Bannière Guides par passion

Vietnam, aventure nature et culture

De retour de son séjour au Viêtnam, destination idéale pour les amoureux de culture et de nature, Audrey, chargée de communication, revient pour nous sur son aventure partagée du nord au sud. En compagnie de ses fidèles acolytes, elle nous emmène au pays des rizières, des villes aux mille scooters aux îles mystérieuses, le tout aux saveurs citronnées de coriandre.
Vietnam

 

Top 5 viêtnam

Instant insolite

da cau, le badminton asiatique

Can Tho, ville située sur les rives du delta du Mékong, résonne comme une invitation à ralentir le rythme de notre séjour, au diapason de la vie fluviale berçant le quotidien de ses habitants. Réputée pour son marché flottant de Cai Rang, patchwork coloré de fruits et légumes exotiques, c’est aussi le point de départ idéal pour découvrir le sud du Viêtnam.

Profitant de la douceur du crépuscule et flânant à la recherche d’un stand de nem rân, nous tombons sur un spectacle étonnant : une valse aérienne de volants de badminton. Intriguées, nous nous rapprochons : il s’agit en réalité de joueurs de da cau en pleine action.

Sport national, le da cau (đá = coup de pied et cầu = volant) est le cousin germain du badminton, à une exception près, il se joue sans raquette, à l’aide de différentes parties du corps, notamment des pieds. C’est avec une grande dextérité que les joueurs se renvoient ledit volant, rivalisant de techniques aériennes spectaculaires.

Un regard, un sourire : il y a de la malice dans l’air. On nous invite alors à essayer ! Nos tentatives quelque peu acrobatiques, qui nous permettent de ne renvoyer (presque) aucun volant, donneront lieu à de nombreux fous rires et à un moment de partage inoubliable.

 

 

Instant gourmand

café ou cà phê ?

Au détour d’une ruelle du centre historique d’Hanoi, je me retrouve comme envoûtée par une odeur sucrée, mélange subtil entre senteurs cacaotées et effluve de graines torréfiées. Parfait, je cherchais justement à faire une pause café !

Au Viêtnam, le café ou cà phê est une tradition qui remonte au XIXe siècle suite à son introduction par les colons français. Le plus réputé sur le territoire vietnamien, le cà phê chôn, a la particularité d’être récolté dans les excréments des civettes palmistes – tout comme son homologue le kopi luwak en Indonésie. L’absence de suc gastrique de ces petits mammifères, grands amateurs de cerises de caféier (nom des graines de café encore sur l’arbre), joue un rôle clé dans le développement des saveurs du café.

Consommé chaud ou froid, il est servi avec une cafetière individuelle directement posée sur la tasse, souvent accompagné d’un thé au jasmin légèrement infusé.

Amatrice de son proche cousin occidental le latte, je m’empresse de commander un cà phê sữa nóng avec du lait concentré, apportant ainsi une touche de douceur à l’amertume du café : un délice !

Voici la recette :

Matériel

  • 1 tasse ou verre transparent
  • 1 cuillère à café
  • 1 filtre à café vietnamien

    Ingrédients
  • 1 paquet de café vietnamien
  • 10 cl d’eau filtrée ou d’eau minérale
  • Lait concentré

Instructions

  • Verser 2 cuillères à café de lait concentré dans le verre. Poser le filtre à café vietnamien sur la tasse.
  • Verser 2 cuillères à café de café vietnamien dans le filtre.
  • Faites chauffer l’eau presque jusqu’à l’ébullition puis la verser dans le filtre. Couvrir le filtre avec son couvercle.
  • Attendre que l’extraction soit terminée puis mélanger.
  • Vous pouvez déguster !

 

 

Instant CULTURE

Viêtnam aux mille visages

De passage à Hanoi, capitale du Viêtnam, une visite du Musée d’ethnographie s’impose. Véritable vitrine de la richesse culturelle des ethnies peuplant ce territoire, c’est un lieu incontournable qui invite à l’émerveillement. Grâce à son exposition permanente, nous nous laisserons guider entre les reproductions grandeur nature d’habitats traditionnels et les galeries exhibant les savoir-faire exceptionnels de ces peuples.

Nous voyagerons, du nord au sud, en découvrant les singularités de sept familles ethnolinguistiques : les Viet-Muong, Tay-Thai, Kadai, Hmong-Yao, Sino-tibétains, Mon-Khmers et les Austronésiens.

Notre coup de cœur : l’exposition temporaire du photographe et documentariste Rehahn, dédiée aux 54 ethnies que compte le Viêtnam. Devant ses portraits intimes, simples et colorés, nous sommes subjuguées par la beauté des traits, la bienveillance et le mystère qui en émanent. Comme une invitation à la rencontre, au partage et à la préservation de ces traditions millénaires.

Cette exposition est disponible aujourd’hui au musée Precious Heritage (“patrimoine précieux”) à Hoi An.

 

 

Instant FAUNE

buffle barboteur

Les montagnes du parc national de Phong Nha - Ke Bang en toile de fond, c’est à vélo que je me fraye un chemin entre les rizières de ce territoire inscrit à l’Unesco.Abritant des grottes majestueuses dont la plus grande du monde, Son Doong, modèle d’écotourisme préservant fermement ses trésors naturels exceptionnels — jungle, rivière, stalagmites et stalactites gigantesques — (seuls 1000 chanceux par an peuvent y accéder), la plaine de la province de Quảng Bình s’étend à perte de vue.

Sur les bords du fleuve Sông Côn, jouxtant la ville de Phong Nha, la fin de journée est synonyme d’animation pour les animaux résidents des proches rives.J’avance doucement vers ma destination, un petit restaurant local au beau milieu des rizières, et j’aperçois plusieurs mares tout au long de la balade : c’est la pleine mousson en ce mois d’août et l’ambiance est plutôt à l’humidité. Je marque un stop : je pense identifier un bout de museau émergeant d’un point d’eau.

Après quelques secondes de suspense (intense), c’est un buffle d’eau tout aussi surpris que moi qui dévoile toute sa superbe.

Bien que réputé pour sa sympathie, je préfère enfourcher à nouveau ma monture et m’éloigner quelque peu pour mieux l’observer en lieu sûr. Animal imposant par sa taille et ses cornes, je ne peux que constater sa robustesse légendaire qui fait de lui l’allié indispensable de l’agriculture vietnamienne. Après quelques minutes, il replonge sous l’eau, barboter à ses occupations.

 

 

Instant IMMERSION

Le marché de Bac Ha

Au détour d’une escapade dans le nord du pays à la rencontre des différentes ethnies vietnamiennes, nous décidons de poser nos sacs à dos dans une bourgade réputée pour son marché hebdomadaire : Bac Ha. Haut lieu de rencontre pour les habitants de ces pentes verdoyantes sculptées de rizières en terrasses, le marché est un événement des plus importants, lien social indispensable de ces territoires d’altitude aux habitats dispersés.

Tous les dimanches, revêtus de leurs plus beaux habits, les habitants parcourent plusieurs kilomètres à pied ou à cheval pour vendre leurs produits : nourriture, vêtements, objets du quotidien… C’est un festival visuel multicolore qui s’offre à nous : du rouge intense au rose vif, du vert irisé au jaune lumineux, toutes les couleurs sont à l’honneur ! 

Nous déambulons dans ce pêle-mêle arc-en-ciel, agréablement surprises par l’agitation bienveillante et subjuguées par l’ambiance incroyablement dépaysante que nous sommes en train d’expérimenter. Nous souhaitions vivre une immersion authentique dans la culture vietnamienne, c’est chose faite ! Un petit phô revigorant et nous reprendrons notre aventure sur mesure à travers les rizières.