Cinque Terre

Présentation

Géographie
La Ligurie, enserrée entre mer et montagne, est célèbre dans le monde entier pour la douceur de son climat. D’une superficie de 5 416 kilomètres carrés, elle est formée des quatre provinces de Gênes, Imperia, La Spezia et Savone. La province de La Spezia, 882 kilomètres carrés, compte 32 communes pour une population totale de 215 000 habitants. Dans la partie la plus à l’est de la Riviera du Levant (Riviera ligure di Levante), à l’ouest de l’immense baie de La Spezia, se trouvent les villages qui forment ce que l’on nomme les Cinque Terre : Monterosso al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore. Toutes ces terres tournent résolument le dos à la montagne et s’offrent à la mer, au Sud. La côte rocheuse et escarpée, émaillée de pins sculptés par la brise, abrite des centaines de petites criques avec leurs plages de sable et de galets. L’eau est turquoise et les poissons, nombreux. Des  kilomètres de restanques, où sont cultivés principalement la vigne, les oliviers, les agrumes, le basilic et les plantes médicinales, sont soutenues par des murs en pierre sèche formant une longueur de 6 729 kilomètres. Ces ouvrages de terrassement, à pic sur la mer, ont été construits à partir du XIe siècle.

Histoire
Polybe et Strabon, les tout premiers géographes de notre ère, mentionnent le premier itinéraire entre La Spezia (Spédia) et les collines successives derrière les Cinque Terre. Les Romains connaissaient et fréquentaient cette région, partout des ruines attestent leur installation. Cette région connut de nombreux troubles à toutes les époques, des invasions sarrasines à celle des barbares.
Quelques dates :
181 avant J.-C., les Romains contrôlent le littoral ligure ; 27 avant J.-C., la Ligurie devient la IXe région d’Auguste ; 641 après J.-C., Rothari, duc lombard élu roi en 636, conquiert Gênes et la Ligurie.
En 1096, Gênes participe à la première croisade ; 1162, Gênes devient autonome ; 1381, suprématie de Venise sur Gênes ; 1499, Gênes repasse sous domination française ; 1522, naissance de la république de Gênes ; 1797, fondation de la République ligure ; 1815, la Ligurie est annexée au royaume de Sardaigne.
Les Cinque Terre doivent leur nom à un historien du XVe siècle, Jacopo Bracelli qui, dans l’un de ses ouvrages, nomme ainsi ces villages appelés jusqu’alors les Castelli.

Atmosphères
Les grappes de maisons aux teintes pastel délavées de Manarola ou ocre de Monterosso al Mare s’accordent à la douce harmonie de ces terres où l’on taquine le poulpe à l’aube et où l’on fait sécher le raisin au crépuscule. A Vernazza, le soir, on descend sur le port en attendant que le jour tombe, en sirotant un sciacchetrà, ce vin doux de couleur ambrée, au parfum de figue, de noix et de miel que Plutarque nommait le délice de Bacchus. A moins de lui préférer les senteurs vertes anisées et aromatiques du cinqueterre, AOC depuis 1973.

Les perles de la nature
Le paysage incomparable des Cinq Terre a été déclaré patrimoine de l’humanité par l’Unesco. La même année, le ministère de l’Ecologie italien classe la zone marine des Cinque Terre en aire marine naturelle pour la protection de l’environnement, la tutelle et la valorisation des ressources biologiques et pour la promotion et le développement socio-économique compatible avec l’importance naturaliste du paysage. En 1999, le parc national des Cinque Terre est créé, pour conserver les équilibres écologiques et sauvegarder le paysage et les valeurs culturelles du lieu.
Cette partie de la Ligurie du Levant abrite, comme dans un écrin, des éléments naturels de grande importance scientifique.
• La flore comprend des espèces qui ne vivent que sur le promontoire de Portovenere et sur les petites îles. Le bleuet de Portovenere (Centaurea veneris) se distingue particulièrement. Il pousse sur les roches calcaires qui surplombent la mer. Les nombreuses espèces méditerranéennes occidentales, qui rencontrent ici la limite nord de leur habitat, sont fascinantes : l’euphorbe arborescente (Euphorbia dendroïdes) qui perd ses feuilles en été, le chêne-liège (Quercus suber) à l’écorce souple. Entre Bonassola, Levanto et Monterosso, on trouve plusieurs espèces rares comme le genêt de Salzmann (Genistra salzmannii), particulièrement adaptées à la vie sur des substrats ophiolitiques (dérivant de roches vertes contenant beaucoup de magnésium). Sur ces mêmes substrats, on trouve la santoline ligure (Santolina ligustica), une autre espèce endémique qui pousse exclusivement sur le territoire compris entre Monterosso et Deiva Marina.
• Les splendides alliances chromatiques des roches affleurantes qui caractérisent le paysage cachent une histoire géologique complexe, vieille de plus de 10 millions d’années. La géomorphologie offre la possibilité d’observer les nombreuses formes d’érosion karstique, en premier lieu, les grottes.
• La faune compte plusieurs invertébrés endémiques ou rares, de nombreuses espèces de papillons, dont le grand papillon de l’arbousier (Charaxes jasius), des oiseaux particulièrement intéressants ou protégés par l’Union européenne, comme le faucon pèlerin, le merle bleu, le grand corbeau, le martinet.
Dans la mer, on peut observer des colonies d’algues et des prairies de posidonie fréquentées par des hippocampes et de nombreux poissons.

Présentation

Géographie
La Ligurie, enserrée entre mer et montagne, est célèbre dans le monde entier pour la douceur de son climat. D’une superficie de 5 416 kilomètres carrés, elle est formée des quatre provinces de Gênes, Imperia, La Spezia et Savone. La province de La Spezia, 882 kilomètres carrés, compte 32 communes pour une population totale de 215 000 habitants. Dans la partie la plus à l’est de la Riviera du Levant (Riviera ligure di Levante), à l’ouest de l’immense baie de La Spezia, se trouvent les villages qui forment ce que l’on nomme les Cinque Terre : Monterosso al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore. Toutes ces terres tournent résolument le dos à la montagne et s’offrent à la mer, au Sud. La côte rocheuse et escarpée, émaillée de pins sculptés par la brise, abrite des centaines de petites criques avec leurs plages de sable et de galets. L’eau est turquoise et les poissons, nombreux. Des  kilomètres de restanques, où sont cultivés principalement la vigne, les oliviers, les agrumes, le basilic et les plantes médicinales, sont soutenues par des murs en pierre sèche formant une longueur de 6 729 kilomètres. Ces ouvrages de terrassement, à pic sur la mer, ont été construits à partir du XIe siècle.

Histoire
Polybe et Strabon, les tout premiers géographes de notre ère, mentionnent le premier itinéraire entre La Spezia (Spédia) et les collines successives derrière les Cinque Terre. Les Romains connaissaient et fréquentaient cette région, partout des ruines attestent leur installation. Cette région connut de nombreux troubles à toutes les époques, des invasions sarrasines à celle des barbares.
Quelques dates :
181 avant J.-C., les Romains contrôlent le littoral ligure ; 27 avant J.-C., la Ligurie devient la IXe région d’Auguste ; 641 après J.-C., Rothari, duc lombard élu roi en 636, conquiert Gênes et la Ligurie.
En 1096, Gênes participe à la première croisade ; 1162, Gênes devient autonome ; 1381, suprématie de Venise sur Gênes ; 1499, Gênes repasse sous domination française ; 1522, naissance de la république de Gênes ; 1797, fondation de la République ligure ; 1815, la Ligurie est annexée au royaume de Sardaigne.
Les Cinque Terre doivent leur nom à un historien du XVe siècle, Jacopo Bracelli qui, dans l’un de ses ouvrages, nomme ainsi ces villages appelés jusqu’alors les Castelli.

Atmosphères
Les grappes de maisons aux teintes pastel délavées de Manarola ou ocre de Monterosso al Mare s’accordent à la douce harmonie de ces terres où l’on taquine le poulpe à l’aube et où l’on fait sécher le raisin au crépuscule. A Vernazza, le soir, on descend sur le port en attendant que le jour tombe, en sirotant un sciacchetrà, ce vin doux de couleur ambrée, au parfum de figue, de noix et de miel que Plutarque nommait le délice de Bacchus. A moins de lui préférer les senteurs vertes anisées et aromatiques du cinqueterre, AOC depuis 1973.

Les perles de la nature
Le paysage incomparable des Cinq Terre a été déclaré patrimoine de l’humanité par l’Unesco. La même année, le ministère de l’Ecologie italien classe la zone marine des Cinque Terre en aire marine naturelle pour la protection de l’environnement, la tutelle et la valorisation des ressources biologiques et pour la promotion et le développement socio-économique compatible avec l’importance naturaliste du paysage. En 1999, le parc national des Cinque Terre est créé, pour conserver les équilibres écologiques et sauvegarder le paysage et les valeurs culturelles du lieu.
Cette partie de la Ligurie du Levant abrite, comme dans un écrin, des éléments naturels de grande importance scientifique.
• La flore comprend des espèces qui ne vivent que sur le promontoire de Portovenere et sur les petites îles. Le bleuet de Portovenere (Centaurea veneris) se distingue particulièrement. Il pousse sur les roches calcaires qui surplombent la mer. Les nombreuses espèces méditerranéennes occidentales, qui rencontrent ici la limite nord de leur habitat, sont fascinantes : l’euphorbe arborescente (Euphorbia dendroïdes) qui perd ses feuilles en été, le chêne-liège (Quercus suber) à l’écorce souple. Entre Bonassola, Levanto et Monterosso, on trouve plusieurs espèces rares comme le genêt de Salzmann (Genistra salzmannii), particulièrement adaptées à la vie sur des substrats ophiolitiques (dérivant de roches vertes contenant beaucoup de magnésium). Sur ces mêmes substrats, on trouve la santoline ligure (Santolina ligustica), une autre espèce endémique qui pousse exclusivement sur le territoire compris entre Monterosso et Deiva Marina.
• Les splendides alliances chromatiques des roches affleurantes qui caractérisent le paysage cachent une histoire géologique complexe, vieille de plus de 10 millions d’années. La géomorphologie offre la possibilité d’observer les nombreuses formes d’érosion karstique, en premier lieu, les grottes.
• La faune compte plusieurs invertébrés endémiques ou rares, de nombreuses espèces de papillons, dont le grand papillon de l’arbousier (Charaxes jasius), des oiseaux particulièrement intéressants ou protégés par l’Union européenne, comme le faucon pèlerin, le merle bleu, le grand corbeau, le martinet.
Dans la mer, on peut observer des colonies d’algues et des prairies de posidonie fréquentées par des hippocampes et de nombreux poissons.