Bannière Guides par passion

Estimer un temps de marche

Randonneurs et trekkeurs doivent savoir gérer le temps s’ils veulent marcher en toute quiétude et sécurité, surtout en milieu inhospitalier et lorsque les journées sont courtes.
randonneuse normandie mer côte littoral

Pour simplifier, les militaires alpins ont introduit la notion de kilomètre-effort .
1 km-effort = 1 km à plat = 100 m de dénivelée montée
On peut en effet assimiler l’effort nécessaire pour monter de 100 mètres à celui nécessaire pour parcourir un kilomètre de terrain plat.

Ex. : un parcours de 1 500 mètres de dénivelée et de 15 kilomètres de longueur mesuré sur la carte correspond à 15 kilomètres à plat + (15 x 100 m de montée) = 30 kilomètres-effort.

Pour évaluer son temps de marche, il suffit alors de connaître la vitesse de progression moyenne de l’équipier le moins rapide compte tenu de la difficulté du terrain. Sur de bons sentiers, un groupe de randonneurs se déplace en moyenne à environ 4 kilomètres/heure ou 400 mètres de dénivelée, y compris les petites pauses.

Ex. : sur notre parcours de 15 kilomètres et 1 500 mètres de dénivelée, avec une vitesse moyenne de progression de 4 kilomètres/heure (ou 400 m de dénivelée), le parcours de 30 kilomètres-effort. sera parcouru en 30 kilomètres/4 heures, soit 7 heures et demie, auxquelles il faut ajouter la durée de la halte pique-nique, soit un total de 8 heures à 8 heures et demie. Par temps d’orage, il faudra partir vers 7 heures du matin…
La difficulté consiste naturellement à estimer la difficulté du terrain et la vitesse de progression moyenne d’une équipe, ce qui impose au guide de prendre des marges de sécurité lors des premiers jours d’un trek.

La durée d’un parcours dépend des facteurs suivants :

  • la forme des participants, ou plutôt la vitesse de progression du participant le moins rapide ;
  • la dénivelée cumulée ;
  • la longueur ;
  • la difficulté du terrain ;
  • et, bien entendu, la durée des pauses.