Cambodge

Au milieu des rizières bordées de palmiers, le paysan khmer s’active, aidé de ses buffles ; vous partez à la rencontre d’une population attachante, encore méconnue, héritière d’une grande civilisation de bâtisseurs, et à la découverte d’un patrimoine archéologique exceptionnel, Angkor et d’innombrables autres temples…
Ce pays de plaines, au niveau de la mer, voire au-dessous, coincé entre Thaïlande, Laos et Vietnam, est “dominé” par le Mékong et le Tonlé Sap – l’un des plus grands lacs du monde. Pendant la saison des pluies, le Mékong déverse son trop-plein dans le lac (dont la superficie passe de 3 000 à 7 500 km²). Pendant la saison sèche, c’est le lac qui alimente le fleuve. Ce processus de régulation du lac en fait l’une des plus importantes réserves mondiales de poissons d’eau douce.
Sous un climat tropical s’étend un vaste écosystème de forêt inondée. Au sud, les fameuses plages de sable blanc constituent un lieu idéal pour la détente.
Bouddhistes ou musulmans, les Cambodgiens vous accueillent de leur sourire légendaire.
Voyages et randonnées au Cambodge

Repères

Population

15,7 millions d’habitants.

Superficie

181 035 km2.

Capitale

Phnom Penh.

Villes principales

 Sihanoukville (Preah Sihanouk), Battambang, Siem Reap.

Point culminant

Phnom Aural (1 813 m).

Langues

khmer (off.), anglais, français.

Religions

bouddhisme du petit véhicule, islam (moins de 5 %).

Décalage horaire

par rapport à la France, 6 heures de plus de novembre à mars, 5 heures de plus d’avril à octobre. UTC/GMT : + 7.


Géographie

La géographie
Pays d’Asie du Sud-Est, le Cambodge, situé dans la péninsule indochinoise, est bordé au nord par le Laos, à l’ouest par la Thaïlande, et partage sa frontière la plus longue (1 228 km) avec le Vietnam, à l’est. Le pays bénéficie au sud-ouest d’une ouverture côtière de 443 kilomètres. La plus grande partie du pays, environ 75 %, est constituée du bassin de Tonlé Sap et des basses terres du Mékong. Au sud-est de ce grand bassin se trouve le delta du Mékong, qui s’étend au sud du Vietnam et débouche dans la mer de Chine méridionale. Les régions frontalières sont bordées de plateaux boisés. Au sud-est, le massif du Phnom Aural culmine à 1 813 mètres. Au sud-ouest, la chaîne des Cardamomes borde le golfe de Thaïlande.

Climat

Le climat
On peut se rendre au Cambodge, pays tropical humide soumis à un régime de mousson très complexe, toute l’année. Le pays forme une cuvette presque entièrement entourée de plateaux élevés et, protégée ainsi des flux humides, ne reçoit que des pluies modérées. Les plateaux connaissent pour leur part un climat plus froid et plus humide avec des précipitations supérieures à deux mètres. Le climat est dominé par deux saisons qui rythment la vie rurale : saison sèche et saison des pluies.
D’octobre à avril : saison sèche avec une mousson qui souffle du nord-est et apporte très peu de pluies.
De novembre à mi-janvier, c’est la période la plus froide. Les températures peuvent descendre à 14 °C avec une humidité très forte, surtout en soirée et pendant la nuit. Cependant, en raison du changement climatique, des températures anormalement chaudes sont constatées. Nous recommandons aux voyageurs de prévoir dans leurs affaires personnelles un duvet léger en plus du drap de duvet. S’il fait froid,le sac de couchage léger est le bienvenu !
De mai à début octobre, c’est la saison des pluies, période pendant laquelle la mousson du sud-ouest apporte des vents forts et des pluies importantes. La plupart des précipitations s’abattent dans l’après-midi.

Les températures varient de 14 à 20 °C en janvier, mois le plus frais, à 35 °C en avril, mois le plus chaud. La meilleure période pour découvrir le pays est la saison sèche, avec risque de pluie malgré tout. Les nuits peuvent être fraîches et l’ensoleillement important.

Économie

L’économie
L’économie cambodgienne a connu une période de très forte croissance de 2004 à 2006, croissance qui s’est légèrement tassée ces dernières années. Cette croissance repose principalement sur la construction, l’agriculture, le tourisme et l’industrie textile.
L’agriculture (maïs et riz), la pêche et l’exploitation du caoutchouc représentent 34 % du PIB et emploient 70 % de la population active. L’industrie représente 25 % du PIB. L’activité touristique représente 16 % du PIB. Alors que le Cambodge est très dépendant des pays voisins et de la Chine pour ses importations, environ 80 % de ses exportations sont destinées (à parts égales) à l’Union européenne et aux Etats-Unis. L’agriculture constitue le deuxième poste d’exportation du pays (riz). Le Cambodge entame une diversification de son industrie avec de nouvelles filières comme la sous-traitance pour de grands groupes automobiles (investissements japonais) ou la production de vélos.

Société

La société
Les citoyens du pays sont appelés Cambodgiens ou Khmers, en référence à l’ethnie khmère, qui représente 85,4 % des habitants. La majorité des Cambodgiens est de religion bouddhiste theravda (religion d’Etat), bien que le pays accueille une communauté musulmane cham qui habite près des rivières, quelques tribus des montagnes pratiquant la culture sur brûlis, et une communauté chrétienne. Les Khmers sont surtout paysans, vivant d’une culture extensive du riz, de l’élevage et de la pêche en eau douce.
La population cambodgienne a été ravagée par le terrible génocide perpétré par les Khmers rouges (entre un et deux millions de morts), ainsi que par la famine et l’exode de nombreux réfugiés vers la Thaïlande.

L'histoire du pays

L’histoire
Il y a 40 000 ans, l’actuel Cambodge était peuplé par des populations apparentées aux aborigènes d’Australie et aux Mélanésiens. Vers 5000 avant J.-.C, des populations sont arrivées de Chine, ancêtres des Môns et des des Khmers. Le  Cambodge est né vers le VIe siècle de notre ère. Le quatrième des rois khmers, Brhavavarman, monte sur le trône vers l’an 550. Depuis, l’histoire du royaume peut être divisée en cinq périodes successives : le développement, le déclin, la colonisation française, le chaos et le retour à la stabilité.
Jusqu’au XVIe siècle, la civilisation khmère se développe ; le sanskrit est adopté ainsi que le bouddhisme et l’hindouisme. Dès le Ier siècle, le royaume khmer de Chenla s’épanouit, d’abord vassal d’un royaume du delta du Mékong, au VIIe siècle, Angkor devient sa capitale. Au VIIIe siècle, le royaume de Chenla éclate en royaumes rivaux, puis passe sous domination de Java. A partir du XVIe siècle, le Cambodge vit une longue décadence sous domination siamoise jusqu’au XIXe siècle.
En 1863, la France offre sa protection au Cambodge et le roi Norodom Ier accepte le protectorat. Après la Seconde Guerre mondiale, le roi Norodom Sihanouk négocie l’indépendance qui est acquise en 1953.
A partir de 1968, le parti communiste khmer prend les armes. En 1970, un coup d’Etat militaire précipite le Cambodge dans une guerre civile qui fait plus de 300 000 morts. En 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir. Le pays est transformé en gigantesque camp de travail forcé, les forces de Pol Pot tuent plus d’un million de personnes. En 1978, le Vietnam envahit le Cambodge et met en place la république populaire du Kampuchéa qui reste au pouvoir jusqu’en 1989. En 1989, lorsque les forces vietnamiennes se retirent, Hun Sen est à la tête de l’Etat du Cambodge. En 1991, Norodom Sihanouk est élu président. Les forces de l’ONU contrôlent le pays et des élections sont organisées en 1993. Norodom Sihanouk redevient roi du Cambodge. La guérilla khmère rouge continue sporadiquement jusqu’en 1996. En 1997, Hun Sen destitue par la force Rannariddh qui s’apprêtait à passer  une alliance politique avec Sam Rainsy et les Khmers rouges. En 2004, Norodom Sihanouk laisse le trône à son fils Norodom Sihamoni, le pays s’ouvre au tourisme. En 2008, le Parti du peuple cambodgien remporte les élections et Hun Sen reste Premier ministre. Le royaume est entré dans une nouvelle période de paix, de reconstruction et de démocratisation.

Bon à savoir

Informations pratiques

Danse 
Après 25 ans de silence, le Ballet royal du Cambodge a ressuscité, grâce à la princesse Bopha Devi, fille de Norodom Sihanouk (et une aide de la France). C’est incontestablement la tradition artistique la plus authentique. Plus qu’un simple spectacle, ces danses sont un rite sacré. Les costumes dorés des danseuses sont cousus directement sur elles, avant chaque représentation, afin qu’elles se glissent complètement dans la peau de leurs personnages.

Sexualité
Les mœurs ont beaucoup évolué avec l’arrivée en 1992 des forces de l’ONU, et de la prostitution. Des filles de Phnom Penh ont vécu grâce aux riches “casques bleus”. 50 % des prostituées sont aujourd’hui séropositives.
Tout aussi grave et dramatique est la prostitution enfantine qui a fait une entrée fracassante à Phnom Penh depuis que la Thaïlande, sous la pression internationale, fait la chasse aux pédophiles et aux esclavagistes. Chaque touriste doit combattre cet esclavage abject et intolérable.

Électricité
Tension électrique : 220 V. Vous n’avez pas besoin d’adaptateur.

Que doivent prévoir les amateurs de photos ?
Pour les appareils numériques, prévoyez une autonomie suffisante, car il n’est pas toujours possible de recharger les batteries.

Quelques mots utiles
Apprendre quelques mots clés vous permettra de gagner le respect de vos interlocuteurs et de rendre plus agréables vos échanges avec les populations. Alors n’hésitez pas à faire l’effort d’utiliser les expressions suivantes :
Bonjour (le matin) : arun suor sdei ; Bonjour (l’après-midi) : tiveah suor sdei
Bonsoir : sa-yoanh suor sde
Bonne nuit : reah-trey suro sdei
Au revoir : choum reab lea heuy
Excusez-moi : some tos
Merci : or koon
Ça va : Soksobbay
Vous pouvez demander à votre guide de vous apprendre quelques mots usuels, votre voyage n’en sera que plus riche. Et puis souriez, c’est souvent le meilleur moyen d’avoir de bons contacts !
 

Bibliographie

Bibliographie

Sites Internet

http://ngm.nationalgeographic.com/2009/07/angkor/angkor-animation : un site exceptionnel à consulter absolument pour une visite en 3D d’Angkor au temps de sa splendeur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cambodge

http://www.voyagesphotosmanu.com/pages/histoire_geographie_cambodgepag.html


Guides

Cambodge, Nick Ray, Greg Bloom et Daniel Robinson, éditions Lonely Planet, 2010.
Cambodge, Dominique Auzias et collectif, éditions Petit Futé, 2011.
Laos-Cambodge, Gallimard loisirs et Tom Le Bas, éditions Gallimard, 2011.
Angkor : la forêt de pierre, Bruno Dagens, Découvertes Gallimard, 1989.

Récits et littérature
Le Portail, François Bizot et John Le Carré, Folio, éditions Gallimard, 2002.
Le Silence du bourreau, François Bizot, éditions Flammarion, 2011.
Cambodge année zéro, François Ponchaud, éditions Kailash, 1998.
Le Goût du Cambodge, Jean-Claude Perrier, éditions Mercure de France, 2010.
Le Saut du varan, François Bizot,  Folio, éditions Gallimard, 2008.
Une Brève Histoire du Cambodge, François Ponchaud, éditions Siloë, 2007.
La Voie royale, André Malraux, éditions Grasset, 1996.
Le  Dernier Roi d’Angkor, Jean-Luc Coatalem, Livre de Poche, 2011.
L’Indochine des romans, Henri Copin, éditions Kailash, 2000.
Des montagnards aux minorités ethniques : quelle intégration nationale pour les habitants des hautes terres du Viêt-nam et du Cambodge ?, Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh et Stan-Tan Boon Hwee, éditions L’Harmattan, 2003.

Ouvrages illustrés

Angkor, sérénité bouddhique, Marc Riboud, Imprimerie nationale, 1992.
Angkor : carnets du Cambodge, Vincent Besançon et Anne-Marie Besançon, Magellan & Cie, 2005.
Cambodge : les clés d’un royaume, Sébastien Braquet, éditions Pages du Monde, 2009.

Carte

Laos et Cambodge, 1/1 200 000e, ITM.

Tourisme responsable

Une histoire de passion

Une histoire de passion
Laurent, notre partenaire, est installé au Cambodge depuis bientôt 20 ans. D’origine cambodgienne par sa mère, il a fait ses premiers pas au Cambodge à la fin de l’ère des Khmers rouges. Le pays était alors totalement désorganisé et il lui a fallu beaucoup de persévérance et de foi pour croire dans le développement touristique du pays.
Aujourd’hui, sa connaissance approfondie de la culture cambodgienne alliée à sa compréhension occidentale font de lui un partenaire précieux.
Il est également très actif dans l’aide associative (écoles), car il demeure proche des villageois. Pour lui comme pour Allibert, le tourisme doit se baser sur l’échange.

Nos actions de tourisme responsable

Nos actions de tourisme responsable
De 2011 à 2014, à  travers son association Globetrekkeurs, Allibert a participé à un programme d’éducation nutritionnelle des enfants de Phnom Kulen aux côtés de la fondation humanitaire ADF Kulen (Archeology and Development Foundation).

Pour suivre toutes nos actions de tourisme responsable, rendez-vous sur notre site :  www.allibert-trekking.com/84-tourisme-responsable-equitable.htm.

Le respect des us et coutumes

Le respect des us et coutumes
Le Cambodge est un pays qui vient de s’ouvrir sur le monde, et les Cambodgiens ont gardé une culture et un savoir-vivre qui leur sont spécifiques.

Voici quelques conseils pour respecter au mieux ces populations et leurs cultures :
— Respectez l'espace personnel de vos hôtes, adaptez-vous aux usages de la culture locale.
— Photographier des personnes repose sur un échange, assurez-vous de leur accord.
— Dans les villages, portez une tenue ample couvrant les épaules.
— Respectez les lieux de culte que vous visitez, portez une tenue vestimentaire adaptée et acceptez de ne pas y pénétrer lorsque cela est interdit ou lors des cérémonies. Retirez vos chaussures ou couvrez-vous la tête à l'entrée des sites religieux lorsque cela est demandé.
— Au contact des populations de tradition bouddhiste, respectez les usages :
- contournez Bouddha dans le sens des aiguilles d'une montre ;
- le feu est sacré, évitez d'y jeter les déchets ;
- lorsque vous vous asseyez, évitez d'étendre vos jambes et de diriger vos pieds vers quelqu'un (entraînez-vous à vous asseoir en tailleur !) ;
- il est d'usage de faire une offrande de quelques roupies dans les sanctuaires et temples visités.
— Les attitudes démonstratives en couple sont perçues comme inconvenantes.
— Ne distribuez jamais de bonbons, stylos ou autres cadeaux, en particulier aux enfants, car ce comportement les incite à la mendicité, à abandonner l'école ou leur activité habituelle. Si vous souhaitez faire un don, il est préférable et plus utile de le faire auprès d'une organisation locale : association, école, dispensaire. Demandez à votre guide, qui vous indiquera le lieu le plus approprié.

Ces précautions favorisent les échanges.

Les conseils de Laurent, notre partenaire au Cambodge

— Pour saluer quelqu’un, portez vos mains jointes au-devant de la poitrine. Ne serrez pas la main, n'embrassez jamais un Cambodgien.
—  Ne vous énervez jamais et n'élevez pas la voix.
— Ne contredisez jamais quelqu’un. Si votre interlocuteur se trompe, ne le lui faites pas remarquer. Il ne le reconnaîtra pas et vous en voudra par la suite.
—  Ne touchez pas la tête d’une personne (même un enfant), ce geste étant considéré comme une injure.
— Il est assez mal vu de critiquer le roi. Plus qu’un homme politique, il est le symbole de l’unité et des traditions khmères.

La préservation de l'environnement

La préservation de l’environnement
Près des trois quarts du pays sont boisés. La végétation d’origine est une forêt tropicale, caractérisée par un fort peuplement en teck, adapté aux climats à saison sèche. Sur les versants humides, on trouve la forêt dense, toujours verte. L’agriculture sur brûlis a entraîné la dégradation de la forêt en savane et en veal, ces étendues d’herbe où les arbres ont presque entièrement disparu. Les forêts les plus denses se trouvent dans les montagnes et le long de la côte sud-ouest. Les plateaux et les hautes plaines sont des zones de savanes. Tecks, arbres à gomme, kapokiers, palmiers et bananiers sont des essences courantes. La faune très riche comprend des éléphants, des cerfs, des buffles, des panthères, des ours et des tigres.

Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception :
— Respectez la réglementation en vigueur dans les parcs régionaux et nationaux.
— Evitez de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel et de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique.
— N'approchez pas la faune de trop près ; il ne faut pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire. Lire notre conseil de guide "La faune de montagne" https://www.allibert-trekking.com/197-respect-faune-montagne
— Pensez toujours à ramasser vos papiers, mouchoirs, mégots, etc.
— Evitez de laisser les déchets difficile à recycler (tels piles, lingettes, plastiques) dans les zones rurales ou les petits villages qui ne disposent pas de filière de recyclage. Rapportez-les dans les grandes villes ou ramenez- les avec vous.
— L'eau nécessite un traitement, nous vous conseillons de la traiter avec des pastilles ou d'utiliser un filtre.
— Lorsque vous disposez d'une climatisation individuelle, nous vous recommandons de l'arrêter systématiquement lorsque vous quittez la chambre, pour éviter une surconsommation énergétique.

Nous vous invitons par ailleurs à télécharger la charte éthique du voyageur :
https://www.allibert-trekking.com/231-agir-pour-un-tourisme-responsable

Comment réduire votre empreinte

Comment réduire votre empreinte carbone ?
Vous pouvez participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en versant le montant de la compensation des émissions de CO2 liées à votre vol sur le site du GERES : http://www.co2solidaire.org/fr/component/hob_co2/?view=calculateur.
A titre d'exemple, voici le montant de la compensation pour un vol aller et retour vers le Cambodge : Paris - Phnom Penh, 102 €.