Yémen

Terre de mythes et de légendes, le royaume de la reine de Saba, longtemps fermé à l’influence extérieure, est resté fidèle à ses traditions. Imaginez des terres montagneuses mais fertiles, qui valurent au Yémen le surnom d’Arabia felix (Arabie heureuse) dans l’Empire romain... Dans ces massifs où se concentre la vie sont implantées les fameuses cultures en terrasse de qat, sorgho et café. Le long des pentes piquetées de villages fortifiés aux maisons décorées, accrochées aux flancs des pitons rocheux, les rencontres sont chaleureuses. Puis le désert de sable, témoin des grandes caravanes de jadis, dévoile une autre facette de ce pays aux traditions différentes : des étapes de la route de l’Encens à l’architecture insolite de Shibam, la “Manhattan du désert”, vous découvrez les racines millénaires, historiques et culturelles, d’un Yémen énigmatique. Sans oublier Socotra, cette île parc naturel, où la vie se déroule comme hors du temps.
Le Yémen avec Allibert

Repères

Population

23,8 millions d’habitants.

Superficie

527 970 km2.

Capitale

Sanaa.

Villes principales

Aden, Ta’izz, Hodeidah (Al Hudaydah), Al-Mukalla, Ibb.

Point culminant

Jabal an Nabi Shu’ayb (3 666 m).

Langue

arabe (peu de personnes parlent anglais).

Religions

islam : 60 % à 75 % de sunnites de rite chaféite, 25 % à 40 % de chiites zaydites (nord du pays) ; judaïsme minoritaire.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de plus d’avril à octobre, deux heures de plus de novembre à mars.

Géographie

Géographie
Au sud-ouest de la péninsule arabique, le Yémen occupe une superficie sensiblement égale à celle de la France. Il est bordé par l’Arabie Saoudite (au nord), par le sultanat d’Oman (à l’est), la mer Rouge (à l’ouest) et l’océan Indien (au sud). Le littoral est dominé par un relief escarpé, volcanique. Grâce à son altitude, l’ancienne Arabie heureuse bénéficie d’une pluviométrie exceptionnelle, ce qui explique l’implantation des grandes villes en montagne et les nombreuses plaines intérieures se prêtant à la culture. C’est dans cette région de marnes, calcaire, basalte, que se trouve le point culminant de toute la péninsule arabique, le djebel Shu’ayb.
- L’île de Socotra
Cette île de 130 à 140 km de long et de 35 à 40 km de large pour une superficie de 3 579 km2 est l’île principale de l’archipel de Socotra qu’elle forme avec trois autres plus petites îles situées entre elle et la corne de l’Afrique. Socotra est constituée d’une étroite plaine côtière, d’un plateau de grès truffé de cavernes karstiques et de montagnes, les Haghier, s’élevant jusqu’à 1 525 m. Le climat chaud de Socotra est fortement influencé par les moussons. Les zones basses, les côtes ainsi qu’un bassin intérieur situé au centre de l’île, sont très sèches, tandis que les plateaux sont régulièrement arrosés. La plupart des habitants de l’archipel (environ 42 000 vivent à Socotra. La ville principale est Hadiboh.

Climat

Climat
- Les saisons sont relativement peu marquées. Le climat est tropical, sec et chaud, tempéré par l’altitude en montagne (c’est l’Arabia felix, bien arrosée et fertile), très chaud et humide sur la plaine côtière (plaine de la Tihama), aride dans les déserts et l’Hadramaout.
- Deux périodes de pluies (peu abondantes) en mars-avril, puis de juillet à septembre.
- Dans l’Hadramaout, ajouter 10 à 12 °C aux minimales et 7 à 8 °C aux maximales.
- Dans la montagne, vers 3 000 m, enlever 2 à 3 °C.

 - Températures moyennes maximales et minimales à Sanaa (2 200 m), en °C :

oct.

nov.

déc.

janv.

fév.

mars

avr.

mai

juin

juil.

août

sept.

27/8

26/7

24/4

24/5

25/5

26/8

27/9

27/9

29/10

29/12

30/14

28/11


Économie

Le Yémen est l’un des pays les plus pauvres de la planète et cumule une situation économique fragile avec une démographie en forte expansion.
L’agriculture et l’industrie sont les fondements de l’économie du pays.
- Dans les parties les plus basses du versant occidental, c’est la culture du maïs ; vers 1 200 m pousse le millet, puis le blé et l’orge, le café et le qat, cultivés entre 900 et 2 700 m. Aujourd’hui, la production agricole est en plein déclin, mal maîtrisée et de mauvaise qualité. Cependant, le secteur agricole représente 19,6 % du PIB et emploie 62 % de la population active.
- Il semble que la découverte d’hydrocarbures puisse donner un nouveau souffle à l’économie. Des gisements ont été reconnus en 1984 dans la région de Marib et sur le territoire du Yémen du Sud. Les réserves sont assez faibles, et les conditions d’exploitation délicates. Le Yémen recèle aussi du gaz naturel, qui n’est pas encore exploité.
Le secteur du tourisme pourrait être au Yémen une source importante de revenus potentiels. Mais confronté à de nombreux problèmes en matière d’infrastructures et de sécurité, il demeure notoirement sous-exploité malgré les richesses du patrimoine yéménite et la diversité des paysages.
 
Le Yémen est une république. Le droit de vote est accordé à tous les citoyens de plus de 18 ans. Le Président est élu pour un mandat de sept ans. Le vice-président et le Premier ministre sont nommés par le Président.

Société

Société
Officiellement réunifié depuis mai 1990, le Yémen, qui s’ouvre peu à peu, découvre la modernité. Pétri d’une histoire millénaire, traversé de routes légendaires, le Yémen est le pays d’un peuple qui, plongeant ses racines dans la nuit des temps, est resté longtemps replié sur lui-même. Ses habitants, principalement d’origine arabe, sont presque tous musulmans, avec une petite minorité juive. La population reste très rurale, un quart seulement vivant en ville, et a l’un des taux de natalité les plus élevés au monde, la moyenne étant de plus de six enfants par femme. Cette dernière vit toujours dans le respect de la tradition et de la religion musulmanes. La plupart des femmes yéménites sont analphabètes (seulement 33,2 % ne le sont pas pour 72,5 % des hommes) et n’occupent pas de postes de responsabilité au sein de la société.
 
- Ile de Socotra
La population est d’origine indienne, arabe et somalienne, de religion musulmane et parle le soqotri, une langue non écrite, qui fait partie de la famille des langues sémitiques. A la croisée des boutres qui se rendaient de la côte sud-arabe en Afrique orientale et en Inde du Sud, Socotra a reçu des influences aussi bien africaines qu’indiennes.

Bon à savoir

Informations pratiques

Le conseil d’Alexandre Bréan, responsable de nos voyages au Yémen
Au cours de votre voyage, vous aurez l’occasion de goûter à une tradition yéménite qui fait partie intégrante de la culture et de l’hospitalité du pays, la pause qat ! Libre à vous d’accepter ou de refuser, mais n’hésitez pas à essayer pour vous immerger dans la culture du pays. Cet euphorisant légalisé dans le pays a un effet très léger. Au Yémen, tout le monde “qate”, hommes ou femmes, chauffeurs, agents de police, etc. La vie tourne au ralenti lors de cette pause, de 13 heures à 17 heures environ, et tout est fermé. Cela fait partie de la vie de ce pays si authentique !

Quels souvenirs rapporter du Yémen ?
Dans le bazar de Sanaa, vous pourrez acheter de nombreux souvenirs, bijoux, objets en argent, foutah (jupe yéménite pour les hommes), chèche de l’Hadramaout, mais aussi épices et café. Méfiez-vous de ce que vous achetez : l’exportation d’antiquités est prohibée.
 
La jambia
Poignard à large lame plus ou moins recourbée, c’est le principal accessoire de la tenue traditionnelle de l’homme yéménite. Symbole initiatique, elle marquait le passage à l’âge adulte (maintenant de plus en plus d’enfants “gâtés” en portent une à leur taille), et avait une fonction précise qui s’estompe un peu... Dans le règlement d’un conflit, la confisquer, la restituer était le rituel juridique, la vendetta a toujours fait partie des relations intertribales.
 
Les spécificités du Yémen
Le Yémen est réellement un pays rude. Cette destination est ouverte aux voyageurs avertis qui sauront s’adapter au pays ! Les Yéménites, qui ont conservé une tradition d’hospitalité très forte, sont néanmoins des gens fiers. Même face aux désirs des voyageurs, ils gardent leur authenticité et font peu ou pas de concessions. Soyez prêt à l’accepter car c’est aussi ce qui fait le charme de ce pays.
 
La maison typique
Une architecture spectaculaire caractérise le Yémen : gratte-ciel de pierres à Sanaa, de torchis à Shibam et villages de pierres à flanc de montagne. La maison-tour, présente dans tout le pays, comprend jusqu’à sept étages. Au rez-de-chaussée, l’écurie, le moulin, les réserves de blé. Les femmes et les enfants occupent le premier niveau, tandis que les hommes disposent de la partie haute.
Partout, au cours de vos randonnées, vous découvrez le talent de sculpteurs des Yéménites : montagnes en terrasses, façades des habitations, portes et fenêtres. Devant cet art insolite, vous serez fasciné par la beauté des décorations des motifs géométriques en plâtre.
 
L’encens
Dans l’Antiquité, il servait à la pharmacopée et à l’embaumement des corps sous forme d’huiles parfumées, d’onguents et de pommades. Pline l’Ancien en parle dans son Histoire naturelle. La Grèce et Rome en importaient d’Arabie pour le culte des dieux et les rites funéraires. Aujourd’hui, son usage est toujours très répandu au Yémen. Les femmes parfument leurs corps et leurs vêtements lors de sorties (visite, réceptions, mariage).
A la maison, l’encens occupe une place importante, et les Yéménites n’hésitent pas à y mettre le prix.
 
Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Si vous êtes équipés d’appareils numériques, prévoyez une large autonomie pour vos batteries, car l’électricité n’est pas systématiquement disponible. Il est toutefois possible de recharger lorsque nous dormons en funduq ou à l’hôtel. Les prises sont différentes des prises françaises, prévoyez un adaptateur.
 
Quelques mots utiles
Les Yéménites parlent l’arabe, la langue officielle. Apprendre quelques mots clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, et de rendre plus agréables vos échanges avec les populations rencontrées. Alors n’hésitez pas à faire l’effort et à utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : salam aleikoum. Réponse : wa aleikoum salam.
Comment allez-vous ? : kefhalak ?(à un homme) ; kefhalik ? (à une femme).
Très bien : alhamdoulila.
Merci : choucrane.
S’il vous plaît : min fadlak.
Je m’appelle... : ismi
Au revoir : maas salama.
Oui : aiwa. Non : la.
Excusez-moi : ana mut’assif.
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer ! Votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Sites Internet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yémen.
http://www.routard.com/guide/code_dest/yemen.htm.
 
Guides
Le Grand Guide du Yémen, Bibliothèque Voyageur Gallimard.
Yémen, Hugues Demeude et Pascal Meunier, Vilo.
Yémen, Le Petit Futé.
Yemen, Lonely Planet (en anglais).
Arabian Peninsula, Lonely Planet (en anglais)

Récits
Pêcheurs de perles, Albert Londres, Le Serpent à plumes.
La Mort en Arabie, Thorkild Hansen, Babel.

Littérature
Fortune carrée, Joseph Kessel, Pocket.
Aden Arabie, Paul Nizan, La Découverte.
Le Yémen et la mer Rouge, Yves Thoraval, L’Harmattan, 1995.

Ouvrages illustrés
Yémen, carnet de voyage et impressions, Virginie Clavereau et Henri Chauveau, La Boussole.
Yémen, l’art des bâtisseurs, José-Marie Bel, Servedit.

Carte
Yémen, 1/1 400 000, ITM.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Il y a une quinzaine d’années, Michel Vibert, guide de haute montagne pour Allibert, en voyage au Yémen, rencontre la famille Al-Saar, dont le père, ambassadeur du Yémen, a été en poste dans plusieurs pays européens. C’est le début d’une longue histoire et d’un véritable partenariat avec son fils Sadeq. Sadeq partage la même conception du voyage d’aventure qu’Allibert ! Séduit par ses qualités humaines et professionnelles, Michel démarre avec cette agence reconnue au Yémen une collaboration efficace, jamais démentie au cours de ces longues années de travail commun. Tous nos guides yéménites sont parfaitement francophones et formés aux techniques d’accompagnement par des stages effectués sur le terrain avec des guides français. Ils restent des hommes fiers de leurs racines et de leur culture et vous font partager avec enthousiasme les secrets de leur pays.

Nos actions de tourisme responsable

- En 2005, nous avons soutenu Sadeq Al-Saar, notre partenaire local également architecte, pour la rénovation d’une maison traditionnelle de la vieille ville de Sanaa. Une pièce a été réaménagée en mafraj dans la pure tradition yéménite ; elle est utilisée comme “lieu de convivialité” pour les trekkeurs Allibert.
- Depuis 2010, chaque année, nous apportons une aide financière pour la construction, l'aménagement et l'équipement d'une école mixte en milieu rural dans les villages du Wadi Sara, district de Bani Saad, ceci à l'initiative de l'Association de coopération France-Yémen pour l'accès à l'éducation.
Pour suivre toutes nos actions de tourisme responsable, rendez-vous sur notre site : https://www.allibert-trekking.com/634-valeurs-et-engagement.

Le respect des us et coutumes

Le Yémen est un pays musulman très strict. Si les voyageurs savent respecter les coutumes locales, l’accueil des Yéménites n’en sera que plus chaleureux et ouvert.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux les populations et leurs cultures :
- Pour les femmes, portez une tenue vestimentaire adaptée, longue et ample. Evitez le débardeur.
- Pour les hommes, adoptez le pantalon et la chemise, le short étant considéré comme ridicule au Yémen.
- Evitez de montrer quelqu’un du doigt ou du pied, d’enjamber quelqu’un ou de passer devant quelqu’un qui prie en direction de La Mecque, signes d’impolitesse.
- Evitez d’engager la discussion sur le terrain politique ou religieux et, quoi qu’il arrive, évitez d’être agressif ou de hausser la voix.
- Soyez discrets dans vos comportements et ne faites pas trop montre de vos bijoux et autres appareils technologiques.
- Demandez toujours la permission avant de prendre quelqu’un en photo. Pour les femmes en particulier, assurez-vous bien de leur accord.
- Ne prenez jamais en photo des installations militaires, aéroports, gares, intérieur de mosquée, postes de police, routes, ambassades, consulats. C’est interdit !
- Les villageois sont généralement pauvres, soyez humble et acceptez de vous adapter aux conditions qu’ils offrent.
- Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux, en particulier aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l’école ou leur activité habituelle. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d’une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

Les conseils de Sadeq, notre partenaire au Yémen
- Presque toutes les mosquées sont interdites aux non-musulmans. Si toutefois l’entrée vous est autorisée, retirez impérativement vos chaussures avant d’entrer.
- Si vous avez la chance d’être invités à une fête yéménite, ne soyez pas surpris d’être séparé de votre conjoint, les hommes et les femmes allant chacun de leur côté.

La préservation de l'environnement

Les paysages du Yémen sont d’une beauté saisissante, des montagnes fertiles au désert de l’Hadramaout, dans des couleurs allant de l’ocre au brun sombre.
La faune du Yémen n’est pas très riche. Si vous avez de la chance, vous pourrez apercevoir une hyène, un léopard ou un babouin. En revanche, le Yémen dispose d’une très grande variété ornithologique, possédant treize espèces indigènes et accueillant de nombreux oiseaux migrateurs en hiver.
Socotra est considérée comme un exemple remarquable de biodiversité. Du fait du long isolement géologique de l’archipel, conjugué à la forte chaleur et à la sécheresse, une spectaculaire flore endémique s’est développée : plus d’un tiers des 800 espèces de plantes de Socotra ne se trouvent nulle part ailleurs. L’île a été reconnue en juillet 2008 par l’Unesco comme patrimoine naturel mondial.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d’exception, essayons d’être des voyageurs responsables :
- Laissons les espaces naturels que nous traversons aussi propres que possible, y compris nos campements.
- Consommons de l’eau naturelle traitée avec des pastilles (type micropur) afin d’éviter les bouteilles plastiques et de minimiser la pollution.
- Evitons la cuisine au feu de bois, et évitons les feux d’agrément.
- Evitons de laisser les déchets de nos voyages dans les zones rurales, les villes petites et moyennes. Et rapatrions les déchets difficilement triables et recyclable (piles, plastiques, lingettes…) dans les grandes villes.
- Evitons de trop nous approcher de la faune, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
- Préservons la flore car celle-ci est la source de vie des animaux et des hommes.
- Evitons de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique ou symbolique unique.
- Economisons l’eau et évitons de souiller les points d’eau notamment avec les produits d’hygiène (savon, gel douche, etc.).
- Evitons de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel.
- Economisons l’énergie en logeant chez l’habitant car quand nous bénéficions de l’électricité, c’est souvent une chance.
- Utilisons les toilettes parfois prévues dans les campements ; s’il n’y en a pas, éloignons-nous absolument des sources d’eau. Dans la nature, brûlons, sans risque d’incendie, notre papier hygiénique après usage.
- Respectons les règles des parcs nationaux.
 
Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Des voyages 100% carbone neutre

Engagée dès 2006 dans l’absorption carbone des vols de ses salariés, Allibert Trekking absorbe depuis le 1er janvier 2018 l’intégralité des émissions de CO2 générées par le transport aérien de ses voyageurs. Une démarche permettant de financer des actions de lutte contre la déforestation et de restauration de la mangrove. En savoir plus...