Cinque Terre… et plus encore

Sentiers des Arts propose dans les Cinque Terre un voyage qui concentre tous les ingrédients de la formule : un splendide sentier côtier, une région historiquement riche, des vins presque divins. L’équipe est allée vérifier sur place et a pu goûter à un certain art… de vivre.
Cinque terre

Des guides au cœur du voyage

La gamme Sentiers des Arts, dédiée à la randonnée culturelle (ou le voyage culturel à pied), semble avoir trouvé dans les Cinque Terre une région de prédilection. “Le choix de cette destination n’est pas le fruit du hasard, explique Mégane, responsable de la gamme. On le doit à Ivan Aurenty, un guide qui accompagne de nombreux voyages. Quelques-uns de nos conférenciers connaissent bien les clients et leurs attentes désormais, et sont directement impliqués dans le choix des itinéraires. Les guides, chez nous, sont donc plus que jamais au cœur de la réussite des voyages… Et nous ne leur demandons pas moins qu’un savoir encyclopédique, le goût de la marche et la capacité à gérer la logistique et les éventuels aléas, naturellement…

Entre cultures et criques

Sur cette gamme, à quelques exceptions près, nous veillons à ce que les randonnées soient à la fois agréables et relativement faciles. Et dans les Cinque Terre, le chemin côtier qui relie les villages semble avoir été conçu pour nous ! En serpentant à flanc de colline, il traverse les cultures, surplombe les criques et les villages lovés en contrebas, et il est ponctué de rencontres savoureuses : ici, c’est un musicien qui déplie son accordéon assis sur une restanque, là, c’est un vendeur de jus d’orange qui nous interpelle...” En fonction des saisons, on peut aussi assister aux impressionnantes récoltes des olives ou du raisin. Alexis, qui participait à ce voyage, s’anime : “Dans les pentes les plus raides, elles se font grâce aux treninis, les petits trains à crémaillère. On dirait des montagnes russes, à ce détail près qu’on n’est pas dans un parc d’attraction, mais dans un parc national !” En l’occurrence, le plus petit du pays.

Terre d’histoire

Les cinq villages (auxquels on accède en train, en bateau ou à pied) sont évidemment au centre de ce voyage : “Tous ont conservé un charme un peu suranné. J’ai été saisie, entre autres, par l’arrivée à Monterosso : à la sortie de la gare, en passant sous une arche, on se retrouve tout à coup propulsé dans un lieu où le temps semble s’être arrêté…
Mais pour donner à cet itinéraire une dimension historique plus large et plus riche, il inclut également la découverte de Lucques, Gênes et Pise. “La visite de ces trois villes permet de resituer l’influence de toute la région, au fil des siècles, sur le bassin méditerranéen. A Pise, nous avons vérifié que la tour n’était pas tombée… mais nous avons aussi visité de nombreux autres monuments, dont le baptistère, où nous nous sommes attardés. L’acoustique y est incroyable, les notes tiennent à ce point qu’on peut faire “flotter des mélodies” sous la coupole ! A Lucques, nous avons flâné sur la piazza Anfiteatro. Les maisons qui l’entourent ont été érigées sur les gradins d’un amphithéâtre romain, pour former aujourd’hui une enceinte à la fois intimiste et animée.

Dégustations patrimoniales

Mais la culture ne s’arrête pas aux portes des baptistères, et Sentiers des Arts ne l’a pas oublié ! En Italie plus qu’ailleurs sans doute, la gastronomie et l’œnologie ont toute leur place. Et sur un territoire où les vins sont protégés par des appellations, les vignerons ont droit de cité. “Nous avons pu goûter les vins du domaine Cheo, appartenant à un producteur passionné et volubile : un personnage !
Quant aux repas, si les pique-niques eux-mêmes valent le détour (et qu’Alexis raconte avoir dégusté “le meilleur bistecca alla fiorentina de toute sa vie !”), l’un des dîners les plus appréciés restera celui de l’Osteria Tumelin à Levanto. “Outre la profusion de plats, la propriétaire y accueille ses hôtes avec la chaleur d’une mama italienne, mais devient aussi une maîtresse des lieux élégante et précise lorsqu’il s’agit du service du poisson, véritable cérémonial : on ne plaisante pas avec un lever de filet !” Ou très peu…

 NB : Ce texte a été réalisé suite à un voyage de formation des conseillers en voyage.