Bannière Guides par passion

Photographier

En chassant l’argentique — aujourd’hui réservé à une petite fenêtre de professionnels et d’amateurs éclairés —, le numérique a redonné un souffle d’oxygène à la photographie. Aux timides amateurs surtout qui, appareil photo non plus en bandoulière mais… dans la poche (vive les compacts !), redécouvrent le plaisir de la prise de vue. Chemin faisant, ils se piquent de curiosité pour cet art à part entière. Pour en tirer le maximum de bénéfices en voyage, revue de détails et astuces avec Jean-David Laurence, accompagnateur en montagne et passionné de photographie.
photographe

Que pensez-vous des appareils compacts ?

Comme son nom l’indique, le compact est un tout petit appareil, souvent de très bonne qualité y compris au niveau du nombre de pixels. Il est adapté à une utilisation courante d’un photographe de famille, aux photos souvenirs : on le glisse dans sa poche, il fait moins peur aux personnes que l’on prend en photo et le résultat est immédiat ! Seule limite : son objectif fixe et son zoom très restreint qui peuvent contraindre le rendu final. Avec le compact, on intervient très peu sur la photo.

Quelles sont les alternatives ?

Le Bridge est plus volumineux mais son zoom reste fixe. Le Reflex avec vision directe procure plus d’avantages : l’œilleton permet de visualiser directement sa photo, ses objectifs sont interchangeables et autorisent un jeu d’ouvertures, un très grand angle et de s’initier aux réglages (flou en arrière-plan pour une mise en valeur des portraits, mode rafale, etc.).

Lorsque l’on change d’horizon, la luminosité de certains paysages – haute montagne, déserts – pose souvent problème. Comment le gérer ?  

Généralement, les compacts sont préréglés entre 200 et 400 asa, ceci  correspondant aux anciennes sensibilités de pellicules. Une sensibilité à 400 asa donne, par exemple, un grain plus puissant lorsque la lumière est faible. Sur des territoires très lumineux, je conseillerais d’intervenir sur le programme de base de son compact pour l’abaisser à 100 asa. La manipulation n’est pas très compliquée et ceci évite le risque de se retrouver face à des photos blanches et surexposées ! A l’inverse, pour des prises de vue à la lumière rasante ou nocturnes, on augmente la sensibilité de l’appareil jusqu’au maximum, soit 400 asa pour les compacts.

Comment réaliser des portraits, photographier les habitants ?

Personnellement, je ne prends jamais de photos volées et ne paie pas pour en obtenir. C’est avant tout une question de principe et… de politesse. Ce que j’utilise le plus souvent… c’est mon temps ! Pas d’appareil photo sorti immédiatement, mais de vrais instants laissés pour l’échange, la discussion. Quand ce contact est vraiment établi, je pose la question de l’autorisation à photographier. Lorsque celle-ci est donnée, le mieux est de déclencher le maximum de photos. J’utilise parfois le retardateur qui permet de réaliser des prises de vue avec la personne. Etre plusieurs à photographier peut aussi être un atout : l’un s’extrait du groupe et prend de « vraies » photos pendant que l’autre poursuit la discussion…

Quatre gestes pour des photos plaisir

  • Sauvegardez. Un danger : perdre ou détériorer sa carte mémoire qui rassemble des épreuves uniques. Pour pallier cela, transférez vos clichés régulièrement sur un ordinateur portable ou sur un disque dur externe dédié à la photographie.
  • Protégez. Certaines conditions difficiles (poussières, pluie…) nécessitent une bonne protection de son matériel. On peut glisser sans crainte appareil et accessoires dans de petites valises plastiques hermétiques et pressurisables (comptez entre 30 et 50 euros pour les compacts, environ 250 euros pour les Bridge et les Reflex). En complément, pensez au sac de congélation qui permet de protéger en permanence son matériel dans son sac à dos.
  • Nettoyez. Exposé aux vents de sable ou aux projectiles corrosifs, le matériel a besoin d’être entretenu régulièrement. Glissez impérativement un petit kit de nettoyage comprenant pinceau pour l’objectif, papier non tissé…
  • Imprimez. Pensez aux mini imprimantes qui se branchent directement sur l’appareil : la photo peut être tirée immédiatement pour être offerte en souvenir à ceux que l’on photographie. Réaliser l’impression le soir même permet de remettre la photo le lendemain, de prolonger le contact et parfois d’avoir une séance plus intimiste.