans, le temps de négocier de nouveaux accords avec l'UE.

Bon à savoir

Informations pratiques

Les pubs
Tradition typiquement britannique, le pub est le lieu de rencontre. On y vient entre copains, beaucoup, entre copines aussi, entre collègues le vendredi soir ou tout simplement en famille. Pas question de rester isolé dans un pub. Les clients vous intègrent facilement à leur conversation. On parle de tout et de rien.
Vous ressentirez cette extraordinaire atmosphère de fusion des classes ; ici, on laisse son origine sociale au vestiaire. Le pub, en général, offre plusieurs salons dont les différences sont de moins en moins sensibles : public bar, lounge bar, saloon bar, private bar, ce dernier étant réservé à un club.

La cuisine
Les heures de repas ne sont pas les mêmes qu’en France. Il est, en effet, difficile de se faire servir un dîner après 21 heures dans les petites villes. Il est également conseillé de prendre son déjeuner avant 14 heures, sous peine d’être réduit à manger ses derniers biscuits. Le breakfast, servi en général entre 8 heures et 9 heures, commence le plus souvent par des céréales ou du porridge (bouillie d’avoine au lait) et un jus de fruits. Vient ensuite le cooked breakfast avec des œufs (à la coque, au plat ou brouillés), du bacon et des saucisses. En général, il y a également un petit accompagnement de tomates, champignons ou croquettes de pommes de terre, voire parfois des baked beans (haricots en sauce sur toast). Enfin, pour terminer, des toasts beurrés accompagnés de marmelade d’orange. Pour arroser le tout, thé ou café au lait. Avec un tel bombardement au lever, on peut souvent oublier le déjeuner.
Hormis les célèbres fish and chips et les incontournables pies (tartes fourrées à la viande ou aux légumes), les Ecossais continuent souvent de soigner les plats. Un repas se compose généralement d’un grand plat, une viande préparée en cocotte et deux légumes, two veg, également bouillis, avec une prédilection pour les pois étrangement verts. Il est quelquefois précédé d’un hors-d’œuvre (pie, soupe) et invariablement suivi d’un dessert cuisiné, parfois abominable, telle la jelly multicolore qui entre dans la composition du trifle, mais généralement délicieux : apple pie and custard ou and cream, glaces… Ah ! Nous allions oublier les cheese-cakes (base de biscuit sur lequel on ajoute une sorte de mousse au fromage blanc et à la crème) et autres carrot-cakes !
Nous reprochons généralement aux Britanniques des associations qui nous semblent étranges, sauce à la menthe ou aux airelles sur du salé. Essayez sans préjugé : vous reviendrez conquis.
L’Ecosse possède aussi quelques délicieuses spécialités comme le haggis (panse de mouton farcie avec la fressure de l’animal). Pour la viande, pensez à goûter le bœuf aberdeen-angus (de qualité supérieure), la grouse (perdrix rouge), le pheasant (faisan) et le venison (cerf). Pour finir, n’oubliez pas les soupes de poisson, les tourtes à la viande, les plats à base de haddock, truite, saumon et fruits de mer.
En dessert, succulentes confitures et scones aux raisins.
 
Les boissons
Les amateurs de vin seront contents : on trouve de plus en plus de wine bars, mais attention, c’est cher.
Pour une bière, commander half a pint (prononcer “affepaïnte”) ou a pint (0,57 litre). Quant au cidre, a pint of cider mérite une petite dégustation. Pour ceux qui n’aiment pas la bière, le ginger ale, le xérès, a glass of medium sherry, ou une liqueur douce (Drambuie, Irish cream) se révèlent des expériences intéressantes. Essayez aussi le porto (port) ou les alcools forts.
Le choix de whiskies est impressionnant.
Il existe aussi des coffee bars pour le thé ou le café. Si vous désirez un café noir (black coffee), précisez-le, sinon on vous servira un café au lait. De même pour le thé.

Les poids et mesures
Même si la Grande-Bretagne est maintenant metric, nos problèmes, eux, sont loin d’être résolus :
- Longueur
1 pouce = 1 inch = 2,5 cm,
1 pied = 1 foot = 12 inches = 30 cm,
1 yard = 3 feet = 90 cm,
1 mile = 1,6 km environ (pour convertir les km en miles, multiplier par 0,62).
- Poids
1 ounce = 1 oz = 28,35 g,
1 pound (livre) = 1 lb (libra) = 0,454 kg,
1 stone = 1 st = 6,348 kg.
- Température
0 °C = 32 °F.
- Volume
1 pint = 0,57 l,
1 gallon = 4,54 l.

Quels souvenirs rapporter ?
En règle générale, les magasins sont ouverts du lundi au samedi de 9 heures à 17 h 30, le jeudi vers 19 h 30 (late night shopping). Toutefois, certains magasins, notamment les grandes surfaces, sont maintenant ouverts tard le soir et, pour certaines, le dimanche.
A rapporter CD de musique traditionnelle, joaillerie celtique, couverture, plaid, écharpes, cravates en tartan, les fameux bonbons Quality Street, la marmelade (goûtez celle au whisky, un régal !), les sauces, le thé, l’imperméable Barbour : solide, pratique, indémodable et inusable, mais cher, les biscuits Shortbread et Oatcakes, etc.

Electricité

Tension électrique : 220 V, 50 Hz. Le voltage et la fréquence en Irlande sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz). Vous pouvez donc utiliser tous vos appareils. Les prises de courant sont de type G, et sont constituées de 2 fiches horizontales et d’une prise de terre verticale. Prévoir un adaptateur.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?

Prévoir une autonomie suffisante, car il n’est pas toujours possible de recharger les batteries. 

Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots-clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs et de faciliter vos échanges. Alors n’hésitez pas à utiliser les expressions suivantes :
Bonjour (le matin) : good morning.
Bonjour (l'après-midi) : good afternoon.
Comment allez-vous ? : how are you?
Bonsoir (bonne nuit) : good evening.
Très bien, merci : very well, thank you.
S'il vous plaît : please.
Excusez-moi : excuse me.
Comment va-t-on à... ? : how do I get to...?
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer, votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Sites Internet
http://www.petitfute.com/voyage/324-nature-grande-bretagne.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Royaume-Uni.

Bibliographie
Guides

Guide culturel du Royaume-Uni, Danièle Frison, Ellipses Marketing.

Récits
Voyage excentrique et ferroviaire autour du Royaume-Uni, Paul Theroux, Grasset.

Carte
Royaume-Uni, Irlande, 1/750 000, IGN.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Une histoire de passion
Angleterre, Ecosse, pays de Galles, chaque “région” a un caractère bien marqué ; aussi est-il bénéfique que chacun de nos partenaires soit un fin connaisseur de la région qu’il vous fera découvrir...

Ecosse
Jon a grandi dans un petit village du Staffordshire, ce qui lui a assuré dès son plus jeune âge le goût de la nature. En 1989, il se découvre une passion pour l’Ecosse, passion qu’il affirme en s’installant à Edimbourg en 1999. Pour avoir vécu en Norvège, il maîtrise à merveille la technique du télémark, qu’il pratique dans les collines écossaises. En l’absence de neige, il est toujours partant pour de nouvelles aventures : VTT, spéléo, planche à voile, rafting, voile, escalade et randonnée. Sportif accompli, Jon a surtout à cœur que vous découvriez l’Ecosse et que vous en reveniez enchantés

Pays de Galles
Après avoir passé plusieurs vacances dans la péninsule de Llyn, Peter n’a pas résisté au charme de cette région, au point d’abandonner son métier, de s’y installer et d’y commencer une nouvelle vie. Historien amateur passionné, Peter est toujours ravi de répondre aux questions sur la culture et les traditions de “son” pays. Simon, quant lui, a quitté son Angleterre natale, a appris le cymraeg – le gallois – et est devenu  un ardent supporteur du poireau ! Passionnés par leur pays adoptif, ils mettent tout en œuvre pour faire de votre voyage un séjour inoubliable.

Le respect des us et coutumes

Le respect des us et coutumes
Soyez attentif à faire la différence entre Angleterre, Irlande, Ecosse et pays de Galles. Si vous ne savez pas à qui vous vous adressez, ne dites pas English mais British. Le mot “britannique” est générique pour tous les habitants de la Grande-Bretagne, qu’ils soient Ecossais ou Anglais.
La question de l’Irlande du Nord est très épineuse. Evitez de l’aborder, surtout si vous connaissez mal votre interlocuteur. Il est aussi très impoli de demander à un Nord-Irlandais s’il est catholique ou protestant. Attendez-vous aussi à un certain nationalisme en Ecosse, au pays de Galles et même dans les Cornouailles où un mouvement séparatiste est assez fort.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— On serre rarement la main d’un Britannique, sauf quand on le voit pour la première fois.
— Le fromage se prend souvent à la fin du repas, après le dessert…
— On verse le lait avant le thé et l’on ne trempe jamais ses toasts dans son thé. Sinon, shocking ! Le sucre brun est réservé au café.
— Dans un pub, éviter de faire part de ses idées sur le football, surtout après quelques pintes. A chaque équipe sont associées des convictions religieuses. Cela engendre parfois des tensions qu’il est préférable d’éviter.

Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

La préservation de l’environnement
Même si les denses forêts de chênes originelles de l’île ne subsistent que partiellement dans le sud du pays, le Royaume-Uni reste riche d’une flore diversifiée : nombreux conifères ainsi que chênes, ormes, châtaigniers, frênes, hêtres et... citronniers. En Angleterre, le citronnier est l’un des arbres qui a la plus longue longévité. Une grande partie du territoire est couverte de tourbières, où poussent des bruyères, des genêts, des sorbiers et des myrtilles. Les forêts abritent des cerfs et des chevreuils ; sur les îles Shetland, on trouve quelques poneys semi-sauvages. Renards, blaireaux, loutres, martres, putois, écureuils, hérissons et lièvres comptent parmi les autres mammifères du pays. Dans certaines régions d’Ecosse vivent encore quelques lynx. Le Royaume-Uni abrite également environ 200 espèces d’oiseaux, comme le pinson, le rouge-gorge, le roitelet, le martin-pêcheur et différents canards. Les principaux poissons d’eau douce sont le saumon, la truite et la perche, et les poissons de mer les plus pêchés, le cabillaud, la plie, l’aiglefin et le hareng.

Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N’approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Dans le cadre d'une démarche responsable, évitez l'achat de bouteilles en plastique. Nous vous conseillons de prévoir une gourde personnelle que vous pourrez remplir.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre, pour éviter une surconsommation énergétique.
 
Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers le Royaume-Uni : Paris - Londres, 4 € ; Paris - Edimbourg, 11 € ; Paris - Cardiff, 8 €  ; Paris - Belfast, 15 € ; Paris - Birmingham,  6 € ; Paris - Manchester, 8 € ; Paris - Glasgow, 11 €.