Jean-David : guide Allibert Trekking

Guide de trek, de voyage, ou accompagnateur en montagne ? Jean-David Laurence est tout cela, et même plus encore. Voici le portrait d’un guide Allibert profondément amoureux du voyage, de l’Auvergne au Kamtchatka.
Jean David Guide Allibert Trekking

Son pseudo sur les réseaux sociaux en dit long : “Allez-jouez-dehors”. Ce n’est pas un nom, mais une incitation, une revendication, et un art de vivre. Car Jean-David Laurence, auvergnat d’origine, préfère l’extérieur à l’intérieur, le grand air à la climatisation, les joies de la marche au clavier d’ordinateur.

À la conquête de l’Ouest et du Nord

Passionné par l’Ouest américain, Jean-David a commencé par sillonner les sierras, déserts et canyons de l’Utah et de l’Arizona, avant d’y emmener ses premiers clients. “Un an et demi à écumer l’Ouest de l’Amérique, du Canada au Mexique, et entre deux road-trips, je guidais des groupes”, raconte Jean-David. De grands voyages où le deal était simple : récupérer les clients à l’aéroport, charger les courses dans le van, et vite partir bivouaquer sous les cieux limpides du Far West. Déjà la débrouille, et déjà le concept très actuel du guide multifacette : il s’agit non seulement de trouver le bon trailhead, mais aussi de gérer la logistique, la nourriture… La cuisine ? Jean-David aime (vraiment) ça. Comme par exemple mitonner pour huit personnes un saumon fraîchement pêché aux Lofoten, ces sublimes îles de Norvège, pays où il a passé sa saison d’été 2018. Des randonnées sur les Lofoten, mais aussi des treks plus au nord, dans les méconnues Alpes de Lyngen, sauvages et préservées. “Mon job consiste à faire passer la meilleure semaine possible à ceux qui ne restent que sept jours dans ce paradis du trekking”, explique Jean-David. Ce qui le conduit aussi au bout du monde, à guider un groupe sur le Snow Man Trek au Bhoutan, l’un des treks himalayens les plus engagés.

Ou à retourner au Kamtchatka, aux confins de l’Extrême-Orient russe. “Une véritable aventure, où tout le monde est soudé, car le pays est aussi rude que sa beauté est sauvage.” Une contrée où les ours règnent en maîtres, et où l’ascension d’un volcan peut nécessiter une journée avec 2 000 mètres de dénivelée.

Guide de trek, mais pas seulement

Jean-David Laurence troque parfois sa polaire contre une combinaison étanche, quand il guide des circuits kayak et rando au Spitzberg, dans l’Arctique. Là aussi, les ours règnent, et il s’agit d’être zen au milieu des fjords glacés. Le guide est passé par une formation — obligatoire — au maniement d’un fusil pour garantir la sécurité du groupe. “Au Spitzberg, je suis le premier à débarquer sur la plage prévue pour le bivouac. Je dois inspecter les alentours avant de laisser les clients sortir de leur propre embarcation. Mais l’expérience de ces journées à naviguer en kayak au milieu des glaces est tout simplement magique.” Le plus important ? “Etre acteur de son voyage.” J.-D. explique : “S’impliquer, partager avec les autres membres du groupe, discuter avec les locaux, les occasions ne manquent pas de transformer son voyage en une expérience qui sera encore plus riche.”

kayak lofoten

Guide de trek, de circuits kayak et rando, mais pas seulement. Jean-David a également monté la filiale d’Allibert Trekking au Maroc, alternant pendant cinq ans travail administratif et découverte des mille et un recoins du Maroc, avant de passer quelques années chef de produits Déserts. Surtout, il est désormais l’un des guides-formateurs d’Allibert Trekking.

“C’est très varié, témoigne J.-D., cela va de la formation aux risques du mal des montagnes, au Pérou ou en Bolivie, jusqu’à la formation au comportement.” C’est-à-dire ? “Transmettre les trois savoirs indispensables : savoir-être, savoir-faire et savoir (connaissance) de leur propre pays”, à des guides locaux futurs encadrants. Il a ainsi formé des légions de guides, du Tadjikistan à Cuba en passant par Oman, la Turquie ou le Venezuela.

Les spots et jardins secrets de Jean-David
Les lieux où notre guide aime se ressourcer ? Plutôt proches, ce sont les criques sauvages de Minorque et Majorque, des îles européennes idéales pour la randonnée côtière et le kayak, mais aussi pour l’escalade, qu’il pratique dès qu’il en a le temps. Jean-David ne part jamais en voyage sans ses chaussons et sa corde. Ni sans son appareil photo. Photographe passionné, il n’oublie pas non plus son carnet de notes, écrivant de temps à autre pour la revue Bouts du Monde. Guide de trek, un boulot de rêve ? Si on établit sa short list des destinations passées et à venir — avec la réouverture du désert mauritanien —, le job de Jean-David Laurence est sans doute le plus beau du monde. Que cela, ou simplement un voyage, vous tente, J-D. n’a qu’un seul conseil, piqué à Mike Horn : “Vivez vos rêves, n’attendez pas !”