Finlande

La Finlande, pays des lacs, des marais, des forêts, des rivières et des rennes…
Au premier abord, on a l’impression que les villes sont absentes, qu’il s’agit d’un pays consacré à la nature. Or la culture finlandaise est bien présente dans les petites villes plantées au cœur des forêts, au bord des lacs, dans des sites paisibles et aérés, et les Finlandais cultivent un lien privilégié avec la nature, omniprésente. Randonnée, sports nautiques, pêche, sports d’hiver, voilà ce qui occupe leurs week-ends.
Nous vous invitons à partager cet esprit finlandais tout en randonnant et en skiant dans ce pays qui ne cesse de nous éblouir avec ses merveilles.

Randonnées, voyages et trekkings en Finlande

Repères

Population

5,4 millions d’habitants.

Superficie

338 145 km2.

Capitale

Helsinki

Villes principales

Tampere, Turku, Vantaa, Espoo, Lahti, Kuopio.

Points culminants

Haltitunturi (1 324 m), situé au bout de la pointe nord-ouest du pays.

Lacs

environ 188 000 ! Les plus grands : Saimaa (à proximité de la frontière russe), Päijänne (Finlande Centrale), Inarijärvi (Laponie).

Langues

finnois et suédois (off.), lapon.

Religions

protestants luthériens (84 %), orthodoxes (1,1 %), autres (1 %), hors confession (13 %).

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de plus toute l’année. UTC/GMT : + 2 h.


Géographie

La Finlande, baignée par la mer Baltique, et précisément par le golfe de Botnie à l’ouest et par le golfe de Finlande au sud, s’étend de part et d’autre du cercle Arctique dans la partie orientale de la Fennoscandie, ce qui fait d’elle un pays nordique entièrement extérieur à la Scandinavie. Elle partage ses frontières avec la Suède à l’ouest, la Norvège au nord et la Fédération de Russie à l’est
Le paysage finlandais est plat dans la partie sud-ouest et dans les vastes plaines côtières d’Ostrobotnie, vallonné de collines dans le centre et l’est. La Laponie est parfois montagneuse, mais le plus souvent formée de vastes étendues assez planes. La Finlande est un pays aux milliers de lacs et d’îles (187 888 lacs et 179 584 îles). Le Saimaa est le quatrième plus grand lac d’Europe. Les forêts de conifères et de bouleaux représentent 65 % du territoire, ce qui fait de la Finlande l’une des plus importantes réserves forestières d’Europe. La Laponie est le domaine de la toundra (couverture végétale basse et clairsemée). La plupart des îles sont dans le sud-ouest, dans l’archipel d’Åland, et le long de la côte méridionale du golfe de Finlande.

Climat

En hiver, les températures oscillent entre - 10 et - 15 °C, mais peuvent descendre jusqu'à -30° ; le froid très sec se supporte très bien. La neige nordique est très froide et formidable à skier.
En été, à partir de mai jusqu’en août, le thermomètre dépasse les 20 °C dans la journée (parfois même les 30 °C !), des températures parfaites pour les baignades et les balades.

 Ivalo  01 janvier
 15 janvier  01 février
15 février  01 mars
15 mars
 01 avril
 15 avril
 01 mai
 Soleil  Lever  La nuit polaire
 11h12  09h34  08h24  07h18  06h14  05h11  05h05  03h56
 Coucher  12h34  14h20  15h32  16h35  17h32  18h28  20h25  21h27
 Zénith

 11h48

 11h53  11h57  11h58  11h56  11h53  11h49  12h45  12h42
 Durée jour
 0h  1h20  4h46  7h08  9h15  11h20  13h32  15h20  17h30
Crépuscule
 Début  09h25  08h54  08h08  07h15  06h17  05h15  04h08  03h53  02h11
Fin
 14h10  14h53  15h46  16h41  17h36  18h31  19h30  21h37  23h13


Kittilä  01 janvier
 15 janvier  01 février
15 février  01 mars
15 mars
 01 avril
 15 avril
 01 mai
 Soleil  Lever  La nuit polaire
 10h37  09h33  08h32  07h33  06h34  05h35  05h35  04h32
 Coucher  13h53  15h04  16h06  17h02  17h55  18h46  20h38  21h34
 Zénith

12h09

 12h15  12h18  12h19  12h18  12h15  12h10  13h06  13h03
 Durée jour
 0h  3h16  5h30  7h30  9h30  11h20  13h10  15h  17h
Crépuscule
 Début  09h23  08h58  08h18  07h29  06h36  05h39  04h37  04h29  03h06
Fin
 14h55  15h32  16h19  17h09  18h00  18h51  19h44  21h44  23h00

N.B : ces informations sont données à titre informatif.

Économie

L’agriculture occupe une place restreinte, mais les productions céréalières, les produits d’élevage et la pêche permettent de couvrir 95 % de la consommation intérieure. Quant à la sylviculture, elle produit 22 % des biens industriels (bois, pâte à papier), dont 90 % sont exportés. Les surfaces cultivées se concentrent dans les régions côtières fertiles et ne représentent que 8 % de la superficie totale du pays. La majorité des exploitations font moins de 20 hectares. L’élevage (porcs, moutons, bovins) constitue la principale activité, aussi une part importante des récoltes est-elle destinée à l’alimentation du bétail. Les céréales et la betterave à sucre sont cultivées dans les grandes plaines du Sud-Ouest, les pommes, les concombres et les oignons poussent dans les îles Åland. La pêche est importante pour la consommation nationale. L’exploitation forestière, souvent associée à l’agriculture et plus lucrative, fournit aux exploitants agricoles un complément de revenus appréciable.
La forêt finlandaise, à plus de 60 % propriété privée et qui couvre les deux tiers du pays, est à l'origine de l’industrialisation. Un système de canaux – 6 600 kilomètres de voies navigables – assure un transport efficace et peu coûteux. L’industrie représente 29 % des emplois ; la majorité des activités est concentrée autour d’Helsinki ; les industries d’ingénierie y produisent des machines agricoles, des moteurs électriques et des bateaux. Tampere constitue le second pôle industriel et urbain, et Turku, grand port du Sud-Ouest, abrite les principaux chantiers navals. La Finlande est le deuxième exportateur mondial de papier. Les secteurs des télécommunications et de l’électronique sont aujourd’hui les plus grands exportateurs. 
L’Etat finlandais gère le secteur social grâce à une fiscalité parfois assez lourde ; mais, contrairement aux autres pays scandinaves, l’orientation vers le libéralisme économique est moins nette, et l’Etat possède une part importante des moyens de production.
La Finlande est grande consommatrice d’énergie, en raison de la rigueur de son climat et de l’importance de l’industrie du bois. Plus des trois quarts de l’énergie consommée sont importés. La Finlande possède un vaste potentiel hydroélectrique, mais celui-ci est handicapé par la faible pente et l’englacement des rivières.

Société

La Finlande est l'un des pays les moins peuplés d'Europe (15 habitants par km2). Inégalement répartie, la population se concentre pour les deux tiers dans le Sud, sur les côtes des golfes de Botnie et de Finlande. Elle est aux deux tiers urbaine. La population est d’origine scandinavo-baltique. Les Finlandais suédophones habitent principalement les îles d’Åland et le littoral sud-occidental.
Le Grand Nord est habité par 7 000 Samis (Lapons), dont environ 2 500 sont sédentaires. Le peuple sami vit dans le nord de la Suède, de la Norvège, de la Finlande et en Russie (péninsule de Kola). Leur nom, Sami dans leur propre langue, est également parfois traduit par les termes Sames, Samés, Sâmes, ou Saami. Ce n’est pas un groupe ethnique, mais un peuple parlant des langues sames d’origine finno-ougrienne. L'élevage du renne - qui constitue, pour 40 % des Samis, la source de revenus la plus importante -, la pêche, la chasse, l'artisanat et le tourisme sont leurs principales ressources. 

L'histoire du pays

L'histoire
Les premiers habitants semblent avoir été des Lapons (Samis). Les forêts désertes deviennent une intéressante source de revenus pour les Finnois de Lituanie et d'Estonie, qui, pour répondre aux besoins de fourrure, se font trappeurs ; à la fin du Ier siècle de notre ère, ils s'établissent dans le sud-ouest du pays. Au XIe siècle, les Finnois se heurtent aux Vikings du Roslag qui accaparent le commerce du golfe de Finlande. S'ouvre une ère de prospérité, au cours de laquelle le christianisme fait son apparition.
En 1157, la Finlande est conquise par le roi de Suède, Erik IX Jedvardsson, dit Erik le Saint ; des colons suédois s'établissent sur les côtes du golfe de Botnie. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, la Finlande est l'enjeu de rivalités entre Russes, Danois et Suédois. Le roi de Suède, Birger Jarl, repousse les Russes, fonde une nouvelle province, et les Russes reconnaissent à la Suède la possession de la Finlande, que le roi Magnus II élève au rang de duché en 1353. La noblesse finlandaise, qui s'est formée sous la protection de la monarchie, accapare la plus grande partie des terres et résiste au pouvoir royal. Erik XIII (Erik de Poméranie, 1396-1439) renforce le particularisme finlandais en octroyant au duché une cour suprême et une monnaie propre. Les évêques de Turku, recrutés parmi la noblesse et chefs spirituels du pays, introduisent la Réforme de Luther. Les guerres avec la Russie reprennent en 1570 ; le grand-duché est supprimé en 1599, la noblesse perd ses privilèges nationaux.
Charles XII, après les années de famine de 1694-1697, livre la Finlande au pillage et aux dévastations des armées de Pierre le Grand. Après la paix de Nystad (1721), la Finlande est dépeuplée, épuisée. Au XVIIIe siècle, la faiblesse de la monarchie fait naître un sentiment d'insécurité et, à la suite d'une nouvelle guerre soldée par la cession à la Russie de nouveaux territoires (1743), l'opinion commence à se tourner vers la Russie. Le tsar Alexandre Ier conquiert la Finlande en 1809 et prend le titre de grand-duc de Finlande. Dès lors, la Finlande s'administre elle-même avec un Sénat placé sous la présidence d'un gouverneur général et contrôlé par un Comité mixte des affaires finlandaises, qui siège à Saint-Pétersbourg. En 1811, le tsar redonne au duché ses provinces orientales, et, en 1812, la capitale est transférée à Helsinki. L'égalité des deux langues officielles, suédois et finnois, est décrétée. Sous le règne libéral d'Alexandre II (1855-1881) se développe une économie agricole, la forêt est exploitée pour l'industrie du bois et du papier, l'industrie textile se développe, la Finlande est dotée d'une armée et d'une monnaie nationales.
Sous Alexandre III (1881-1894), la russification s'intensifie. Mais c'est surtout Nicolas II qui prend les mesures les plus contestées, jugées comme une atteinte à l'autonomie de la Finlande : le russe devient la langue officielle du Sénat et de l'administration, l'armée finlandaise est intégrée dans l'armée russe, le tsar accorde des pouvoirs dictatoriaux au gouverneur, le général Bobrikov. L'assassinat de ce dernier, en 1904, et l'agitation révolutionnaire de 1905 l'amènent à faire machine arrière : la diète est remplacée par une chambre élue au suffrage universel, auquel les femmes participent pour la première fois au monde (1906).
Avec la révolution russe, une commission populaire est nommée à Helsinki, les administrations sont remises à des soviets d'ouvriers. Le gouvernement, réfugié à Vaasa, organise "l'armée blanche". Une guerre civile éclate entre garde rouge, soutenue par les bolcheviks, et garde blanche, aidée par l'Allemagne. La garde rouge est désarmée, puis écrasée, les renforts soviétiques interceptés. Helsinki est reprise, le pays repasse sous le contrôle du gouvernement légal. Au traité de Tartu (1920), les Soviétiques reconnaissent la République de Finlande.
A la fin des années 1920, à la tentative de radicalisation du mouvement ouvrier, répond la création d'un mouvement d'extrême droite anticommuniste, résurgence de la Finlande "blanche" de l'époque de la guerre civile. Mais en 1932, le président conservateur et le gouvernement ordonnent la dissolution du mouvement. En 1939, l'URSS, inquiète de l'expansionnisme de l'Allemagne de Hitler, réclame à la Finlande quelques territoires stratégiques nécessaires à la défense de Leningrad, qu'Helsinki refuse de céder. L'agression soviétique de 1939 surprend le pays presque désarmé et, malgré une contre-attaque victorieuse, la Finlande, faute d'appui réel des Occidentaux, est contrainte de signer la paix de Moscou (1940), qui l'ampute de la Carélie et d'une partie de la Laponie.
Durant la guerre froide, la Finlande doit concilier deux intérêts contradictoires tout en conservant son indépendance : maintenir ses liens traditionnels avec les pays nordiques et l'Europe occidentale et entretenir de bonnes relations avec son puissant voisin soviétique, avec lequel elle partage une frontière de plus de 1 000 kilomètres. Au traité de Paris (1947), la Finlande perd la Carélie et le district minier de Petsamo, elle cède à l'URSS le port de Porkkala, sur la Baltique, pour cinquante ans, et s'engage à payer une forte indemnité de guerre. Mais elle est libre. La dette de guerre est acquittée en 1952, et, trois ans plus tard, la péninsule de Porkkala lui est restituée.
Comme Premier ministre de 1950 à 1956, puis comme président de 1956 à 1981, Urho Kaleva Kekkonen mène une politique prudente qui ménage les Soviétiques et maintient la Finlande à l'écart des conflits internationaux. Cependant, le pays reste orienté vers la Scandinavie et l'Occident. Mais l'URSS veut empêcher la Finlande – son troisième partenaire commercial, en dehors du monde communiste –, de se rapprocher de ses voisins scandinaves et surtout de s'unir avec les Occidentaux. Aussi, en décembre 1969, les pourparlers sur le Nordek (Union économique des pays scandinaves) échouent, et l'Europe du Nord ne peut adhérer en bloc à la Communauté économique européenne (CEE). En revanche, les liens avec l'URSS et les pays communistes se resserrent ; en 1970, les deux pays signent un protocole prolongeant leur traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle jusqu'en 1990. En 1989, la Finlande devient membre du Conseil de l'Europe. Après l'effondrement de l'URSS (1991), la Finlande noue des liens avec les anciennes républiques soviétiques et la Russie. Mais elle se tourne surtout vers l'Europe, et, en 1992, elle présente sa candidature à une adhésion à la CEE qui est accueillie favorablement et devient effective en 1995.
Entre 1917 et 2003, la Finlande connaît soixante-dix gouvernements avec quarante Premiers ministres ! Dans les années 1950 et jusqu'en 1966, la plupart des coalitions – auxquelles participent parfois le parti social-démocrate – se forment autour du parti agrarien – qui devient le parti du Centre en 1965 (KESK). La Finlande a une conception nordique des rapports sociaux et cherche à améliorer les situations individuelles par des accords collectifs tenant compte des possibilités du marché, visant au plein emploi sans entraver le développement des entreprises privées. A partir de 1966, les coalitions de centre gauche deviennent prédominantes, les gouvernements suivent la même politique de consolidation d'un Etat providence dont les fonds sont abondamment entretenus par une croissance spectaculaire. Les élections de 1987 obligent les sociaux-démocrates à partager le pouvoir avec les conservateurs, qui n'ont pas participé au gouvernement depuis vingt ans. Aux élections législatives de 1995, le parti social-démocrate réalise son meilleur score depuis 1945 et forme un gouvernement soutenu par une coalition "arc-en-ciel", rassemblant autour du PSD, l'Alliance de gauche (communistes), les Verts, le parti de la Minorité suédoise et les conservateurs. Le grand défi politique et économique est de satisfaire aux critères de Maastricht pour participer, dès 1999, à l'Union économique et monétaire. Le gouvernement remplit l'objectif qu'il s'était fixé : la Finlande est un des onze pays qui participent au lancement de l'euro le 1er janvier 1999. La Finlande peut se prévaloir de bonnes performances économiques et d'une intégration dans l'Union européenne réussie.
En 2000, Tarja Halonen est la première femme élue à la présidence de la République. La présidente s'engage à défendre le principe d'Etat-providence, en veillant à ce que l'enrichissement du pays n'accroisse pas les inégalités. En 2006, elle est réélue face au conservateur Sauli Niinistö. A partir des élections européennes de 2009, on assiste à une forte progression du sentiment eurosceptique. En 2012, Sauli Niinistö (KOK) est élu à la présidence de la République. Les élections législatives de 2015 confirment l'implantation des nationalistes finlandais, bien qu'en léger recul par rapport au scrutin de 2011. Devenant la deuxième force politique au parlement, ils sont cependant devancés par le parti du Centre qui retrouve sa première place.

Bon à savoir

Informations pratiques

Les aurores boréales
Les aurores boréales sont associées à de nombreux mythes et légendes. Toutes les langues évoquent ces "lumières du nord" à l'exception des finlandais qui utilisent le terme finnois "revontulet" qui peut se traduire par "queue de renard rouge" ou "feu du renard". Certains peuples Samis racontent que le renard polaire, en parcourant rapidement les vastes étendues enneigées, envoie de la poussière de neige avec sa queue dans le ciel, ce qui crée les aurores boréales lors de son passage.
Le soleil émet des éruptions responsables d'un vent solaire se propageant jusqu'à nous. La lumière des aurores provient des collisions entre des particules rapides provenant de la magnétosphère et les atomes et ions de l'ionosphère. La rencontre de ces atomes se révèle particulièrement visible dans les hautes latitudes, au delà du cercle polaire. Ces lumières aurorales sont émises à des altitudes comprises entre 80 et 150 kilomètres. Les lieux dépourvus de lumière, dégagés, sont les plus favorables pour l'observation des aurores boréales, qui bien que fréquentes de fin septembre à fin mars, restent aléatoires et ne sont pas garanties, mais la magie est là lorsqu'elles se produisent.

Le sauna finlandais
L'origine du sauna finlandais traditionnel se perd dans la nuit des temps... Son apparition est associée aux rites purificateurs communs à de nombreuses religions antiques. Ses vertus thérapeutiques et esthétiques étaient déjà connues à l'époque de la Grèce Antique, mais ce sont surtout parmi les peuples baltiques, en particulier en Finlande, que cette pratique s'est diffusée et perfectionnée, comme source suprême de bien-être. Le sauna est un bain d'air très chaud et sec que l'on effectue dans un endroit fermé à l'intérieur duquel un appareillage chauffe et déshumidifie l'air. 

Les moustiques
Le moustique est une espèce des pays chauds et humides... Or il peut faire jusqu’à 32 °C sur les lacs et dans les forêts (sans compter les marais). Ne perdez pas votre enthousiasme, mais partez équipé, vos vacances n’en seront que plus réussies. Préférez les crèmes locales, beaucoup plus efficaces que celles vendues en France.

Quels sont les souvenirs intéressants ?
La kuksa, tasse traditionnelle lapone, est fabriquée dans l’excroissance du bouleau (très répandue dans la partie la plus australe de la Laponie). Ce bois d’une rare dureté confère à la kuksa un excellent pouvoir isolant et une grande longévité. Vous en trouverez de différentes tailles et pour tous les budgets ! Particularité de la kuksa : même si vous la gardez toute votre vie, ne la lavez jamais ! Un léger rinçage à l’eau claire suffit.
Le couteau lapon avec un manche en corne de renne est également très représentatif de la culture sami, et demeure encore aujourd’hui d’une réelle utilité pour les poromies (les éleveurs de rennes). Vous pourrez même acquérir la ceinture en cuir riveté sur laquelle s’accroche le couteau.
Côté gastronomie, laissez-vous tenter par quelques tranches de kylmäsavuporopaisti (viande de renne fumée), un peu chère mais très fine (contrairement à la charcuterie finlandaise en général...). En vente dans tous les magasins d’alimentation, à Inari notamment. 

Electricité
Tension électrique : 220 V, 50 Hz. Les prises sont de type français.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?

Prévoir une autonomie suffisante. 

Quelques mots utiles
Le finnois est une langue finno-ougrienne qui se rapproche de l’estonien et du hongrois. De consonance étrange pour les novices, elle est pourtant assez chantante (les Finlandais adorent chanter). Apprendre quelques mots clés en finnois vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges avec les Finlandais rencontrés. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes : Bonjour, comment allez-vous ? : hyvää Ppaivää, mitä kuuluu ? (en Laponie, terve).
Très bien, merci : kiitos, hyvä.
Merci : kiitos.
Au revoir : naakemin.
Oui : jo. Non : ei.
Excusez-moi : anteeksi.
Pas de problèmes ! : ei mitä !
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer, votre voyage n’en sera que plus riche. Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie


Tourisme responsable

Le respect des us et coutumes


Les Finlandais sont pleins de paradoxes ! Entre le nord et le sud, la ville et la campagne, le jour et la nuit... ce sont autant de caractères différents et de réactions difficilement prévisibles. De manière générale, les Finlandais sont plutôt réservés et timides, extrêmement polis et respectueux, selon leurs critères. Par exemple, un Finlandais ne tiendra que rarement la porte devant vous ou ne ramassera jamais un document que vous avez fait tomber. En revanche, il ne pénètrera votre intimité qu’une fois votre relation clairement établie et acceptée par chacun. Les nuits bien arrosées à Helsinki ou dans les bourgades du nord révèlent souvent des Finlandais chanteurs, fêtards et particulièrement attachants.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
 
Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

- La faune
Les prédateurs comme les lynx, les aigles et les gloutons vivent toujours au cœur des immenses forêts orientales du pays, à proximité de la frontière russe. L’ours brun, jadis redouté au point qu’il était tabou de prononcer son nom (karhu), demeure le plus impressionnant. Ayant retrouvé son habitat, depuis la désertification des immenses sapinières de la Carélie russe annexée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n’est désormais plus menacé d’extinction. Les loups en revanche ont quasiment disparu. La haine et la peur ancestrales de l’animal sont tels dans l’est de la Finlande qu’un loup, une fois repéré, est immédiatement traqué. Le phoque vivant dans le lac Saimaa et dont l’espèce est pratiquement éteinte bénéfice, quant à lui, d’une protection légale. Parmi les autres grands mammifères qui peuplent le pays, citons les élans, les cerfs et les rennes semi-domestiqués, très nombreux en Laponie. Le renard polaire est également assez commun, ainsi que le castor, tout comme le hérisson, le rat musqué, la martre, la loutre et le lièvre. En Laponie, les troupeaux de rennes, lors de leurs migrations annuelles, se rassemblent sur les tunturis, ces mystérieuses hauteurs qui se profilent à perte de vue.
- La flore
Particulièrement riche pendant la belle saison, de fin mai à septembre, elle offre ses parterres de fleurs des champs au cœur des forêts de bouleaux. Les baies sauvages et les champignons envahissent les marchés de province dès l’automne. On trouve également quantité de groseilles, de myrtilles, d’airelles et les curieuses lakka, baies polaires au goût particulier ressemblant à des framboises jaunes.
 
Les Finlandais sont très sensibles à leur environnement : ils chérissent et respectent particulièrement cette nature préservée. Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception : 
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. Lire notre conseil de guide "La faune de montagne" https://www.allibert-trekking.com/197-respect-faune-montagne
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc. 
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Dans le cadre d'une démarche responsable, évitez l'achat de bouteilles en plastique. Nous vous conseillons de prévoir une gourde personnelle que vous pourrez remplir.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur : https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers la Finlande : Paris - Helsinki, 25 € ; Paris - Kuusamo, 33 €.