Vanuatu

Une nature exceptionnelle : volcans actifs, fonds marins protégés, récifs coralliens, plages de rêve aux eaux limpides, forêts luxuriantes, cascades perdues dans la jungle, ...le tout sous un climat tropical. Des cultures tribales riches : un isolement du reste du monde et un isolement entre les îles a permis à chaque population des 83 îles de développer jusqu'à 120 langues différentes. Un accueil chaleureux et convivial, un contact facilité par la pratique de la langue française. C'est le Vanuatu !

Voyages et trekkings au Vanuatu

Repères

Superficie

12 820 km2.

Capitale

Port-Vila.

Population

253 000 habitants.

Eaux territoriales

450 000 km2.

Langues officielles

bichlamar, français, anglais.

Religion

christianisme, éclaté en nombreuses Eglises.

Décalage horaire

par rapport à la France, + 12 h de novembre à mars, + 11 h d’avril à octobre.
UTC/GMT : + 11 h.

Géographie

Dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, en Mélanésie, cet archipel montagneux en forme de Y, composé d'environ 80 îles volcaniques entourées de plaines côtières et d’îlots coralliens, s’étend du nord au sud sur près de 900 kilomètres et possède 2 500 kilomètres de côtes. Le Vanuatu est situé à 1 500 kilomètres à l’est de l’Australie et à moins de 500 kilomètres de la Nouvelles-Calédonie. Les îles Salomon sont le premier voisin du nord. A l’ouest, le Vanuatu entretient de bons rapports avec son voisin des îles Fiji. Le point culminant est le mont Tabewemassana (1879 m), sur Espíritu Santo, l’île principale (4860 km²). Plusieurs volcans de cet archipel situé à l’extrémité de la ceinture de feu du Pacifique, zone volcanique parmi les plus actives de la planète, au point de rencontre de deux plaques tectoniques, sont encore actifs, notamment sur les îles Tanna, Ambrym, Aoba et Gaua.

Climat

Le climat est de type tropical avec deux saisons. La saison des pluies va de novembre à avril. Durant cette période, il fait chaud (30 °C) et humide (21 jours de pluie en mars), avec des risques de cyclone. La saison sèche va de mai à octobre avec de belles journées ensoleillées. Les températures sont plus clémentes (27 °C) et les précipitations moins importantes (13 jours de pluie en août).
La température de la mer varie de 22 à 28 °C, la baignade est donc possible tout au long de l’année quelle que soit la saison.

Économie

L’économie repose sur l’agriculture et les exportations agroalimentaires. Au cours des dernières années, des lois fiscales avantageuses ont fait de l’archipel un paradis fiscal. Le tourisme, en plein essor, et les capitaux étrangers représentent aujourd’hui les deux tiers du PIB.
Mais près de 82 % des Ni-Vanuatus sont ruraux et vivent d’une agriculture (manioc, taros, ignames, bananes) et d’une pêche de subsistance à l’échelle de petits villages. Le pays exporte du coprah, du poisson surgelé et de la viande bovine, également du manganèse et du cacao. Les dépôts de minerai sont négligeables ; le pays n’a aucun gisement connu de pétrole. L’industrie est peu développée.

Société

La population  est d'origine mélanésienne ; les six îles les plus importantes, Espíritu Santo, Éfaté, Malekula, Tanna, Pentecôte et Maéwo, regroupent plus de 80 % des habitants Ni-Vanuatus. Les deux villes, Port-Vila la capitale sur l'île Vaté, et Santo sur Espiritu Santo concentrent 10 % de la population totale. Le littoral est plus peuplé que l'intérieur. Les Mélanésiens constituent 97,7 % de la population. On compte 1,1 % d'Européens, des Polynésiens venus d'autres archipels et des Asiatiques.

L'histoire du pays

Une population d’origine mélanésienne et polynésienne habite l’archipel lorsque débarquent les Portugais, en 1606, les Français, en 1768, et enfin les Anglais, en 1774 ; ces derniers lui attribue le nom qu’il portera jusqu’en 1980 : Nouvelles-Hébrides. La rivalité entre la France et la Grande-Bretagne aboutit à la création, en 1887, d’une commission navale franco-britannique, puis à l’établissement, en 1906, d’un condominium donnant aux deux pays une autorité conjointe sur les indigènes et à chacun sur ses ressortissants. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Nouvelles-Hébrides sont une importante base pour les Alliés.
L’indépendance est proclamée le 30 juillet 1980, dans un climat de confusion générale et de violence, générées par les rivalités entre groupes francophone et anglophone, de force égale, et par l’élection, en novembre 1979, d’une majorité anglophone conduite par le pasteur anglican Walter Lini et, enfin, par des troubles sécessionnistes sur l’île d’Espiritu Santo. Le nouvel Etat est le seul Etat bilingue de la région. A la tête du Vanua’aku Pati (parti de Notre Terre, en bichlamar), le pasteur Lini élabore la doctrine du socialisme mélanésien. Depuis, francophones et anglophones se succèdent à la tête du pays.
Le retrait planifié britannique et français a permis  l’instauration d’une démocratie, de type république parlementaire : un Président élu pour cinq ans qui préside ; un Premier ministre qui gouverne réellement, à la tête de son gouvernement. 54 députés sont élus tous les quatre ans, par les citoyens de plus de 18 ans. Les pouvoirs judiciaires sont plutôt bien séparés, même si, comme pour le pouvoir politique, un troisième pouvoir cohabite avec le législatif et le judiciaire : le pouvoir coutumier.

Bon à savoir

Informations pratiques

La gastronomie
La nourriture se compose essentiellement de poisson, de poulet et de porc accompagné de riz, de taro ou d'igname.
Le poisson se sert également cru, mariné dans du lait de coco et assaisonné de condiments. Les fruits tropicaux (ananas, mangue, papaye...) se trouvent en abondance.

Le Kava
Boisson traditionnelle ! partager un "shell" de kava est un signe d'amitié, il est donc de bon ton d'accepter, au moins le premier ! Pour fabriquer du kava dans sa forme la plus traditionnelle, il faut râper sa racine, la mâcher, puis la recracher sur une feuille de bananier et la laisser sécher au soleil. Une fois sèche, la pâte obtenue est filtrée avec un peu d'eau, puis servie dans une "shell", c'est à dire une demi noix de coco. Avant le kava était réservé aux hommes, mais aujourd'hui de nombreux villages laissent les femmes en boire ; dans les villes, on trouve des bars à kava ouvert pour tous, la racine de kava est broyée dans un hachoir à viande avant d'être séchée et filtrée.

Les dessins sur le sable
Ces compositions harmonieuses et géométriques de dessins sur le sable exécutées par des spécialistes initiés servent d’écriture : c'est un moyen de communication entre les membres de près de 80 groupes linguistiques différents et un moyen mnémotechnique pour transmettre des rituels, des connaissances mythologiques, des informations orales sur l'histoire locale, les techniques agricoles, l'artisanat ou encore la chorégraphie. Ces dessins de Vanuatu font partie intégrante du patrimoine immatériel de l'Unesco.

La machette
L'outil le plus emblématique est sans hésiter la machette ! Tout le monde en possède une et dès l'âge de 3 ans, les enfants apprennent à s'en servir. Elle permet d'avancer dans l'épaisse forêt tropicale, mais aussi de couper toutes sortes de choses.

Les prix
Les prix sont fixes et le marchandage ne se pratique pas. Cependant, le coût de l'artisanat augmente de façon substantielle dès qu'un navire de croisière accoste. Tenez-vous donc informés, des jours d'escale des paquebots !

Electricité
Tension électrique : 220 V, 50 Hz. Prévoyez un adaptateur pour les prises électriques.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Les villages et les lieux les plus reculés que nous traversons ne possèdent pas tous l’électricité. Prévoir suffisamment d’autonomie pour vos batteries.

Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots clés en bichlamar vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs, de faciliter et de rendre plus agréables vos échanges avec les populations rencontrées. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour : halo
Bonsoir : gudnaet
S'il te plait : plis
Merci beaucoup : tangyu tumas
Au revoir : tata, allez
Vous pouvez demander à votre guide comment les prononcer… Votre voyage n’en sera que plus riche ! Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !

Bibliographie

Sites Internet
fr.wikipedia.org/wiki/Vanuatu

Tourisme responsable

Le respect des us et coutumes

Habitant des maisons de bambous et de feuilles de pandanus, les Ni-Vans sont très croyants (catholique ou protestant), mais ils ont aussi des sorciers et ont peur de la magie noire. Si le pays est pauvre, si beaucoup n'ont pas de travail, ils ne manquent de rien pour vivre car ici poussent tous les fruits et légumes possibles, et ce sont de grands pêcheurs. Aussi les gens sont toujours heureux ! avec leur rythme de vie très tranquille, ils ne connaissent pas le stress, ni la ponctualité d'ailleurs...
Heureux de partager leur culture avec les touristes, les Ni-Vans sont très curieux et adorent parler, ils n'hésitent pas à vous aborder dans la rue pour savoir qui vous êtes, d'où vous venez et si le Vanuatu nous plaît !

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Dans les villages, préférez une tenue ample couvrant les épaules.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.
— Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux, en particulier aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l'école ou leur activité habituelle. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d'une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

Ces précautions favorisent les échanges.

Les conseils de Claire, responsable pour le Vanuatu
— Soyez vigilants, contrôlez les horaires, les Ni-vans n'étant pas ponctuels, les magasins peuvent ouvrir ou fermer avant l'heure indiquée, votre avion peut décoller en avance, etc.
— Pays de morale chrétienne, voire puritaine, portez une tenue décente en ville : de nombreux établissements refusent de servir les hommes sans chemise ou sans chaussures.

La préservation de l'environnement

Le Vanuatu bénéficie de fonds marins riches et variés. Les océans abritent 300 variétés de coraux, 450 espèces de poissons et le dugong, ce mammifère marin long de 3 mètres. Sur terre, vit le renard blanc endémique. Les oiseaux sont très nombreux (plus de 120 espèces). Le Vanuatu est réputé pour ses papillons endémiques.
La forêt tropicale recouvre 75% du territoire. Sur le bord de mer, on trouve, parmi les espèces les plus connues : les palétuviers, les cocotiers, les filaos, les pandanus,... A l’intérieur des îles, la végétation devient plus dense et luxuriante et, là, apparaissent, melektrees, kauris, banians, fougères arborescentes, orchidées sauvages, lianes... C’est la forêt vierge ou primaire, une forêt ancienne et intacte qui abrite un grand nombre de plantes et d’animaux ayant développé leurs propres espèces. L’homme a défriché progressivement la forêt pour son habitat,  ses cultures et  l’exploitation du bois. En de nombreux endroits, la végétation a repoussé, formant alors une forêt secondaire, la brousse. Manguiers, papayers, bananiers, orangers, citronniers... poussent en très grand nombre. Un peu partout, vous pourrez admirer les hibiscus et les bougainvillées aux couleurs variées, les frangipaniers, quelques flamboyants, une multitude d'orchidées...

Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— Portez une attention particulière à la gestion de vos déchets dans les campements, afin de ne pas dégrader l'environnement :
- respectez le tri proposé par l'équipe d'accompagnement ;
- brûlez le papier toilette utilisé dans son intégralité.
— L'eau nécessite un traitement, nous vous conseillons de la traiter avec des pastilles ou un filtre.
— Certaines régions que vous allez traverser abritent de nombreuses parcelles cultivées. Afin de préserver le travail des populations locales, ne quittez pas les sentiers et abstenez-vous de cueillir fleurs rares, fruits, etc.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre pour éviter une surconsommation énergétique.
— Lorsque vous logez chez l'habitant, économisez l'énergie.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable

Des voyages 100% carbone neutre

Engagée dès 2006 dans la compensation carbone des vols de ses salariés, Allibert Trekking compense depuis le 1er janvier 2018 l’intégralité des émissions de CO2 générées par le transport aérien de ses voyageurs. Une démarche permettant de financer des actions de lutte contre la déforestation et de restauration de la mangrove. En savoir plus...