Lituanie

Nouveau pays sur la carte de l’Union européenne, la Lituanie est ancienne par son histoire et ses traditions profondes. En 2009, la Lituanie a fêté le millénaire de la première mention de son nom dans des sources historiques écrites.
Durant des siècles, la Lituanie a subi plusieurs guerres et occupations, mais a su préserver sa langue, sa culture et ses traditions. Un important patrimoine historique et culturel, une nature authentique et l’accueil chaleureux des Lituaniens font de ce pays une contrée très intéressante à découvrir !
La Lituanie est le plus grand des pays baltes par sa superficie. Ensemble de terres fertiles, de champs bien ordonnés, fleurant bon la campagne d’autrefois : semeurs, épouvantails, prairies fleuries, meules de paille, cigognes… Voilà l’occasion rêvée de partir à la découverte de ces contrées méconnues parsemées de nombreux lacs, de forêts épaisses et de quelques parcs nationaux magnifiques.
Voyages en Lituanie

Repères

Population

3, 9 millions d’habitants.

Superficie

65 300 km2.

Capitale

Vilnius.

Villes principales

Kaunas, Klaipeda, Siauliai, Panevezys.

Point culminant

colline Aukštojas (294 m).

Langues

lituanien (off.), russe, polonais.

Religion

catholique.

Décalage horaire

par rapport à la France, une heure de plus toute l’année. UTC/GMT : + 2 h.

Géographie

La géographie
Située au centre géographique de l’Europe, la Lituanie partage des frontières avec la Lettonie au nord, la Biélorussie à l’est et au sud, la Fédération de Russie (région de Kaliningrad) et la Pologne à l’ouest. Elle est bordée à l’ouest par 99 km de côtes donnant accès à la mer Baltique. Les reliefs sont peu accentués : plaines sablonneuses, collines couvertes de forêts de pins, nombreux lacs et cours d’eau. La majeure partie du territoire, située dans le bassin du Niémen, ne dépasse pas 250 m d’altitude. Le pays possède également de vastes étendues de marais, en particulier au nord et à l’est, dont un grand nombre a été drainé.

Climat

Le climat
La Lituanie connaît les influences maritimes sur la côte de la Baltique et un climat continental à l’intérieur des terres.
Vilnius, à l’est, affiche des températures hivernales à faire froid dans le dos (- 6 °C en moyenne en janvier), avec des pointes à - 30 °C. Il y neige fréquemment durant trois ou quatre mois.
Le printemps est court, suivi d’un été baigné de lumière, où le mercure approche les 20 °C (30 °C certains jours dans la capitale). Les Lituaniens revivent. L’ouest du pays est balayé par les vents du sud-ouest qui peuvent apporter la pluie, la presqu’île de Neringa bénéficie d’un microclimat.

Économie

L'économie
L’agriculture et la pêche contribuent à environ 5,3 % du PIB. Les principales productions agricoles sont le blé, le bois, l’orge, les pommes de terre, le vin et la viande. Près de 13 % de la population active travaille dans l’agriculture. Les principaux secteurs industriels sont l’électronique, les produits chimiques, les machines-outils, le traitement des métaux, les matériaux de construction, l’agroalimentaire, l’industrie légère. Le secteur industriel contribue à environ pour un tiers du PIB.
Enfin, les services, dont le tourisme, contribuent à 61,3 % du PIB.

Société

La société
Plusieurs minorités ethniques composent la population : Lituaniens (83,5 %), Polonais (6,7 %), Russes (6,3 %), Biélorusses (1,2 %), Ukrainiens (1 %). La religion prédominante est le catholicisme à 79 %, mais l’orthodoxie (4,07 %), le protestantisme, le judaïsme et l’islam existent aussi, en tant que religions minoritaires. On trouve également à Trakai les derniers karaïtes d’Europe. Le néo-paganisme est renaissant.
Les deux tiers de la population résident dans des villes. Vilnius, la capitale, Kaunas, centre industriel, et Klaipeda, port sur la Baltique, dominent le réseau urbain.

L'histoire du pays

L'histoire
Depuis le Ve siècle, des tribus balto-slaves, vivant séparées par les forêts et les marais, se sont organisées pour lutter contre les incursions scandinaves. Aux IXe et Xe siècles, elles passent, à l'est, à l'offensive contre les princes russes divisés et résistent, à l'ouest, à la poussée germanique qui s'exerce depuis la Baltique. Au XIIIe siècle, le roi Mindaugas fédère les princes lituaniens et résiste au sud-ouest aux chevaliers teutoniques et au nord aux chevaliers Porte-Glaive. Gédymin, grand-duc de 1316 à 1341, instaure une période de grandeur et crée l'Etat lituanien aux structures solides, qui, avec sa capitale Vilnius, devient une des grandes puissances européennes. Les désordres dus à sa succession cessent au XIVe siècle, avec l'arrivée au pouvoir des grands-ducs qui consacrent la force militaire lituanienne en protégeant le pays des croisés teutoniques et des Tatars. En devenant, en 1386, roi de Pologne, le grand-duc Jagellon unit pour quatre siècles les peuples lituanien et polonais. En 1392, Jagellon associe son cousin Vytautas au gouvernement du grand-duché, avant de le lui céder en 1401, sous sa suzeraineté. A partir de 1445, les grands-ducs portent les deux couronnes Pologne et Lituanie. Depuis 1386, les Lituaniens se sont progressivement convertis au catholicisme. Au XVe siècle, le pays s'étend de la Baltique à la mer Noire. Il domine tout le bassin du Dniepr, habité par des populations russes et tatares. A partir du XVIe siècle, le trône devient électif, et la Lituanie partage le sort de la Pologne. La noblesse se polonise rapidement. Les partages du XVIIIe siècle donnent la Lituanie à la Russie. Dépolonisée, la Lituanie connaît un réveil national et linguistique. En 1905, les Lituaniens obtiennent l'enseignement de leur langue.
Conquise en 1915 par les Allemands, la Lituanie proclame la république en 1918. En 1926, malgré le vote d'une constitution démocratique, un régime autoritaire est institué par le coup d'Etat d'Augustinas Voldemaras, chassé du pouvoir en 1929. Envahie par les Soviétiques en 1940, elle devient une république soviétique. Occupée par les Allemands de 1941 à 1944, elle redevient république socialiste. La résistance à la soviétisation est durement réprimée en 1948-1949. L'affirmation de l'identité nationale se cristallise autour de la défense de l'Eglise catholique. En 1988, un mouvement favorable à la perestroïka, Sajudis (en lituanien "mouvement"), voit le jour. Animé par un intellectuel, le musicologue Vytautas Landsbergis, il entame une longue et parfois sanglante confrontation avec l'URSS. V. Landsbergis est élu président du Parlement lors des premières élections législatives libres de 1990. La restauration de l'indépendance est proclamée en 1990 et reconnue en 1991.
La société lituanienne, confrontée à la désorganisation et à la pénurie, tente de se reconstruire. Mais, dans ces temps confus et incertains de l'immédiat postcommunisme, le pouvoir s'use vite. Ce sont les travaillistes (ex-communistes, parti démocratique du Travail) qui remportent les élections législatives de 1992. Leur leader, Algirdas Brazauskas, est élu à la présidence de la République en1993. Les travaillistes sont des pragmatistes, et leur arrivée au pouvoir ne marque pas de rupture par rapport à la période précédente.
La Lituanie s'efforce de nouer des liens amicaux avec la Pologne et de normaliser les relations frontalières avec la Biélorussie et la Russie. Ce souci d'insertion régionale n'empêche pas Vilnius d'opérer un rapprochement marqué avec l'Occident, ni de consolider la coopération baltique. Le niveau de vie évolue favorablement et l'opinion publique retrouve de l'optimisme, la perspective de l'adhésion à l'Union européenne modifie rapidement les mentalités. Elu  en 1998 à la tête de l'Etat, le conservateur Valdas Adamkus lutte contre la mafia et les fraudes. Cependant, malgré la confiance retrouvée, cette évolution est contrariée par la grave crise qui frappe en 1998 la Russie, premier fournisseur économique du pays. Déplorant une dégradation de leurs conditions de vie, les Lituaniens aspirent désormais au changement et choisissent, lors des élections législatives de 2000, de soutenir la coalition de centre gauche.
En 2001, après l'éclatement de la coalition au pouvoir, la formation d'un nouveau gouvernement par A. Brazauskas puis la destitution du président de la République R. Paksas en raison de ses liens supposés avec la mafia russe, l'élection présidentielle anticipée et les premières élections européennes ont lieu en 2004 et sont suivies des élections législatives. Candidat indépendant, l'ex-président V. Adamkus est élu à la tête de l'Etat, mais c'est un parti à tendance populiste, le parti du Travail, qui arrive en tête du scrutin européen, ainsi que des élections législatives. S'installe un gouvernement de centre gauche. La Lituanie adhère à l'OTAN, puis à l'UE, en 2004. En 2007, elle intègre l'espace Schengen. Le pays doit concilier cet engagement euro-atlantique et la politique de bon voisinage avec la Russie qui joue un rôle commercial essentiel. Mais les relations russo-lituaniennes ne sont pas exemptes de méfiance et de tensions. Les élections législatives de 2008 se soldent par le retour au pouvoir des conservateurs. Après la signature d'un programme commun pour lutter contre la crise économique et financière, A. Kubilius forme un gouvernement de coalition de centre droit. En 2009, Dalia Grybauskait, candidate indépendante – soutenue par les conservateurs –, est élue présidente de la République. Après les élections législatives de 2012, organisées après une sévère politique d'austérité marquée par une importante réduction du déficit budgétaire, les sociaux-démocrates doivent composer avec les deux formations populistes de gauche et de droite, le parti du Travail et Ordre et Justice. Malgré l'opposition de la présidente à une participation du parti du Travail, A. Butkeviius forme un gouvernement de coalition avec ces nouveaux alliés.
En 2014, alors que la crise russo-ukrainienne inquiète fortement les Lituaniens, D. Grybauskait, affichant depuis peu une grande fermeté à l'égard de la Russie, est réélue à la présidence de la République. Ayant poursuivi dans la voie de la discipline budgétaire et connu un redressement économique remarquable après la forte récession de 2009, la Lituanie entre dans la zone euro le 1er janvier 2015. Malgré une tendance à la baisse, le chômage et la pauvreté se maintiennent cependant à des niveaux élevés.

Bon à savoir

Informations pratiques

Les langues des pays baltes
Chaque pays a sa langue officielle. Le lituanien et le letton sont des langues présentant quelques ressemblances, ce qui permet aux habitants de ces deux Etats de se comprendre. Ce sont des langues de la famille indo-européenne, à déclinaisons, et les mots comme les noms peuvent prendre diverses terminaisons selon leur place dans la phrase. Dans ses formes grammaticales, le lituanien serait aussi ancien que le sanskrit.
En revanche, l’estonien est une langue finno-ougrienne, n’ayant par conséquent rien à voir avec les deux précédentes, ni d’ailleurs avec beaucoup d’autres langues européennes, à l’exception du finnois.
Jusqu’en 1991, le russe était obligatoire à l’école. C’est donc tout naturellement qu’il est devenu la langue de communication principale entre les Baltes des différents pays.
L’anglais est de plus en plus pratiqué, en particulier par les plus jeunes.
 
La cuisine
Paysanne, parfois rustique mais généralement savoureuse (et fort chargée en calories...), la cuisine traditionnelle s’inspire largement du savoir-faire polonais, sans négliger quelques apports russes. 

La bière
En Lituanie, tout tourne autour de la bière, blonde (šviesus alus) ou parfois brune (tamsus alus). Le rendez-vous galant, la fête avec les copains, le match de basket à la télé... chaque Lituanien en boit 78 litres par an ! Et un peu plus encore au moment du Festival international de la bière.

Electricité
Tension électrique : 220 V, 50 Hz. Les prises sont de type français.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?

Pour les appareils numériques, prévoyez une autonomie suffisante, car il n’est pas toujours possible de recharger les batteries.
 
Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges avec les Lituaniens rencontrés. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : laba diena.
Bonsoir : labas vakaras.
Mon prénom est… : mano vardas yra…
S’il vous plaît : prasom.
Merci : dekoju.
A tout à l’heure : iki / iki greito.
Au revoir : sudie.
Bonne nuit : labanakt.
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer... Votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Sites Internet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lituanie.
http://www.routard.com/guide/lituanie.
http://www.petitfute.com/voyage/215-nature-lituanie.
 
Bibliographie
Guides

Pays Baltes, Le Petit Futé.
Pays Baltes, Bibliothèque du voyageur Gallimard,
Estonia, Latvia and Lithuania, Lonely Planet (en anglais).

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Une histoire de passion
Depuis 1992, Patrick, ancien globe-trotter, s’est associé à Skaidra, historienne et guide francophone, afin de tisser dans les trois pays baltes un large réseau de professionnels. Dans un souci permanent de préservation du patrimoine, ils œuvrent pour le développement d’un tourisme équitable et durable, associant le plus souvent possible les populations locales à leurs activités. Les membres de cette équipe discrète, efficace et professionnelle ont à cœur de vous faire découvrir les traditions et caractéristiques de ces trois pays injustement méconnus que sont l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Le respect des us et coutumes

Le respect des us et coutumes
La Lituanie affiche une bonne cohésion démographique : 83 % de sa population sont de culture et de langue lituanienne, et cette proportion ne cesse d’augmenter depuis le retour à l’indépendance. Cette spécificité est due en grande partie au développement moindre de l’industrie à l’époque soviétique, ce qui évita un afflux massif de travailleurs de l’Union.
L’imaginaire a toujours occupé une place prépondérante dans l’esprit des Lituaniens. C’est ainsi que contes et légendes ont traversé les générations et restent ancrés dans le cœur des plus jeunes.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
 
Ces précautions favorisent les échanges.

La préservation de l'environnement

La préservation de l’environnement
Favorisées non seulement par l’abandon administratif de l’U.R.S.S. de vastes régions agricoles, mais ayant bénéficié aussi depuis la dernière décennie d’hivers moins rigoureux, de nombreuses espèces végétales et animales ont pu se développer sauvagement, à leur guise : élans, sangliers, renards, lynx, visons, mais aussi une grande colonie de loups, et même de bisons (pašiliai, dans le parc régional de Krekenava). On trouve des castors et des loutres dans les lacs et les rivières. La région représente également une magnifique réserve ornithologique : canards, grues, échassiers, sternes, cygnes, corneilles, et accueille l’une des plus grandes colonies de cigognes d’Europe.
 
Les amoureux de nature et de randonnées seront comblés dans ce pays dont 25 % du territoire sont recouverts de magnifiques forêts de conifères (pins, sapins) et de bouleaux principalement.
La très faible pollution des eaux et la présence d’une chaîne écologique complète jusqu’aux grands prédateurs favorisent la présence de nombreuses espèces européennes de poissons, crustacés et mollusques d’eau douce devenues bien rares en Europe de l’Ouest ou du Sud.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception:
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. Lire notre conseil de guide "La faune de montagne" > ( https://www.allibert-trekking.com/197-respect-faune-montagne
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc. 
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Dans le cadre d'une démarche responsable, évitez l'achat de bouteilles en plastique. Nous vous conseillons de prévoir une gourde personnelle que vous pourrez remplir.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre, pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers la Lituanie : Paris - Vilnius, 23 €.