Ecosse

Présentation

Espace, grandeur et beauté des paysages caractérisent l’Ecosse, où s’étendent à perte de vue de romantiques paysages de lochs, de falaises, d’îles et de montagnes couvertes de landes à bruyères et fougères. Ici, légendes et histoire sont étroitement mêlées : châteaux mystérieux, monstres millénaires, mythes celtiques… cette terre sauvage quasi-magique assure le bonheur des voyageurs amoureux de nature.

Population

5,1 millions d’habitants.

Superficie

78 772 km2.

Capitale

Edimbourg.

Villes principales

Glasgow, Aberdeen, Dundee.

Point culminant

Ben Nevis (1 344 m).

Langues

anglais (off.), écossais.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de moins tout au long de l’année.


Géographie
L’Ecosse est divisée en trois régions : les Highlands, zone montagneuse où se trouve le Ben Nevis, les basses terres centrales (Lowlands) et les Highlands du Sud. De longs et profonds bras de mer s’enfoncent dans les terres. L’Ecosse possède près de 800 îles, se situant pour la plupart à l’ouest et au nord du pays, notamment les Hébrides, les Orcades et les Shetlands. Bien qu’Edimbourg soit la capitale, riche d’un bel héritage historique et architectural, la ville principale est Glasgow.

Les milliers de kilomètres du littoral permettent d’observer facilement la faune à l’état sauvage. Sur les îles et les rochers élevés, comme dans les Shetlands, l’île de Handa, au large de la côte ouest du Sutherland, et à St Abbs, dans la région des Borders, vit la plus grande colonie d’oiseaux marins au monde. Parmi eux, on peut citer les macareux, guillemots, mouettes tridactyles et petits pingouins. L’observation des baleines, des dauphins, qui se rapprochent des côtes au printemps pour suivre les bancs de poissons (spécialement à Moray Firth), des phoques et des oiseaux marins, est devenue une attraction. Les régions écossaises de Galloway, de l’Argyll et du West Lochaber sont couvertes de forêts de chênes, de frênes, de bouleaux, de sorbiers, riches en lichens, fougères et mousses rares, et tapissées au printemps de jacinthes des bois.
 
Climat
Le qualificatif qui convient le mieux au climat écossais est sans doute celui de varié. Ces variations sont considérables entre régions voisines, tout comme d’une journée à l’autre. Le pays frôle le cercle arctique, mais les vents du Gulf Stream adoucissent les températures. Dans les Highlands, le temps peut toutefois être extrême à n’importe quel moment. La côte tend à être fraîche et sèche. Les températures chutent rarement en dessous de zéro (mais attention aux vents glacés au large de la côte !). Le climat est plus doux et plus humide sur la côte ouest, où les températures estivales atteignent en moyenne 19 °C. Mai et juin sont les mois les plus secs, juillet et août les plus chauds. Dans le nord, le soleil se couche à peine en été, et c’est à peine s’il se lève en hiver.

Economie
L’économie de l’Ecosse, étroitement liée à celle du Royaume-Uni, est essentiellement basée sur un système capitaliste avec très peu d’intervention de la part de l’Etat. Le produit intérieur brut (PIB) de l’Ecosse était légèrement supérieur à 86 millions de livres sterling (98 millions d’euros) en 2006). L’Ecosse est l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni qui ne possède pas de constitution écrite unique.

Société
Environ 70 % de la population écossaise vivent dans les Central Lowlands, une large et fertile vallée s’étirant du nord-est au sud-ouest entre Edimbourg et Glasgow et comprenant des bassins de population importants tels que Stirling, Falkirk, Perth et Dundee. D’autres concentrations de populations se trouvent sur la côte nord-est. A Glasgow, la densité de population est de 3 292 personnes au km2, alors que la région des Highlands n’a que 5 habitants au km2.
Traiter les Ecossais d’Anglais peut être ressenti comme un anathème par certains, surtout dans les Highlands et dans les îles, où s’affirme le sentiment nationaliste.

Kilt et tradition du costume écossais
Le kilt, qui était à l’origine le costume traditionnel des Highlanders, est maintenant associé à toute l’Ecosse. Le kilt n’est porté que par les hommes et c’est un art. Une importance particulière est accordée aux accessoires. Le sporran, bourse portée sur le devant du kilt, est en cuir. Les crest badges, écussons aux armoiries du clan, sont arborés avec fierté. Enfin, le couteau (sgian dubh, prononcer “skin dou”), glissé dans la chaussette, complète la tenue.
 
Sciences et arts
Les Ecossais n’ont peut-être pas brillé dans l’histoire par leurs productions artistiques, mais ils ont fait très fort en matière de sciences et de philosophie. On leur doit les logarithmes, la seconde loi de la thermodynamique et les lois de l’électrodynamique. Ce sont eux qui ont révolutionné la machine à vapeur, inventé le bitume, la toile imperméable, le téléphone, la télévision et le radar. Sans parler de leur rôle de pionniers en anatomie, dans la découverte des antiseptiques et de la pénicilline. L’un d’eux, Adam Smith, a même cogité l’idée farfelue de la main invisible du capitalisme. Les Ecossais attribuent cet impressionnant palmarès à l’importance qu’ils accordent depuis longtemps aux études.
L’Ecosse possède une longue tradition d’arts populaires et folkloriques. La cornemuse est sans conteste le symbole légendaire de la culture populaire écossaise. Cet instrument a eu son heure de gloire sous la reine Victoria, qui aimait qu’on en joue sous sa fenêtre à son réveil.
Le tartan, autre symbole de l’Ecosse, remonte à l’époque romaine, mais n’a marqué les distinctions entre clans qu’à partir du XVIIe siècle. Bannis après les révoltes jacobites, les kilts des Highlanders ressortirent des armoires au siècle suivant. Jadis, selon la coutume du ceilidh (visite, en gaélique), on se rassemblait le soir en présence d’un barde pour écouter des contes et de la musique. Les ceilidh ont toujours cours : on y raconte moins de légendes, mais on y danse et on y boit beaucoup plus.

Artisanat
Toutes les conditions pour passer de l’artisanat du filage et du tissage à une activité industrielle florissante étaient réunies en Ecosse : riches pâtures constellées de moutons, rivières aux nombreuses cascades et banquiers entreprenants. Les spécialités locales sont les tartans, lainages des Shetland tissés de manière traditionnelle, et le tweed, devenu le symbole du confort et de l’élégance décontractée.
 
Boissons
- Un petit topo sur les bières écossaises, mais accrochez-vous bien car ce n’est pas simple.
Il y a trois sortes de bières :
• la bière en bouteille ;
• la bière tirée au tonneau, keg, appelée real ale, à la pompe traditionnelle, servie à température ambiante. L’export (brune un peu plus forte que sa voisine anglaise, bitter), comme la 70 ou 80 Shillings (nom écossais pour la mild), est sans conteste la plus populaire, la pale est plus douce ;
• la bière à la pression, ou draught, en général blonde, gazeuse, est servie fraîche.
Dans ces trois catégories, on distingue les bières :
lager, blonde légère. Parmi les plus répandues : Tennant’s lager, Mc Ewans, 70 ou 80 Shillings (plus forte) et la Skoll ;
pale ale (rousse légère) comme la Younger’s ou bien la Tartan Special heavy (rousse forte ou brune). La real ale est un vrai nectar ;
stout, forte et sombre, comme les bières irlandaises Guinness et Murphy’s, ainsi que l’écossaise Gillespie’s.

- En Ecosse, le whisky est une institution aux règles précises. Avis aux amateurs de mélanges en tout genre, le whisky se boit “nu”. L’alternative reste de l’allonger avec un peu d’eau. Attention, on ne commande pas un whisky dans un pub, mais un dram, c’est-à-dire une mesure de whisky ordinaire.
Les différentes variétés de whiskies sont :
malt whisky, single malt (100 % d’orge maltée, une seule distillerie) ou pure malt (100 % d’orge maltée). La plupart sont fabriqués dans les Highlands, à base d’orge fermentée. Le whisky pure malt vieillit parfois dans des cuves en chêne pendant plusieurs dizaines d’années ;
grain whisky : certains amateurs ne reconnaissent pas le nom de whisky à cet alcool léger, fade, mais bon marché. Il est fabriqué avec seulement 10 à 20 % d’orge ;
blended whisky : de tous les whiskies écossais consommés dans le monde, 90 % sont des blended. On y trouve 60 à 80 % de grain whisky, et de 20 à 40 % de malt whisky.
Sachez encore que le whisky est taxé en Ecosse à près de 65 %. Il est préférable d’acheter sa marque préférée en… France.

Sites Internet
http://international.visitscotland.com/fr/.
http://www.routard.com/guide/code_dest/ecosse.htm.

Bibliographie
Guides

Ecosse, guide Voir Hachette.
L’Ecosse, guide Peuples du monde, éditions de l’Adret.
Ecosse, Lonely Planet.

Récits, littérature
Voyage dans les Hébrides, James Boswell et Samuel Johnson, La Différence.
A travers l’Ecosse, Robert Louis Stevenson, éditions Complexe.
Le Fanatique, James Robertson, Métailié.
Le Poinçonneur Hines, James Kelman, Métailié.

Ouvrages illustrés
Ecosse, carnet de bord d’un pêcheur d’images, Patrick Mahé et Philip Plisson, éditions du Chêne.
Ecosse, le pays derrière les noms, Kenneth White, Terre de brume.
Ecosse, Brigitte Bontemps et Hervé Champollion, éditions Hermé.
Terre d’Ecosse, Serge Oliero et Stéphanie Grandval, éditions Alain Barthelémy.
Ecosse, Isabelle Brega, Minerva.

Carte

Scotland, 1/400 000, Michelin.

Présentation

Espace, grandeur et beauté des paysages caractérisent l’Ecosse, où s’étendent à perte de vue de romantiques paysages de lochs, de falaises, d’îles et de montagnes couvertes de landes à bruyères et fougères. Ici, légendes et histoire sont étroitement mêlées : châteaux mystérieux, monstres millénaires, mythes celtiques… cette terre sauvage quasi-magique assure le bonheur des voyageurs amoureux de nature.

Population

5,1 millions d’habitants.

Superficie

78 772 km2.

Capitale

Edimbourg.

Villes principales

Glasgow, Aberdeen, Dundee.

Point culminant

Ben Nevis (1 344 m).

Langues

anglais (off.), écossais.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de moins tout au long de l’année.


Géographie
L’Ecosse est divisée en trois régions : les Highlands, zone montagneuse où se trouve le Ben Nevis, les basses terres centrales (Lowlands) et les Highlands du Sud. De longs et profonds bras de mer s’enfoncent dans les terres. L’Ecosse possède près de 800 îles, se situant pour la plupart à l’ouest et au nord du pays, notamment les Hébrides, les Orcades et les Shetlands. Bien qu’Edimbourg soit la capitale, riche d’un bel héritage historique et architectural, la ville principale est Glasgow.

Les milliers de kilomètres du littoral permettent d’observer facilement la faune à l’état sauvage. Sur les îles et les rochers élevés, comme dans les Shetlands, l’île de Handa, au large de la côte ouest du Sutherland, et à St Abbs, dans la région des Borders, vit la plus grande colonie d’oiseaux marins au monde. Parmi eux, on peut citer les macareux, guillemots, mouettes tridactyles et petits pingouins. L’observation des baleines, des dauphins, qui se rapprochent des côtes au printemps pour suivre les bancs de poissons (spécialement à Moray Firth), des phoques et des oiseaux marins, est devenue une attraction. Les régions écossaises de Galloway, de l’Argyll et du West Lochaber sont couvertes de forêts de chênes, de frênes, de bouleaux, de sorbiers, riches en lichens, fougères et mousses rares, et tapissées au printemps de jacinthes des bois.
 
Climat
Le qualificatif qui convient le mieux au climat écossais est sans doute celui de varié. Ces variations sont considérables entre régions voisines, tout comme d’une journée à l’autre. Le pays frôle le cercle arctique, mais les vents du Gulf Stream adoucissent les températures. Dans les Highlands, le temps peut toutefois être extrême à n’importe quel moment. La côte tend à être fraîche et sèche. Les températures chutent rarement en dessous de zéro (mais attention aux vents glacés au large de la côte !). Le climat est plus doux et plus humide sur la côte ouest, où les températures estivales atteignent en moyenne 19 °C. Mai et juin sont les mois les plus secs, juillet et août les plus chauds. Dans le nord, le soleil se couche à peine en été, et c’est à peine s’il se lève en hiver.

Economie
L’économie de l’Ecosse, étroitement liée à celle du Royaume-Uni, est essentiellement basée sur un système capitaliste avec très peu d’intervention de la part de l’Etat. Le produit intérieur brut (PIB) de l’Ecosse était légèrement supérieur à 86 millions de livres sterling (98 millions d’euros) en 2006). L’Ecosse est l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni qui ne possède pas de constitution écrite unique.

Société
Environ 70 % de la population écossaise vivent dans les Central Lowlands, une large et fertile vallée s’étirant du nord-est au sud-ouest entre Edimbourg et Glasgow et comprenant des bassins de population importants tels que Stirling, Falkirk, Perth et Dundee. D’autres concentrations de populations se trouvent sur la côte nord-est. A Glasgow, la densité de population est de 3 292 personnes au km2, alors que la région des Highlands n’a que 5 habitants au km2.
Traiter les Ecossais d’Anglais peut être ressenti comme un anathème par certains, surtout dans les Highlands et dans les îles, où s’affirme le sentiment nationaliste.

Kilt et tradition du costume écossais
Le kilt, qui était à l’origine le costume traditionnel des Highlanders, est maintenant associé à toute l’Ecosse. Le kilt n’est porté que par les hommes et c’est un art. Une importance particulière est accordée aux accessoires. Le sporran, bourse portée sur le devant du kilt, est en cuir. Les crest badges, écussons aux armoiries du clan, sont arborés avec fierté. Enfin, le couteau (sgian dubh, prononcer “skin dou”), glissé dans la chaussette, complète la tenue.
 
Sciences et arts
Les Ecossais n’ont peut-être pas brillé dans l’histoire par leurs productions artistiques, mais ils ont fait très fort en matière de sciences et de philosophie. On leur doit les logarithmes, la seconde loi de la thermodynamique et les lois de l’électrodynamique. Ce sont eux qui ont révolutionné la machine à vapeur, inventé le bitume, la toile imperméable, le téléphone, la télévision et le radar. Sans parler de leur rôle de pionniers en anatomie, dans la découverte des antiseptiques et de la pénicilline. L’un d’eux, Adam Smith, a même cogité l’idée farfelue de la main invisible du capitalisme. Les Ecossais attribuent cet impressionnant palmarès à l’importance qu’ils accordent depuis longtemps aux études.
L’Ecosse possède une longue tradition d’arts populaires et folkloriques. La cornemuse est sans conteste le symbole légendaire de la culture populaire écossaise. Cet instrument a eu son heure de gloire sous la reine Victoria, qui aimait qu’on en joue sous sa fenêtre à son réveil.
Le tartan, autre symbole de l’Ecosse, remonte à l’époque romaine, mais n’a marqué les distinctions entre clans qu’à partir du XVIIe siècle. Bannis après les révoltes jacobites, les kilts des Highlanders ressortirent des armoires au siècle suivant. Jadis, selon la coutume du ceilidh (visite, en gaélique), on se rassemblait le soir en présence d’un barde pour écouter des contes et de la musique. Les ceilidh ont toujours cours : on y raconte moins de légendes, mais on y danse et on y boit beaucoup plus.

Artisanat
Toutes les conditions pour passer de l’artisanat du filage et du tissage à une activité industrielle florissante étaient réunies en Ecosse : riches pâtures constellées de moutons, rivières aux nombreuses cascades et banquiers entreprenants. Les spécialités locales sont les tartans, lainages des Shetland tissés de manière traditionnelle, et le tweed, devenu le symbole du confort et de l’élégance décontractée.
 
Boissons
- Un petit topo sur les bières écossaises, mais accrochez-vous bien car ce n’est pas simple.
Il y a trois sortes de bières :
• la bière en bouteille ;
• la bière tirée au tonneau, keg, appelée real ale, à la pompe traditionnelle, servie à température ambiante. L’export (brune un peu plus forte que sa voisine anglaise, bitter), comme la 70 ou 80 Shillings (nom écossais pour la mild), est sans conteste la plus populaire, la pale est plus douce ;
• la bière à la pression, ou draught, en général blonde, gazeuse, est servie fraîche.
Dans ces trois catégories, on distingue les bières :
lager, blonde légère. Parmi les plus répandues : Tennant’s lager, Mc Ewans, 70 ou 80 Shillings (plus forte) et la Skoll ;
pale ale (rousse légère) comme la Younger’s ou bien la Tartan Special heavy (rousse forte ou brune). La real ale est un vrai nectar ;
stout, forte et sombre, comme les bières irlandaises Guinness et Murphy’s, ainsi que l’écossaise Gillespie’s.

- En Ecosse, le whisky est une institution aux règles précises. Avis aux amateurs de mélanges en tout genre, le whisky se boit “nu”. L’alternative reste de l’allonger avec un peu d’eau. Attention, on ne commande pas un whisky dans un pub, mais un dram, c’est-à-dire une mesure de whisky ordinaire.
Les différentes variétés de whiskies sont :
malt whisky, single malt (100 % d’orge maltée, une seule distillerie) ou pure malt (100 % d’orge maltée). La plupart sont fabriqués dans les Highlands, à base d’orge fermentée. Le whisky pure malt vieillit parfois dans des cuves en chêne pendant plusieurs dizaines d’années ;
grain whisky : certains amateurs ne reconnaissent pas le nom de whisky à cet alcool léger, fade, mais bon marché. Il est fabriqué avec seulement 10 à 20 % d’orge ;
blended whisky : de tous les whiskies écossais consommés dans le monde, 90 % sont des blended. On y trouve 60 à 80 % de grain whisky, et de 20 à 40 % de malt whisky.
Sachez encore que le whisky est taxé en Ecosse à près de 65 %. Il est préférable d’acheter sa marque préférée en… France.

Sites Internet
http://international.visitscotland.com/fr/.
http://www.routard.com/guide/code_dest/ecosse.htm.

Bibliographie
Guides

Ecosse, guide Voir Hachette.
L’Ecosse, guide Peuples du monde, éditions de l’Adret.
Ecosse, Lonely Planet.

Récits, littérature
Voyage dans les Hébrides, James Boswell et Samuel Johnson, La Différence.
A travers l’Ecosse, Robert Louis Stevenson, éditions Complexe.
Le Fanatique, James Robertson, Métailié.
Le Poinçonneur Hines, James Kelman, Métailié.

Ouvrages illustrés
Ecosse, carnet de bord d’un pêcheur d’images, Patrick Mahé et Philip Plisson, éditions du Chêne.
Ecosse, le pays derrière les noms, Kenneth White, Terre de brume.
Ecosse, Brigitte Bontemps et Hervé Champollion, éditions Hermé.
Terre d’Ecosse, Serge Oliero et Stéphanie Grandval, éditions Alain Barthelémy.
Ecosse, Isabelle Brega, Minerva.

Carte

Scotland, 1/400 000, Michelin.