Bhoutan

Le Bhoutan, dernier royaume himalayen… Son nom en dzongkha, Druk Yul, signifie terre du dragon, symbole repris sur le drapeau national. Très montagneux, il se situe sur le flanc méridional de l’Himalaya, au sud-est de ce massif.
Depuis de nombreuses années, Allibert explore le Bhoutan, pays le plus secret de tout l’Himalaya, longtemps fermé aux étrangers. Aujourd’hui, un petit nombre de voyageurs découvrent chaque année ce pays hors du temps.

Trek au Bhoutan

Repères

Population

691 000 habitants.

Superficie

47 000 km2.

Capitale

Thimphu.

Villes principales

Punakha, Phuentsholing, Paro.

Point culminant

Kula Kangri (7 554 m).

Langue officielle

le dzongkha, dialecte tibétain.

Religions

bouddhisme lamaïque de l’école Drukpa (75 %), hindouisme (25 %).

Décalage horaire

par rapport à la France, quatre heures de plus d’avril à octobre, cinq heures de plus de novembre à mars. UTC/GMT : +6.

Géographie

Le Bhoutan est enclavé entre l’Inde et la Chine. L’Himalaya domine le paysage du nord du pays et nombreux sont les sommets qui dépassent les 7 000 mètres d’altitude. Le Kula Kangri est considéré comme le point culminant du Bhoutan, mais la Chine le revendique comme se trouvant entièrement au Tibet.
Le pays peut être divisé en trois zones :
- La plaine des Duars (plaines du Gange et du Brahmapoutre), au sud du pays, est une étroite bande de terre d’une quinzaine de kilomètres de largeur et d’une altitude d’environ 300 mètres. C’est une zone chaude et humide recouverte de forêts tropicales, de savanes et de rizières.
- Au nord de cette plaine, s’élève le Moyen Himalaya. Ces montagnes sont recouvertes de forêts denses et abritent des vallées fertiles.
- Plus au nord encore, s’élève le Grand Himalaya avec ses sommets recouverts de neige, ses pâturages alpins où broutent les yacks durant les mois d’été.
La forêt couvre 70 % du territoire national.

Climat

Le Bhoutan bénéficie d’un climat contrasté. Il varie avec l’altitude, tropical au sud, continental de montagne en Himalaya, caractérisé par de fortes variations de température entre le jour et la nuit, d’une part, et entre l’hiver et l’été, d’autre part. L’été est la saison de la mousson, avec de fortes averses et un temps généralement couvert. Mars, avril, et plus particulièrement octobre et novembre, sont des mois ensoleillés, avec parfois quelques journées pluvieuses. Les mois d’hiver janvier, février et décembre, sont très ensoleillés.

Économie

C’est l’une des moins développées du monde ; elle est basée sur l’agriculture, l’exploitation forestière et la vente à l’Inde d’électricité d’origine hydrodynamique. L’agriculture est en grande partie vivrière et pratique l’élevage. Les montagnes rendent la construction de routes et de toute autre infrastructure difficile et chère. L’économie est étroitement alignée avec celle de l’Inde par de forts liens commerciaux. Le secteur, très délaissé, de la technologie industrielle n’est pas une priorité et la plupart des productions proviennent d’ateliers familiaux.
La plupart des projets de développement, comme la construction de routes, sont tributaires de la main-d’œuvre saisonnière indienne. Le potentiel de production hydroélectrique et son activité touristique sont les ressources principales en capitaux du pays. Le pays ne s’est ouvert au tourisme qu’en 1974. Cette ouverture reste très mesurée et exclut le tourisme de masse par le prix élevé des séjours organisés, culturels et de randonnée.  

Société

Selon le World Factbook édité par la CIA, la population serait de 742 000 habitants. Le royaume recense pour sa part 810 000 sujets. En réalité, près de 2 millions de personnes vivent au Bhoutan, mais le gouvernement bhoutanais ne reconnaît pas la citoyenneté des quelque 40 % de la population d’origine népalaise vivant sur le territoire.
La religion principale est le bouddhisme vajrayna, le bouddhisme tibétain dans sa forme tantrique, appelée aussi lamaïsme, pratiqué par 75 % de la population ; de nombreux Bhoutanais vénèrent le 14e dalaï-lama. Le Bhoutan est le seul royaume au monde où le bouddhisme tantrique soit religion d’Etat. Le reste de la population a pour religion l’hindouisme indien (et à influence népalaise).
Le petit royaume du “Dragon Tonnerre” est matriarcal : mariage matrilocal et polyandre, divorce aisé, primauté de l’oncle maternel sur le père dans la prise en charge des enfants, matrilinéarité, la propriété collective familiale est gérée et transmise exclusivement par les femmes qui possèdent ainsi la plupart des terres.

L'histoire du pays

Le Bhoutan semble avoir été habité depuis 2000 avant J.-C., peuplé par l’ethnie Monpa, bergers nomades pratiquant la religion animiste bön. Le boudhisme y prend racine au VIIIe siècle avec Guru Rinpoché (Padmashambava), invité par le roi du Bhumtang. Padmashambava, maître bouddhiste du VIIIe siècle, né dans la vallée de Swat au Pakistan, est le fondateur du vajrayana (ou bouddhisme tantrique) himalayen et le personnage le plus vénéré du Bhoutan. 
Au XIe siècle, le territoire est occupé par des forces militaires tibéto-mongoles. Jusqu’au début du XVIIe siècle, il est une mosaïque de petits fiefs guerriers que va unifier le lama tibétain Ngawang Namgya en créant un réseau de forteresses (dzong). Aux XVIIIe et XIXe siècles, les Bhoutanais sont à plusieurs reprises en guerre avec les Britanniques pour la possession de zones frontalières. Une guerre civile entre deux gouverneurs (penlop) débouche sur la victoire d’Ugyen Wangchuck, qui, soutenu par les Britanniques, instaure en 1907 la dynastie royale des Wangchuk. En 1910, le pays est placé sous protectorat britannique (les Britanniques s’occupant des relations internationales, mais s’abstenant de s’immiscer dans les affaires intérieures), puis en 1947 sous protectorat indien.
En 1953, la monarchie absolue est bridée par la création d’une assemblée nationale. Le premier conseil des ministres est formé en 1968. En 1971, le pays est reconnu comme Etat souverain et devient membre de l’ONU.
Le couronnement du quatrième roi, Jigme Singye Wangchuck, en 1974, est l’occasion pour le royaume de s’ouvrir davantage sur le monde. Son règne voit l’imposition de la culture bhoutanaise à l’ensemble du pays. En 1985, une loi prive de leur citoyenneté les Lhotshampas, population d’origine népalaise vivant dans les plaines du Sud. Leur langue est interdite, ils doivent porter la tenue vestimentaire drokpa. Quelque 100 000 d’entre eux fuient la répression et se réfugient au Népal et en Inde. Les réfugiés tibétains, pour leur part, sont sommés de prendre la nationalité bhoutanaise en 1979. En 2006, Jigme Singye Wangchuck abdique en faveur de son fils aîné, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck ; en 2008, les Bhoutanais élisent les 47 membres de l’Assemblée nationale.

Bon à savoir

Informations pratiques

Le Bhoutan, un pays à l’accès très limité
Pour limiter la fréquentation de son petit pays au système social très particulier, le gouvernement bhoutanais applique des tarifs journaliers très élevés, restreignant ainsi le nombre de touristes.
 
Le bonheur national brut
L’une des particularités du Bhoutan est sa poursuite du bonheur à travers l’amélioration de son bonheur national brut (BNB). Quand la majorité des gouvernements se basent sur la valeur du produit national brut (PNB) pour mesurer le niveau de richesse de leurs citoyens, le Bhoutan recours au BNB pour mesurer le niveau de bonheur de ses habitants. Cet indice est fondé sur quatre dimensions, piliers du développement durable :
— la croissance et le développement économique responsables ;
— la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise ;
— la sauvegarde de l’environnement ;
— la bonne gouvernance responsable.

Quels souvenirs rapporter du Bhoutan ?

L’acquisition d’objets religieux authentiques et/ou d’objets d’arts antiques est strictement réglementée. Mais vous trouverez dans toutes les boutiques de très belles reproductions à des prix raisonnables : thangkas (peintures religieuses), statues de Bouddha et tapis tibétains méritent votre intérêt.

Electricité
Tension électrique : 230 V, 50 Hz. Prévoir un adaptateur pour les prises électriques.

Que doivent prévoir les amateurs de photo ?
Pour les appareils numériques, prévoyez une autonomie suffisante, car il n’est pas toujours possible de recharger les batteries.
 
Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs et de rendre plus agréables vos échanges avec les populations. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : kouzou zangpo, littéralement “vous vous portez bien”.
Merci : karinche.
La : sert à marquer le respect, exemple, karinche la.
Comment allez-vous ? : ga de bay ye ?
Vous pouvez demander à votre guide de vous apprendre quelques mots usuels, votre voyage n’en sera que plus riche. Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie


Guides
Bhoutan, Françoise Pommaret et Lionel Fournier, éditions Olizane, 2010.
Bhutan (en anglais), Bradley Mayhew, éditions Lonely Planet, 2011.
Plantes du Bhoutan, guide de poche de Françoise Brenckmann, Voyages et Bota, 2010.

Récits
Le Bhoutan, Jérôme Monod, éditions Archipel, 2011.
Bhoutan, royaume d’Asie inconnu, Michel Peissel, éditions Arthaud, 1971.
Bhoutan : voyage au pays de Bouddha, Michaël Pitiot, Presses de la Renaissance, 2005.
Bhoutan : le dragon sur le toit, Michel Praneuf , éditions L’Harmattan, 1990.
Bhoutan, dernier royaume bouddhiste, Thierry Mathou, éditions Kailash, 1998.
Et si vous m’expliquiez le bouddhisme ? Les principes fondamentaux du bouddhisme tibétain, Ringou Tulkou Rimpoché, Corinne Segers et Inès Wouters, J’ai Lu, éditions Flammarion, 2004.
 
Littérature
Le Tigre et le Lama, Erik Allgöwer, éditions Picquier Poches, 1998.
Le Cercle du karma, Kunzang Choden et Sophie Bastide-Foltz, éditions Actes Sud, 2007.

Ouvrages illustrés
Bhoutan, terre de sérénité, Matthieu Ricard, éditions La Martinière, 2008.
Cher Bhoutan, Eric Gauthey, éditions Reflets d’ailleurs, 2012.
Bhoutan: le royaume du dragon, Frédéric Stevens et Isaure de Saint-Pierre, Pippa Editions, 2009.
Bouthan, le temps d’un royaume, Olivier Föllmi, éditions La Martinière, 1998.
 
Carte
Bhoutan, 1/380 000e, International Travel Map, 2001.

Tourisme responsable

Une histoire de passion



Le respect des us et coutumes

Depuis les terres basses de la frontière indienne jusqu’aux hautes terres qui caressent le haut Himalaya, le peuple bhoutanais pratique la religion au quotidien. Le royaume est chaleureux et accueillant, les traditions séculaires.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Dans les villages, préférez une tenue ample couvrant les épaules.
— Au contact des populations de tradition bouddhiste, respectez les usages :
- contournez les stupas dans le sens des aiguilles d'une montre ;
- le feu est sacré, évitez d'y jeter les déchets ;
- lorsque vous vous asseyez, évitez d'étendre vos jambes et de diriger vos pieds vers quelqu'un (entraînez-vous à vous asseoir en tailleur !) ;
- il est d'usage de faire une offrande de quelques roupies dans les sanctuaires et temples visités.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.
— Ne distribuez jamais ni argent, ni sucreries, ni stylos, spécialement aux enfants, afin de ne pas les inciter à la mendicité. Préférez les dons à des associations, écoles, dispensaires ou autres organisations reconnues.

Ces précautions favorisent les échanges.

Les conseils de Tshering Lhamo et Lhatu Tshering, nos partenaires au Bhoutan

— Pour pénétrer dans une demeure, attendez d’y être invité.
— Eviter certains contacts corporels (caresser la tête d’un enfant, serrer la main d’une femme).

La préservation de l'environnement

L’isolement séculaire, une faible population et un relief peu accueillant ont fait du Bhoutan l’un des écosystèmes les plus préservés du monde. Le pays est parmi les dix premiers par la densité des espèces. On dénombre 5 500 espèces végétales, dont environ 300 plantes médicinales, plus de 770 espèces d’oiseaux et 165 espèces de mammifères, dont plusieurs espèces menacées comme le panda rouge, le léopard des neiges et le langur doré.
 
Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. Lire notre conseil de guide "La faune de montagne" https://www.allibert-trekking.com/197-respect-faune-montagne
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Portez une attention particulière à la gestion de vos déchets dans les campements, afin de ne pas dégrader l'environnement :
- respectez le tri proposé par l'équipe d'accompagnement ;
- brûlez le papier toilette utilisé dans son intégralité.
— L'eau nécessite un traitement, nous vous conseillons de la traiter avec des pastilles ou d'utiliser un filtre.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable.

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers le Bhoutan : Paris - Timphu, 78 €.