Bannière Guides par passion

Le camp de base avancé

Depuis notre dernier mail de Zangmu, nous sommes entrés dans la phase active de l’expédition.
camp de base everest

 Lundi 20 avril 2009 

La route qui mène à Tingri en passant par Nyalam a été considérablement améliorée depuis deux ans, jeux Olympiques obligent. Un travail colossal a été réalisé pour la rendre plus “roulante”, ce qui nous a permis de rejoindre le camp de base route à 5 200 mètres en deux jours depuis la frontière, mettant à profit l’acclimatation effectuée dans le Khumbu. Nous sommes restés quatre jours face au magnifique versant nord de l’Everest. Pendant ces quelques jours, nous avons parcouru les flancs de cette large vallée afin de parfaire notre acclimatation, avec en toile de fond l’imposante présence de cette montagne exceptionnelle.

Enfin, bien acclimatés à cette altitude, nous avons “déménagé” vers le camp de base avancé, situé à 6 400 mètres, en passant une nuit dans un camp intermédiaire à 5 750 mètres. L’accès à ce camp de base avancé se fait le deuxième jour sur une moraine entre pénitents de glace, et le paysage est réellement féerique. Pour acheminer l’équipement nécessaire, nous avons fait appel aux services des fameux yakmen tibétains accompagnés de leurs imprévisibles bêtes.
Cette année, nous avons la chance exceptionnelle d’être ici sur ce versant avec si peu d’expéditions, environ une douzaine, alors que l’on parle de 69 équipes versant népalais. Mais jusqu’au dernier moment, il n’était pas certain que nous puissions accéder à ce versant. Encore au mois de mars et jusqu’au début avril, le Tibet était fermé aux étrangers. Le pari était osé, mais aujourd’hui à pied d’œuvre pour entreprendre l’ascension, nous sommes contents de l’avoir fait et reconnaissants à Ludo Challeat de nous avoir proposé de nous joindre à lui pour le tenter (ce pari). Hier, nous avons fait un premier portage au col nord à 7 050 mètres, qui marque l’entrée dans le monde magique mais délétère de la très haute altitude…

… si tout va bien, nous prévoyons d’aller y dormir demain afin de poursuivre vers “le très haut”.