Instants de voyage en Asie

Chargée de la destination Asie du Sud-Est pour Allibert Trekking, Claire se rend régulièrement dans ces pays entre océan Indien et océan Pacifique, à la recherche de nouveaux itinéraires, de nouvelles régions à parcourir. Elle nous livre ici quelques-uns de ces instants si précieux qui font l’essence du voyage. “Chaque voyage en Asie est pour moi une nouvelle expérience. Il y a toujours un moment où je me laisse porter par la douceur d’une lumière, les odeurs d’épices, le sourire d’un habitant… Ces instants uniques sont ceux qui restent… pour longtemps.”
Tete Asie du sud est

 

L’instant saveurS au VIÊTNAM

“Ce jour-là, nous avions marché toute la journée dans les montagnes de Ban Sao, et c’est avec bonheur que nous étions enfin arrivés chez notre hôte. La famille qui nous accueillait avait déjà commencé à préparer le repas du soir. Parfums d’herbes aromatiques et d’épices ont éveillé notre curiosité, et le guide nous a invités à les rejoindre en cuisine. La gastronomie vietnamienne est très délicate et colorée, un régal pour les yeux et les papilles. Chaque ingrédient est préparé avec soin puis servi dans des plats individuels que toute la famille partage, les mélanges se font au gré des goûts, des envies de chacun. Un “délicieux” moment de partage !”

Recette traditionnelle : le nem rân, le grand classique de la cuisine vietnamienne

Nem rán au nord, Chả giò au sud, ou encore nem Sài Gòn au centre du pays, le nem est une authentique spécialité vietnamienne, assez proche du rouleau de printemps.
Egalement appelé pâté ou rouleau impérial, les premières mentions de ce mets remontent au XVIe siècle : il se dégustait à la cour impériale des Nguyên lors des fêtes et cérémonies, notamment au nouvel an.

Ingrédients(20 nems environ)

• 200 g de porc émincé
• 200 g de crevettes émincées
• 100 g de purée de taro (ou de patates douces)
• 20 g de carottes râpées
• 20 g de champignons noirs déshydratés
• 50 g de nouilles de riz
• 2 échalotes émincées
• 3 gousses d’ail émincées
• 1 œuf
• 200 g de germes de légume
• Sauce nuoc-mâm
• 20 feuilles de riz

Préparation

• Réhydratez les champignons dans un grand bol d’eau. Lorsqu’ils deviendront bien mous, émincez-les. Trempez également les nouilles dans de l’eau pendant 10 minutes.
• Dans un grand plat, mélangez la viande de porc, les crevettes et assaisonnez avec du sel, du poivre, 1 cuillère de sucre et 1 cuillère à café de bouillon de poule.
• Ajoutez à la viande les échalotes, l’ail émincé et mélangez bien.
• Dans un wok, mélangez la viande, les légumes râpés, les champignons et les nouilles dans un grand plat. Ajoutez un œuf pour lier le tout.
• Humidifiez la feuille de riz pour la ramollir, remplissez avec la farce près du bord. Enroulez ce bord jusqu’à arriver au centre. Repliez les côtés sur eux-mêmes et terminez d’enrouler le nem.
• Faites frire les nems jusqu’à ce que des bulles apparaissent à la surface puis retournez pour une cuisson uniforme.
• Réservez sur du papier absorbant pour retirer l’excès d’huile. Servez avec la sauce et des feuilles de salade.

 

L’instant aVENTURE au Sri Lanka

“Avant de découvrir cette île de l’océan Indien, je ne savais pas qu’un chemin de fer parcourrait les montagnes à thé. C’est en préparant mon voyage sur le terrain que j’ai découvert ce formidable héritage de l’époque coloniale. Le premier train dans lequel je suis montée reliait Dalhousie à la région du pic Adam. Coup de cœur immédiat ! Le bruit de la locomotive, les marchands de thé, l’odeur des beignets… et surtout cet air chaud qui s’engouffre dans les wagons par les fenêtres ouvertes sur les immenses plantations de thé. L’aventure au grand air !”

Petite histoire du train dans l’ancienne Ceylan
La ligne de chemin de fer qui sillonne les plantations de thé du centre du Sri Lanka fut créée à la fin du XIXe siècle par les colons britanniques sous l’égide de Sir Guildford Molesworth afin d’acheminer la production de thé depuis les montagnes jusqu’au port de Colombo. La précieuse denrée était ensuite chargée à bord de navires qui mettaient les voiles vers l’ouest. Ils empruntaient le tout nouveau canal de Suez, traversaient la Méditerranée et remontaient les côtes portugaises et françaises jusqu’aux tables des sujets de la reine Victoria. Le réseau s’est ensuite étendu à l’ouest avec le transport de noix de coco et dans les terres humides avec le caoutchouc.
Depuis, le réseau ferroviaire n’a guère changé. Les trains roulent à des vitesses entre 30 et 40 kilomètres/heure : idéal pour prendre le temps et admirer les paysages somptueux.

 

L’instant MYSTIQUE EN Birmanie

“A Rangoon, l’ancienne capitale birmane, il est impossible de passer à côté de la visite de la pagode Shwedagon, littéralement le “dragon d’or”, haut lieu du bouddhisme. J’ai d’abord été éblouie par la beauté de cet immense stupa, ses milliers de feuilles d’or, avec au sommet clochettes et diamants qui scintillent… Mais c’est au coucher du soleil, lorsque les Birmans viennent sur ce lieu sacré pour allumer une bougie, un bâton d’encens… et que petit à petit, le site s’illumine, que la magie opère. L’atmosphère est prenante, et le spectacle sublime !”

 

L’instant nature aux Philippines

Les plus belles rizières du monde ? Peut-être celles de Banaue, sur l’île de Luzon. Je me souviens avoir attendu ce moment… Après une première journée de trek grise et pluvieuse, la matinée est encore bien couverte. Soudain, le ciel s’ouvre, les nuages laissent passer un grand rayon de soleil. La rizière s’allume, un vert d’une intensité incomparable. Le doux bruit de l’eau qui s’écoule dans les canaux d’irrigation centenaires. Je m’arrête pour contempler : le paysage vient de prendre vie.”

Les rizières de Banaue, patrimoine mondial de l’Unesco

C’est dans les montagnes du nord de Luzon, la plus grande île des Philippines, que l’on peut admirer les fabuleuses rizières en terrasses de Banaue, classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Construites il y a plus de 2 000 ans par les ancêtres des Ifugaos, elles forment un immense amphithéâtre sculpté à la main. Cet ensemble d’escaliers naturels épouse les courbes des collines et des montagnes à 1 200 mètres d’altitude, dressant un formidable temple dédié à Bulul, le dieu du riz des Ifugaos.
Dans ces rivières souvent difficiles d’accès, le travail des populations est dur : il faut d’abord préparer le terrain, égaliser la terre, désherber, avant de planter le riz, et ce sans aucune machine. Lors de la récolte, une fois par an, on ramasse le riz à la main pour pouvoir ensuite le faire sécher, séparer les tiges des grains… Une récolte qui ne permet de subvenir aux besoins des familles que pendant quelques mois.

 

L’instant rencontre AU Cambodge

“Lors d’un séjour dans la région de Phnom Penh, j’ai été invitée à assister à une répétition de danse traditionnelle, la danse d’Apsara. C’est une forme de danse classique qui tient une place importante dans la culture khmère. De ces jeunes filles très appliquées émanait une grâce naturelle, c’était pour moi comme voir les bas- reliefs des temples dans un cadre animé ! Si les temples d’Angkor sont sans conteste un joyau du patrimoine mondial, la culture khmère, moins connue, est d’une richesse insoupçonnée. C’est ce Cambodge vivant, ce Cambodge d’aujourd’hui, qui me touche le plus.”

Découvrez cette musique typique du Cambodge directement sur lecteur audio. Si vous n’avez pas de compte Deezer, il ne vous sera pas possible d’écouter plus de 30 secondes de musique par morceau. Entre chaque inspiration, n’hésitez pas à cliquer sur la croix en haut à droite pour accéder au morceau suivant. La création d'un compte sur Deezer est gratuite. Si vous êtes connecté à votre compte Deezer, cliquez sur le compte Deezer Allibert Trekking pour accéder aux musiques.